RTBFPasser au contenu

Monde

A la veille d'une nouvelle rencontre, la relation Russie-Otan est à son "moment de vérité" selon Moscou

A la veille d'une nouvelle rencontre, la relation Russie-Otan est à son "moment de vérité" selon Moscou
11 janv. 2022 à 10:402 min
Par Belga

La diplomatie russe a estimé mardi que la relation Russie-Otan était face à son "moment de vérité", à la veille d'une rencontre au quartier général de l'organisation de défense à Bruxelles lors de laquelle Moscou va détailler ses revendications pour repousser l'Alliance loin de ses frontières.

"Nous venons avec des attentes réalistes et l'espoir qu'il y aura une conversation sérieuse, approfondie sur les questions clés, fondamentales de la sécurité européenne", a indiqué Alexandre Grouchko, vice-ministre russe des Affaires étrangères, à l'agence de presse Ria Novosti. 

Un "moment de vérité"

"Sans exagération, on peut dire que nos relations avec l'Alliance ont atteint leur moment de vérité", a-t-il ajouté.

Accusée par Américains et Européens de préparer une attaque contre son voisin ukrainien, la Russie a répliqué en disant que le déploiement de dizaines de milliers de troupes russes à la frontière étaient une réaction à la présence croissante et hostile de l'Otan, dans ce que Moscou considère comme sa zone d'influence.


►►► À lire aussi : Conflit en Ukraine : le risque de conflit est "réel", avertit le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg


Elle a réclamé la signature de traités bannissant tout élargissement futur de l'Alliance atlantique et la fin des manœuvres militaires occidentales aux abords des frontières russes, remettant en cause l'architecture sécuritaire européenne construite après la Guerre froide, lorsque plusieurs pays de l'ex-bloc communiste ont rejoint l'Otan.

Américains et Européens ont jusqu'ici considéré ces revendications comme inacceptables, mais se disent prêts à discuter de solutions avec les Russes pour trouver une porte de sortie aux tensions et éviter un nouveau conflit armé, en Ukraine tout particulièrement.

Premier round lundi

Un premier round de négociations russo-américaines a eu lieu lundi à Genève entre la vice-secrétaire d'Etat américaine Wendy Sherman et le ministre adjoint des Affaires étrangères russe Sergueï Riabkov, à l'issue duquel Moscou s'est montré assez positif. La Russie y a également dit ne pas avoir "l'intention" d'attaquer son voisin ukrainien.

Les parties étaient toutefois en désaccord concernant certaines priorités, d'après le diplomate russe cité par l'agence de presse Interfax. Pour Moscou, les problèmes de non-extension de l'Otan à l'Est et les garanties de non-adhésion de l'Ukraine à l'Alliance sont, en effet, impératifs. Tandis que la partie américaine insiste sur la souveraineté de l'Ukraine.


►►► À lire aussi : Comment éviter une invasion de l’Ukraine et une guerre en Europe ? Etats-Unis et Russie négocient en face-à-face à Genève


Washington souhaite également discuter avec Moscou de sujets tels que les armes nucléaires stratégiques et tactiques, le déploiement de missiles en Europe et d'éventuelles restrictions concernant les exercices militaires effectués par le Kremlin.

Sujet du JT sur la situation en Ukraine (10 janvier)

Ukraine : Théâtre d un conflit larvé depuis près de huit ans

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

11 janv. 2022 à 14:19
1 min
11 janv. 2022 à 12:56
2 min

Articles recommandés pour vous