RTBFPasser au contenu
Rechercher
Icône représentant un article audio.

Concours Reine Elisabeth

3e soirée de finale au Concours Reine Elisabeth avec la prestation époustouflante d'Hayoung Choi

Compte rendu de la 3e soirée de finale du Concours Reine Elisabeth violoncelle

le reportage de Marie Michiels

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

02 juin 2022 à 07:55 - mise à jour 02 juin 2022 à 08:08Temps de lecture1 min
Par Marie Michiels

Nous sommes arrivés à la moitié de la semaine de finale, du Concours Reine Elisabeth de violoncelle : hier, comme chaque soir de la semaine, nous avons entendu deux candidats, un candidat autrichien de 22 ans, et une candidate coréenne de 24 ans, accompagnés par le Brussels Philharmonic.

Jeremias Fliedl commence sa prestation à 20h15, un peu plus tard que d’habitude car la Reine est dans la salle.

Tout d’abord, il nous propose l’imposé : il y a de la recherche dans les sons, et il chante avec son violoncelle quand la partition s’y prête. Par contre, dans les traits rapides, on ne sait pas toujours bien où il va. Tout est assez tendu, nerveux, avec peu de respiration.

Dans le concerto de Schumann, c’est autre chose. Dans la musique romantique, on le sent davantage dans son élément. Il nous offre des envolées mais avec un son qui reste relativement petit. Peut-être le stress ou la fatigue… Il n’y a plus trop de direction, comme si Jeremias Fliedl ne vivait pas vraiment le moment présent.

Après la pause, la prestation d’Hayoung Choi est extraordinaire. Elle est époustouflante : avec elle, l’imposé trouve toute sa cohérence. Dès les premières notes, on sent qu’elle va nous prendre par la main.

Il y a tellement de présence, de raffinement… C’est délicat, sans chichis et détendu, avec une touche d’humour qui ne gâche rien.

Elle choisit ensuite un concerto peu joué de 1970 du compositeur polonais Witold Lutosławski, écrit pour le tout grand violoncelliste Rostropovitch. Elle explore les coins et les recoins de son violoncelle : chaque note seule a une couleur, comme chaque trait. Le dialogue avec l’orchestre est superbe à l’image d’un être humain perdu sur une planète hostile ou dans une jungle effroyable.

Hayoung Choi est une toute grande artiste… Et pour la première fois depuis le début de la finale, une bonne partie de la salle se lève pour applaudir.

Sur le même sujet

Premières impressions après la proclamation du palmarès du Concours Reine Elisabeth 2022 violoncelle

Concours Reine Elisabeth

Les prestations d'Hayoung Choi, 1e lauréate du Concours Reine Elisabeth 2022

Concours Reine Elisabeth

Articles recommandés pour vous