RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions

400 accidents impliquant des trottinettes électriques à Bruxelles en 2021 selon Vias

A Bruxelles, 400 accidents ont impliqué des usagers de trottinettes électriques
21 févr. 2022 à 14:30Temps de lecture1 min
Par Philippe Carlot

L'institut de sécurité routière Vias communique pour la première fois les chiffres d'accidents impliquant des trottinettes électriques. Au niveau belge, Vias recence un millier d'accidents de ce type, pour environ 400 dans la seule région bruxelloise. Un chiffre qui préoccupe Benoît Godard, le porte-parole de Vias. "Ce n'est que la partie la plus visible de l'iceberg puisque toutes les personnes qui, par exemple, tombent d'une trottinette électrique n'appellent pas les policiers pour constater l'accident. Donc probablement que le nombre est nettement plus élevé. Et donc c'est une tendance préoccupante qu'il faut tenir à l'oeil et on espère que la législation va évoluer pour, par exemple, interdire à deux personnes de prendre place sur une trottinette, fixer un âge limite..."

 

Est-ce vraiment un nombre élevé?

Dans l'absolu, 400 accidents déclarés, cela paraît un nombre élevé. Sans minimiser l'importance de ces accidents, le porte-parole de l'opérateur Pony, présent à Bruxelles, tient à relativiser. "Le nombre de trajets en trottinettes électriques augmente très fortement", explique Guillem Leroux. "Si vous rapportez le nombre d'accidents au nombre de trajets, cela donne une accidentologie qui est faible, en fait. Il y a des rapports de l'OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Economiques, ndlr) assez documentés là-dessus qui montrent que l'accidentologie à trottinette et similaire à celle des vélos à assistance électrique. Et cette accidentologie, elle a une particularité, celle qu'elle implique très peu de tiers, elle génère très peu de blessés et très peu de morts."

Pour autant, Pony se dit consciente des dangers de ce mode de déplacement et recommande le port du casque à des clients. L'opérateur offre même 20% de réduction aux usagers qui font la preuve - par un selfie - qu'ils portent un casque. 

Nous rencontrons un usager place Meiser, à Schaerbeek. Il ne sent pas toujours en sécurité sur son engin et pointe du doigt "les automobilistes qui ne respectent pas le code de la route". Tout en admettant lui-même se trouver régulièrement en infraction "sans même s'en rendre compte". 

Les torts semblent donc partagés. 

Moins de morts sur les routes: sujet JT 21/02/2022

Sur le même sujet

Débat : Joe Biden a-t-il raison de traiter Poutine de criminel de guerre ?

C'est pas fini

Trottinettes électriques : le grand flou juridique

Le Scan

Articles recommandés pour vous