RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

40 décès par jour : Qui meurt encore aujourd'hui du Covid ?

La question du jour

Qui meurt encore du covid aujourd’hui ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

23 févr. 2022 à 18:57Temps de lecture2 min
Par Arnaud Ruyssen

Tous les indicateurs de l'épidémie sont à la baisse ces dernières semaines. Néanmoins, le Covid continue d'entrainer plusieurs dizaines de décès chaque jour. Qui sont ceux qui meurent encore du Covid dans sa version omicron? Déclic a voulu y voir clair. 

Une quarantaine de décès chaque jour

Selon les chiffres compilés par Sciensano, la moyenne des décès enregistrés ces 7 derniers jours s'établit à 38,4 décès, dont l'essentiel (32) dans les hôpitaux. Si on élargit la focale sur la ligne du temps de la crise, on constate que l'on est très loin des pics de début d'épidémie. Au printemps 2020, 300 décès ont parfois été enregistrés en une seule journée. 

Evolution de la mortalité depuis le début de l'épidémie
Evolution de la mortalité depuis le début de l'épidémie Sciensano

La mortalité de cette vague "omicron" est en réalité très proche de celle observée lors de la 4ème vague (Delta), à la fin 2020, malgré cette fois une moindre congestion des Unités de Soins Intensifs.  

Quel est le profil des personnes décédées?

Les rapports épidémiologiques nous montrent que la moyenne d'âge des patients décédés est en augmentation depuis l'apparition du variant Omicron. La tranche des plus de 85+ est bien plus touchée, proportionnellement, que lors de la vague précédente. 

Nombre de décès par catégorie d'âge
Nombre de décès par catégorie d'âge Sciensano

Pour en savoir davantage sur le profil précis de ces patients, nous avons contacté le responsable du service Covid d'un grand hôpital bruxellois qui précise: "Chez nous, sur une quinzaine de personnes décédées depuis le début de la vague Omicron, on a quasiment exclusivement des patients âgés, avec une moyenne de 80 ans. Pratiquement tous présentent des comorbidités ou des profils immunodéprimés : cancers, insuffisance rénale, maladie dégénérative entrainant l'utilisation de traitement immunosuppresseurs…" 

Des profils de décès assez semblables à ceux que l'on enregistrait au début de l'épidémie mais dans des proportion bien moindre principalement grâce à l'immunité conférée par les vaccins et acquise suite aux vagues précédentes.

Vaccinés ou non, quelle différence? 

Sur l'ensemble du Pays, on constate qu'en terme d'incidence il y a 3 fois plus de décès chez les + de 85 ans non vaccinés que chez les + de 85 ans vaccinés à 3 doses.

Incidence de la mortalité par statut vaccinal et par groupe d'âge, sur ces 15 derniers jours.
Incidence de la mortalité par statut vaccinal et par groupe d'âge, sur ces 15 derniers jours. © Tous droits réservés

Quand on essaye d'affiner cela auprès de médecins infectiologues spécialisés, ils confirment. "Chez nous, témoigne une spécialiste, tous les vaccinés décédés avaient plus de 87 ans, sauf un patient qui avait un cancer à un stade avancé. Par contre chez les non-vaccinés on a souvent des patients plus jeunes et avec des profils moins fragiles, avant l'infections".

De quoi confirmer que le vaccin (surtout quand il est boosté par une 3ème dose), s'il n'est pas un bouclier absolu surtout pour les patients très âgés avec des comorbidités ou immunodéprimés… continue de diminuer les risques de décès même chez les plus fragiles. 

Sur le même sujet

A cause du Covid, un bond de plus de 25% des cas d'anxiété et de dépression dans le monde, selon l'OMS

Coronavirus

Articles recommandés pour vous