Monde Amérique centrale

À 10.000 km de Kiev, des réfugiés ukrainiens sont bloqués au Mexique

© Guillermo Arias

Des Ukrainiens ont fui l’invasion russe jusqu’à Tijuana, plus grand poste frontalier au monde entre le Mexique et les Etats-Unis, où ils espèrent se réfugier chez un proche à 10.000 km de Kiev malgré l’intransigeance américaine.

Natalia Poliakova, 25 ans, raconte qu’elle a commencé dès le 24 février au premier jour de la guerre un voyage de 40 heures de Kiev à Budapest, puis Barcelone, Bogota, Mexico, et enfin Tijuana.

La jeune styliste raconte qu’elle venait de trouver un très bon poste à Kiev. Et qu’en 2014, elle avait déjà dû abandonner sa Crimée natale, annexée par la Russie, pour se réfugier à Kiev.

La jeune femme cherche à rejoindre une tante qui vit aux Etats-Unis, mais assure vouloir revenir en Ukraine. "Nous voulons tous rentrer à la maison et reconstruire notre pays".

Au bout de son périple, elle affiche ce samedi la même désillusion que les milliers de migrants centraméricains qui sont chaque année interdits de territoire états-unien après un long voyage jusqu’à Tijuana.

"Le gouvernement des Etats-Unis dit : 'nous vous aiderons', mais cela fait des jours que nous sommes dans la rue", soupire la styliste de 25 ans, les traits tirés.

Avec son anglais parfait, elle aide ses compatriotes dans la même situation qu’elle face aux agents du CBP américain (Agence de protection des douanes et des frontières).

Ces derniers jours, l’AFP à Tijuana a pu constater l’arrivée récente d’Ukrainiens qui demandent l’asile aux frontières des Etats-Unis. Quelques familles ont pu passé au compte-goutte.

"Il en arrive plus ou moins 20 par jour", a déclaré côté mexicain un officiel de l’Institut national de Migration (INM), cité par le journal Milenio.

Ils n’ont aucun type de documents

"Ils n’ont aucun type de documents […]" donc les autorités américaines "ne laissent passer personne", ajoute au même journal Jann Budd, une militante aidant les migrants qui affirme "identifier les familles ukrainiennes" qu’elle rencontre.

Les Etats-Unis appliquent le "Titre 42", qui permet aux agents des frontières d’écarter les demandeurs d’asile et les migrants pour des raisons sanitaires. Cette disposition a été mise en place au début de la pandémie par l’administration Trump.

A Tijuana, tout près du poste-frontière de San Ysidro, les Ukrainiens côtoient quelques Russes et Bélarusses, dont les deux gouvernements sont alliés dans l’invasion de l’Ukraine.

Un Bélarusse de 40 ans, qui se présente sous le nom d’Andrei, assure avoir fui des persécutions politiques. Il cherche aussi à rejoindre des proches aux Etats-Unis. "Si je retourne au Bélarus, je vais en prison".

D’après le service américain, l’arrivée des Ukrainiens via le Mexique a augmenté ces derniers mois après une chute drastique en 2020-2021, années de pandémie.

A la frontière des Etats-Unis, Tijuana a davantage l’habitude de voir transiter des Centraméricains du Guatemala, Honduras, Salvador ou Nicaragua, souvent privés du rêve américain après un long voyage.

Le poste-frontière de San Ysidro est réputé être le plus fréquenté au monde (7,3 millions de piétons et 25,5 millions d’automobiles, d’après la presse mexicaine en 2019, citant l’administration américaine).

Sur le même sujet

Mexique et les Etats-Unis : discussion entre chefs d’Etat pour déterminer le sort de milliers de migrants

Monde Amérique du Nord

Mexique : jour de "consultation révocatoire", le président Obrador se met sur la sellette

Monde

Articles recommandés pour vous