RTBFPasser au contenu

A Bruxelles, un nouveau bateau nettoyeur patrouille sur le canal

Canal de Bruxelles : bateau-nettoyeur de sortie pour le grand nettoyage

JT 13h

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

06 mars 2019 à 15:10 - mise à jour 06 mars 2019 à 15:101 min
Par Véronique Fievet

Son petit nom, "le Botia", s'inspire de celui d'un petit poisson nettoyeur. Mais n'allez pas croire qu'il s'agit d'un gadget. Le Botia vient de recevoir la mission de rendre le canal plus propre. Ce qui, au vu des 196 tonnes de déchets récupérés dans ses eaux l'an dernier, n'est pas une mince affaire!

Le petit bateau n'est pas seul. Il vient rejoindre son grand frère "Pollux", en service depuis 2006, au sein de la flotille anti-déchets du port de Bruxelles.  Pollux ne suffisait plus à récupérer les innombrables bouteilles en plastique et planchettes de bois que l'on trouve sur les 14 kilomètres de la voie d'eau bruxelloise.

Vingt-huit kilomètres de berges en pleine ville

Eric Delvallée aux commandes du Botia sur le canal à Bruxelles
Eric Delvallée aux commandes du Botia sur le canal à Bruxelles © Tous droits réservés

De loin, il ressemble à un gros pédalo flanqué d'une cabine en plastique. Mais l'intérêt est ailleurs. La partie avant est en effet largement ouverte pour aspirer les détritus qui flottent à la surface de l'eau et s'accumulent le long des berges. A la barre, Eric Delvallée manœuvre la petite embarcation pour récupérer dans son panier l'équivalent journalier d'un "big bag". Cet ancien éclusier nettoie depuis quinze ans le canal et plus grand-chose ne l'étonne. Car, à côté des petits déchets qu'avale le Botia, Eric croise aussi des matelas ou des portes en bois. Des objets jetés à l'eau par des habitants peu scrupuleux ou par des vents capricieux. Le petit bateau est aussi capable de récupérer les hydrocarbures que l'on trouve parfois sur l'eau.

Mobiliser les citoyens pour rendre le canal plus propre

Philippe Matthis, directeur général adjoint du Port de Bruxelles

Les incivilités contribuent évidemment à la saleté des eaux du canal. Mais d'autres facteurs entrent aussi en ligne de compte. Philippe Matthis, directeur général adjoint du Port de Bruxelles, explique ainsi que le canal est aussi le plus grand bassin d'orage de la région et qu'il reçoit les eaux de dix-neuf déversoirs. En cas de fortes pluies, les trop-pleins se déversent dans le canal et provoquent le dépôt de sédiments dans le fond du canal. "Chaque année, ce sont ainsi quarante mille mètres cube de sédiments qu'il faut draguer et extraire du canal pour maintenir la navigation puisqu'il s'agit bien d'un canal industriel en exploitation". 

 

Articles recommandés pour vous