RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

7 euros de plus pour un billet acheté à bord du train: "Inacceptable"

Pour Stefan Stynen, président de l’association de défense des usagers TreinTramBus
19 nov. 2014 à 05:48 - mise à jour 19 nov. 2014 à 13:25Temps de lecture2 min
Par Belga News

Les voyageurs qui embarquent sans billet aux arrêts où des guichets ou des distributeurs automatiques sont disponibles doivent actuellement s'acquitter d'un supplément de 3 euros s'ils préviennent l'accompagnateur de train à l'avance. Le prix du supplément augmente à 12,5 euros si le voyageur ne l'avertit pas. "Ce système actuel, qui est complexe pour les voyageurs, fait régulièrement l'objet de discussions et conduit, dans certains cas, à des agressions envers le personnel d'accompagnement des trains", indique cependant la SNCB.

Le nouveau système prévoit donc un supplément d'une valeur unique de 7 euros. Ce supplément ne s'appliquera cependant pas aux gares ne disposant pas de distributeurs automatiques en ordre de marche. La SNCB installe actuellement 740 distributeurs automatiques de billets dans ses gares et points d'arrêt. "En combinaison avec les guichets, la vente via internet et l'app SNCB, les voyageurs disposent d'une plus large gamme de possibilités leur permettant d'acheter un titre de transport avant de monter dans le train", ajoute la société des chemins de fer.

"Inacceptable", selon l'association TreinTramBus

Pour Stefan Stynen, président de l’association de défense des usagers TreinTramBus, cette surtaxe unique de 7 euros est inacceptable "parce que la SNCB met sur pied d’égalité tant les voyageurs de bonne fois que les fraudeurs". Jusqu’à présent les personnes de bonne foi payaient une surtaxe de 3,50 euros. Les autres se voyaient appliquer un supplément de 12,50 euros.

Celui qui n’a pas de billet parce que le distributeur était en panne devra payer 7 euros, ce qui est parfois bien plus que le prix plein du ticket, souligne-t-il : "Ce n’est pas de cette manière-là qu’on va encourager les gens à prendre le train!"

Quant à la promesse d’installer plusieurs centaines de nouveaux automates de vente de billets, Stefan Stynen rétorque que "ces machines sont loin d’être infaillibles et on constate aussi qu’il est parfois très difficile de trouver la formule recherchée. Le distributeur ne vous guide pas forcément automatiquement vers la formule la plus avantageuse. Les gens qui ne trouvent pas ce qu’ils désirent n’auront plus la possibilité de le demander au contrôleur. C’est un service qui disparaît".

A. L. avec N. Maleux

L'invité - SNCB : 7 euros de plus

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

16 mars 2015 à 17:49
Temps de lecture2 min
28 janv. 2015 à 12:31
Temps de lecture2 min