Monde

A Abou Dhabi, les scientifiques créent la pluie dans le désert

RTBF

© RTBF

Le cheik Khalifa ben Zayed Al Nahyane, président des Emirats arabes unis (EAU) et émir d'Abou Dhabi, le plus riche des sept émirats, a demandé à une société suisse, Meteo Systems, de faire pleuvoir là où il ne pleut presque jamais, surtout en juillet et août.

Une centaine d'immenses ionisateurs répartis sur cinq sites de la région d'Al Ain ont été mis en oeuvre en juin dernier. Ils sont activés lorsque le degré d'humidité dans l'air atteint minimum 30% pendant les quatre mois d'été.

Résultat, ils ont permis de déclencher une cinquantaine d'averses créées au départ de rien, dans un ciel sans nuage. Ce serait là une première.

Ainsi naîtrait une alternative à la coûteuse désalinisation de l'eau de mer, qui revient environ 7,5 fois plus cher selon Meteo Systems.

Cloud seeding

Des scientifiques australiens avaient déjà mis en pratique depuis les années 60 une autre technique efficace de déclenchement de pluies, le "cloud seeding" ou ensemencement des nuages, en diffusant des particules d'iodure d'argent dans les nuages sur les régions centrales de la Tasmanie, afin d'y provoquer des précipitations sur les zones riches en ressources hydrauliques. Ils le font pour le compte de Hydro Tasmania qui alimente ainsi ses réservoirs d'eau destinée à faire tourner les turbines de ses centrales hydro-électriques.

Ici, Meteo Systems va plus loin en travaillant sans nuage au départ : avec son programme baptisé Weathertec, la société basée à Zug se propose de "moissonner" plus efficacement toute l'eau douce qui se perd, notamment en tombant sous forme de pluie dans les océans ou des bassins hydrologiques peu peuplés comme celui de l'Amazonie.

Mais peut-on changer ainsi la météo en toute impunité ? Des internautes se posent la question sur ce forum, évoquant les risques de perturbations des systèmes naturels.

Par ailleurs, des scientifiques cités par le Daily Mail considèrent avec prudence les résultats affichés par les promoteurs du système car Abou Dhabi est un pays côtier qui peut connaître des précipitations estivales naturelles venues de l'océan.

 

JFH avec The Telegraph