RTBFPasser au contenu

Santé & Bien-être

67 cas de variole du singe en Europe, dans 9 Etats : l'ECDC publie une première évaluation des risques

Pox virus, illustration
23 mai 2022 à 14:10 - mise à jour 23 mai 2022 à 16:513 min
Par Johanne Montay

Entre le 15 et le 23 mai, un total de 67 cas de variole du singe acquis dans l’UE ont été signalés dans neuf États membres de l’UE (Autriche, Belgique,France, Allemagne, Italie, Pays-Bas, Portugal, Espagne, Suède), rapporte l’ECDC, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies.

Dans une précédente version de cet article, nous vous parlions de 85 cas recensés dans huit Etats membres. Il s'agissait des données fournies par l'ECDC. Le Centre européen a ensuite envoyé un rectificatif des chiffres et fourni les données que vous trouvez ci-dessus.

Identifier, gérer, rechercher les contacts et notifier

Dans une évaluation rapide des risques publiée aujourd’hui, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) recommande aux pays de l’UE/EEE de se concentrer sur l’identification, la gestion, la recherche des contacts et la notification rapides des nouveaux cas de variole du singe. Les pays doivent également mettre à jour leurs mécanismes de recherche des contacts, la capacité de diagnostic des orthopoxvirus (la famille de virus dont fait partie le "monkeypox"), et revoir la disponibilité des vaccins antivarioliques, des antiviraux et des équipements de protection individuelle pour les professionnels de la santé.

D’après l’ECDC, les cas humains de variole du singe actuellement diagnostiqués concernent principalement des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes, ce qui suggère que la transmission peut avoir lieu au cours de relations intimes. La transmission peut se faire par contact étroit des muqueuses ou de la peau non intacte avec du matériel infectieux provenant des lésions, ou par de grosses gouttelettes respiratoires lors d’un contact prolongé en face-à-face.

"La plupart des cas actuels ont présenté des symptômes légers de la maladie et, pour la population en général, la probabilité de propagation est très faible", a déclaré Andrea Ammon, directrice de l’ECDC. "Toutefois, la probabilité d’une propagation ultérieure du virus par contact étroit, par exemple lors d’activités sexuelles entre personnes ayant des partenaires sexuels multiples, est considérée comme élevée."

Comité de sécurité sanitaire

De son côté, la commissaire européenne chargée de la santé et de la sécurité alimentaire, Stella Kyriakides, s’est dite "préoccupée par l’augmentation du nombre de cas de variole du singe signalés dans l’UE et dans le monde".

Elle a ajouté : "Nous suivons de près l’évolution de la situation et, bien que la probabilité d’une propagation à l’ensemble de la population soit actuellement faible, la situation évolue. Nous devons tous rester vigilants, veiller à ce que la recherche des contacts et les capacités de diagnostic adéquates soient en place, et nous assurer que nous disposons des vaccins, des antiviraux et des équipements de protection individuelle nécessaires pour les professionnels de la santé. Nous sommes en contact étroit avec les États membres depuis les premiers signalements de cas de variole du singe dans l’UE et nous sommes prêts à soutenir activement et à coordonner la réponse de l’UE avec tous les moyens dont elle dispose. Le Comité de sécurité sanitaire de l’UE discutera demain du virus du monkeypox. Notre Autorité de préparation et de réaction aux urgences sanitaires (HERA), l’ECDC et l’EMA travaillent en étroite collaboration pour garantir l’information sur la situation épidémiologique et la disponibilité des vaccins et des traitements."

Isolement jusqu’à guérison des lésions

Les personnes infectées doivent rester isolées jusqu’à la chute des croûtes et doivent tout particulièrement éviter les contacts étroits avec les personnes immunodéprimées et les animaux domestiques. Il est également conseillé de s’abstenir de toute activité sexuelle et de tout contact physique étroit jusqu’à la guérison de l’éruption. La plupart des cas peuvent rester à la maison avec des soins de soutien.

Les contacts étroits des cas de variole du singe doivent surveiller eux-mêmes l’apparition de symptômes pendant 21 jours après la dernière exposition.

Eviter l’endémicité en Europe

La variole du singe est un virus qui est endémique en Afrique, mais pas en Europe. L’idée qu’il le devienne préoccupe le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies. "Si une transmission de l’homme à l’animal se produit et que le virus se propage dans une population animale, il existe un risque que la maladie ne devienne endémique en Europe. Il faut donc une étroite collaboration intersectorielle entre les autorités de santé publique humaines et vétérinaires pour gérer les animaux domestiques exposés et empêcher la transmission de la maladie à la faune sauvage", a précisé l’ECDC.

Sur le même sujet : JT du 22/05/2022

Variole du singe : quatrième cas confirmé en Belgique

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

24 mai 2022 à 05:00
4 min

Articles recommandés pour vous