La Une

5 choses que vous ne saviez pas sur Paul-Henri Spaak

Paul-Henri Spaak, l'un des fondateurs de l'Europe moderne

© Tous droits réservés

02 déc. 2022 à 06:59 - mise à jour 09 déc. 2022 à 08:02Temps de lecture3 min
Par RTBF

Dans le documentaire “Spaak”, le réalisateur Hugues Lanneau dresse le portrait du truculent Paul-Henri Spaak, homme politique majeur du XXe siècle. En cinq anecdotes, on revient sur le parcours de l'un des pères fondateurs de l'Europe moderne.

Premier président de l’Assemblée Générale de l’ONU, premier président de l’Assemblée Générale de la CECA, Secrétaire général de l’OTAN, Premier ministre et ministre des Affaires Etrangères de Belgique... La carrière de Paul-Henri Spaak n’a rien à envier à celle de l’anglais Winston Churchill à qui on l’a fréquemment comparé. Dans son nouveau documentaire, Hugues Lanneau revient en détails sur la vie de l’homme politique. On comprend comment Paul-Henri Spaak est devenu l’une des figures majeures de la construction européenne. Nous avons retenu cinq anecdotes surprenantes sur la vie du Bruxellois. 

1. Sa mère est la première femme belge à être sénatrice (parti socialiste) 

Paul-Henri nait à Schaerbeek, le 25 janvier 1899, dans une famille bourgeoise, laïque et francophone. Il est le fils de Paul Spaak, un brillant artiste, auteur et avocat, et de Marie Janson, la première femme parlementaire belge. Elle entre dans l’histoire le 27 décembre 1921, en devenant sénatrice pour le parti socialiste. La famille Janson baigne dans une atmosphère politique. Le père de Marie est également l’un des pères du suffrage universel en Belgique 

2. Il a été prisonnier des Allemands pendant la Première Guerre mondiale   

À 17 ans, le jeune Paul-Henri veut se battre contre l'occupant allemand. Il désobéit à son père et tente de rejoindre l’armée belge, mais est arrêté en Allemagne en voulant passer la frontière. Il reste enfermé entre 1916 et 1918 dans une prison allemande. Son frère, Charles, se souvient de son retour. “Nous étions à table le soir, on a sonné. Nous avons vu arriver un personnage hirsute. C’était le prisonnier qui revenait d’Allemagne, avec des manières épouvantables. Il mangeait avec ses doigts et avait perdu l’usage de la serviette.”

3. Il a été d’abord inscrit politiquement dans le rang des libéraux 

Avant sa carrière d’homme politique socialiste qu’on lui connaît, Paul-Henri Spaak a été inscrit une quinzaine de jours chez les étudiants libéraux dans sa jeunesse, dans la tradition de sa famille. Il s’inscrira deux ou trois ans après, vers 1922, au parti socialiste.

4. Sa nomination comme ministre des Affaires étrangère était une surprise 

En 1936, Paul-Henri Spaak est nommé ministre des Affaires étrangères. L’homme politique devait originellement avoir le portefeuille de la justice, ayant fait des études de droit. Néanmoins le parti conservateur catholique de l’époque ne voulait pas que la sûreté de l’Etat soit “entre les mains de ce révolutionnaire” selon les dires de Henri-Paul Spaak lui-même. L’homme politique n’estime pas avoir toutes les qualifications nécessaires. “J’avais très peu voyagé, je connaissais très peu le monde à part le français, je ne parlais aucune langue étrangère.” 

5. Il s’est échappé par une camionnette à double fond de l’Espagne franquiste  

Après la capitulation de la Belgique par le roi Léopold III, le gouvernement belge s’exile à Londres. La seule route pour y arriver est de traverser l’Espagne, rejoindre le Portugal et de rejoindre l’Angleterre par avion ou bateau. Mais l’Espagne, dirigée par le général Franco proche du régime nazi, arrête Paul-Henri Spaak et le Premier ministre Hubert Pierlot à la frontière. Ils sont placés en résidence surveillée. Lors de la venue d’Himmler à Madrid, les deux hommes décident de s’évader. “Nous avions fait construire une espèce de camionnette à double fond dans laquelle nous devions nous cacher entre le siège du chauffeur [et du passager, N.D.L.R.]. Quatre jours plus tard, ils sont à Londres.  

“Spaak”, un documentaire d’Hugues Lanneau à voir vendredi 9 décembre à 22h40 sur La Une, et en replay sur Auvio pendant 90 jours. 

Inscrivez-vous à la newsletter TV!

Tous les jeudis matin, recevez un aperçu de votre programme sur les trois chaînes TV de la RTBF : La Une, Tipik et La Trois.

Sur le même sujet

Ecole Paul-Henri Spaak: il n'y aura pas de hausse du minerval

Regions

Articles recommandés pour vous