Regions Luxembourg

A Houffalize, les apiculteurs privilégient l'abeille noire bien de chez nous

© Jacques Delacolette

Dans la région de Houffalize, le nombre d'apiculteurs est en forte augmentation. La raison de cet engouement, c'est que les apiculteurs houffalois ont voulu remettre à l'honneur une abeille bien de chez nous, l'abeille noire. Les abeilles noires sont celles qui vivent dans nos régions depuis très longtemps et sont parfaitement adaptés à la faune et la flore. Les membres de la section apicole de Houffalize ont, dès le départ, opté pour les abeilles noires. " Travailler avec l’abeille noire, en réalité ", explique Jacques Delacollette, Président de section apicole de Houffalize, " c’est avoir une apiculture durable. On va peut-être avoir un petit peu moins de miel et ce n’est pas prouvé. Mais on respecte plus l’environnement. Il ne fait nourrir l’abeille noire en hiver. Elle se contente de peu. Pas besoin d’acheter du sirop qui vient des cultures de betteraves, généralement pulvérisées tous les quinze jours. Cela va à l’encontre d’un apiculteur qui veut défendre la nature ! ", conclut Jacques Delacollette.

Quelques uns des passionnés de l'abeille noire devant leurs nouvelles installations
Quelques uns des passionnés de l'abeille noire devant leurs nouvelles installations © Tous droits réservés

De plus, à la suite d’une étude réalisée il y a quelques années, il apparaît que l’abeille noire colonise à peu près 25% d’espèces florales en plus.  Autrement dit, elle permet de conserver le patrimoine des fleurs. Et à Houffalize, la commune a bien compris l’enjeu puisqu’elle a donné un coup de pouce pour les nouveaux apiculteurs et offert un terrain pour les constructions de la section apicole. On vient d’un peu partout, dans les communes limitrophes, mais également d’ailleurs en Wallonie, pour faire féconder les colonies par les mâles d'abeilles noires. C'est pourquoi une station de fécondation a été construite dans le village de Wibrin ainsi qu’un rucher-école. Mais Jacques Delacollette et les autres passionnés ne peuvent pas se reposer sur leurs lauriers. Il faut sans cesse sensibiliser et convaincre les apiculteurs qui ambitionnent de venir s’installer dans la région avec d’autres espèces d’abeilles, de changer leur fusil d’épaule. La présence proche de races importées, pourrait remettre en question tout le travail mené depuis plusieurs années !

Sur le même sujet

La Megachile lagopoda, une abeille rare, à nouveau observée en Flandre

Environnement

Unique au monde, l’abeille noire mellifère est la fierté de la région de Chimay

Regions

Articles recommandés pour vous