RTBFPasser au contenu

Initiatives locales

À Ixelles, la librairie Pépite Blues vous propose de découvrir les trésors de l’afro-littérature

À Ixelles, la librairie Pépite Blues vous propose de découvrir les trésors de l’afro-littérature
18 avr. 2022 à 07:25 - mise à jour 18 avr. 2022 à 07:253 min
Par Adrien Corbeel

C’est dans le quartier de Matongé, à l’intersection de la rue Anoul et la rue Longue, que se situe Pépite Blues. Derrière ce nom intriguant se cache depuis avril 2019 une librairie dont la vocation est de mettre en avant l’afro-littérature.

Je voulais partager des littératures que j’aime, et qu’on ne trouve pas partout” nous explique sa fondatrice, Celestina Jorge.

Dans ce lieu culturel accueillant, elle propose une sélection pointue de livres produits par des Africains, des Afro-Européens, des Afro-Américains, des Afro-Caribéens, et d’autres auteurs de la diaspora africaine. On y trouve des ouvrages dans différentes langues (français, anglais et néerlandais), et dans de multiples genres : il y a des essais, mais aussi des romans, des bandes dessinées et des livres pour enfants, tel que "Comme un million de papillons noirs" de Laura Nsafou.

Elle affectionne tout particulièrement cette dernière catégorie : “J’ai grandi à une époque où il n’y avait pas de livres pour enfants avec des personnes noires. Ce genre de manque a une influence sur notre rapport à nous-même et aux autres […] C’est important que tous les enfants puissent se voir dans l’espace public.

“Comme un million de papillons noirs” de de Laura Nsafou
“Comme un million de papillons noirs” de de Laura Nsafou © Ed. Cambourakis

Une librairie et un lieu culturel

Montrer ce qui est invisibilisé, mettre en avant ce qui ne l’est pas assez souvent, c’est toute l’ambition de cette librairie. Son nom y fait d’ailleurs écho. “Je pensais à la pépite d’or, qui a une grande valeur, mais qui est enfouie, comme certaines littératures”. Et le blues ? “Ça représente pour moi la rencontre de la musique africaine et la musique européenne sur le sol américain”. En plus d’être une libraire, Pépite Blues est un espace d’échanges, où s’organisent des conférences, des débats, des ateliers, mais aussi des concerts. C’est ainsi qu’elle l’a voulu : “Il était hors de question de juste vendre des livres, ça devait être un espace culturel à part entière”.

Un objectif qui a été mis à mal par la crise sanitaire, mais qui reste au cœur de son projet. En janvier dernier, Pépite Blues accueillait par exemple Norman Ajari, auteur de "Noirceur : Race, genre, classe et pessimisme dans la pensée africaine-américaine au XXIe siècle" pour un entretien avec la sociologue Véronique Clette-Gakuba.

De la réflexion et de la beauté

On retrouve évidemment de nombreux essais dans la librairie, comme le “Petit manuel antiraciste et féministe” de Djamila Ribeiro ou “Le racisme est un problème de Blancs” de Reni Eddo-Lodge. Mais Pépite Blues recèle aussi beaucoup d’ouvrages dont le plaisir est avant tout littéraire. Le roman “Le livre de Memory” de Petina Gappah, une autrice zimbabwéenne, est un exemple parmi d’autres cités par la libraire.

"Je trouve que lorsqu’on se focalise uniquement sur les essais – ce qui est génial, moi j’adore les essais -, on reste dans quelque chose de très cérébral. On est dans la recherche, la lutte, la réflexion, alors que lorsqu’on y rattache la fiction, il y a de la beauté aussi. Il y a un espace de liberté plus grand dans la fiction que dans les essais. L’ouverture des imaginaires, ça va aussi avec cette liberté-là." Elle le souligne, la sélection proposée par Pépite Blues répond en grande partie à ses envies : “Les nouveautés c’est important pour le renouvellement, mais la librairie fonctionne beaucoup au coup de cœur”. Partager la culture qu’elle affectionne, c’est sa passion : "Ça peut sembler paradoxal, mais le but n’est pas de proposer une littérature de niche, c’est de donner une visibilité […] C’est un espace de rencontres où l’on trouve des choses qu’on ne trouve pas ailleurs.

Quelques recommandations de lecture

"Combats" de Néhémy Pierre-Dahomey, Editions Seuil, 208 pages.

"C’était une belle surprise parce que j’ai traîné pour le lire" nous précise Celestina Jorge. Ce roman, qui prend place à Haïti au XIXe siècle, nous raconte l’histoire de deux demi-frères, Ludovic et Balthazar Possible, qui se détestent depuis la nuit des temps. "Le titre fait très révolutionnaire mais il est assez beau et il a beaucoup d’humour. […] J’aime bien faire des parallèles avec la nourriture, mais il est à croquer, on le savoure comme il faut."

"Le feu qui craque – PanAfroRévolutionnaires" du Collectif Cases Rebelles, Cases Rebelles Editions, 189 pages.

Dans ce recueil de texte, le collectif célèbre plus de dix ans d’existence. "On arpente les imaginaires politiques qui ont nourri le collectif. Les auteures explorent également ici différents sujets qui leur sont chers : prison, santé mentale, violences intrafamiliales, représentation spectaculaire des noir.e.s, amour communautaire." explique le collectif.

Informations pratiques

La page Facebook

Le site de la librairie

Adresse : Rue Anoul 30, 1050 Ixelles

Sur le même sujet

09 mai 2022 à 12:43
2 min
14 mars 2022 à 09:09
4 min

Articles recommandés pour vous