RTBFPasser au contenu

5 questions à Jean-François Chefneux, tête de liste Nouveau Verviers, à Verviers

5 questions à Jean-François Chefneux, tête de liste Nouveau Verviers, à Verviers
02 oct. 2018 à 18:164 min
Par RTBF

Comment enrayer la paupérisation du centre-ville ? Comment y recréer de l’activité commerciale et économique ? Comment éviter l’exode des commerces vers d’autres lieux comme Heusy où le pouvoir d’achat est plus important ? 

Jean-François Cheneux :  Les problèmes du centre-ville ne pourront se résoudre sans une action ambitieuse en terme de développement économique. Promettre une offre commerciale globale et de qualité au centre-ville n’a de sens que si l’on est capable de faire revenir à proximité une classe moyenne qui l’a déserté. Penser attirer de nouveaux habitants n’a pas de sens si l’on est incapable de leur offrir des emplois à proximité directe. Cette action ambitieuse implique de raisonner à une échelle plus large que notre seule commune. En ce sens, envisager l’action politique à mener en termes de " Verviers d’abord " n’a pas de sens. Ensuite, en proposant des mesures structurantes et ambitieuses. Nous proposons : 1) la création d’un nouveau bras de levier avec l’aide du G.R.E. Liège (Forum des forces vives de Verviers & de sa périphérie), 2. la mise en place d’une cellule unique d’accueil des investisseurs, 3. la création d’un BUSINESS PARK sur la plateforme de la gare, 4. l’augmentation du rythme des réaffectations des anciens sites industriels, 5. l’implantation d’activités nouvelles (incubateurs de start-up, notamment en matière de traitement de l’eau et de textile intelligents, Fablab, Réseau d’énergie local, etc.). Aussi en menant une action innovante en matière d’urbanisme afin de faciliter la vie de toute personne qui souhaite acheter. Nous avons ainsi développé avec des architectes un concept de " box urbanistique " (but ? Savoir avant d’acheter). Nous souhaitons aussi faire du service de l’urbanisme un modèle en Wallonie (permis 100% en ligne/délais raccourcis/…). Enfin, en travaillant sur le cadre de vie : sécurité, espace verts à proximité (projet de " Central Park " verviétois), propreté, mobilité (" Projet Vesdre ", destiné à rendre la Vesdre aux Verviétois et à offrir un axe de mobilité douce).

 

Comment éviter les conflits de personnes, quelle majorité pour éviter de nouvelles années de blocage complet ?

JFC : Trois conditions : 1. Éviter de s’entendre sur des malentendus (c’est ce qui arrive lorsqu’une constitution de majorité repose d’abord sur le souhait d’occuper la place et pas sur ce que l’on souhaite réaliser ensemble), 2. Constituer un casting précis : compétence et disponibilité, mais surtout esprit d’équipe, 3. Disposer d’une personnalité, d’un " capitaine à la barre ".

 

Les promoteurs immobiliers font ils la pluie et le beau temps à Verviers ? (City Mall et d’autres - projet lotissement près des Faweux, au Cossard, à Mangombroux)

JFC : En matière d’urbanisme, la commune dispose aujourd’hui de toutes les armes pour être maître de son sol. Les libertés dont paraissent disposent certains ne sont que le reflet des espaces laissés par le politique. La Ville doit " reprendre la main ". Elle doit disposer d’une vision claire en termes d’affectation du sol, de maintien des spécificités de ses villages et de protection de son patrimoine immobilier. Nous proposons de nommer un Bouwmeester (maître-architecte), dont le rôle sera d’aider à fixer cette ligne de conduite et de veiller à son respect.

 

Quelles seraient vos grandes priorités en matière culturelle ?

JFC : Nous avons choisi de faire de la culture un des axes de notre programme. L’objectif est de faire de Verviers, en 2030, une ville de référence en Wallonie en la matière (et une destination touristique recherchée de courts séjours). Pour y arriver, nous proposons :

    1. De doter la ville d’un document de structuration, pour l’aider à se projeter à 12 ans  : état des lieux (objectiver les forces et les faiblesses artistiques et culturelles du territoire communal, mais aussi les offres extérieures), identification des priorités qui permettront d’affirmer plus lisiblement notre politique culturelle ; identification de la manière dont notre politique culturelle pourra irriguer toutes les politiques publiques ; mise en place d’un " réseau de coopération " entre les acteurs culturels (effet " démultiplicateur ") et, enfin, utilisation la plus efficiente de l’argent public (toujours dans une logique d’effet " démultiplicateur "). Elaboré au sein d’Assises de la Culture, il associera les acteurs culturels, des spécialistes, des personnalités extérieures.
    2. Des actions en termes d’infrastructure : Grand-théâtre (il faut disposer d’une première salle dans les 3 ans pour éviter que les habitudes ne se perdent), développement d’un véritable quartier des musées (autour de l’Hôtel de Biolley et en y intégrant les offres excentrées : C.T.L.M., Solvent) et liaison du tout au " projet Vesdre " (couloir de mobilité douce).
    3. Des actions en termes d’ouverture à la culture : rencontre des publics " hors les murs ", " Pass-culturel " pour les jeunes, soutien à la création, etc.
    4. De développer le " Faire savoir ", notamment grâce aux technologies nouvelles. Beaucoup d’initiatives existent. Elles sont toutefois souvent mal connues.

Quelle est la première mesure que vous prendriez, si vous étiez bourgmestre lors de la prochaine mandature communale ?

JFC : Nouveau Verviers est une nouvelle formation. Répondre à cette question serait assez prétentieux. Je préfère répondre ceci. D’un bourgmestre fraichement élu, j’attends la capacité à marquer un temps d’arrêt. Avant d’aborder un travail de 6 années, prendre quelques jours pour réfléchir à la manière de travailler est indispensable. La première mesure, c’est donc d’offrir aux Verviétois la chance d’avoir une majorité large, qui s’accorde sur un projet de ville à 12 ans.

5 questions aux têtes de liste, une opération menée dans l'arrondissement de Verviers par VEDIA et la RTBF

Articles recommandés pour vous