RTBFPasser au contenu

Medias

"37°2 le matin", "Diva"… Le réalisateur français Jean-Jacques Beineix est décédé à l’âge de 75 ans

Jean-Jacques Beineix en 2006, 2013 et 1983
14 janv. 2022 à 16:55 - mise à jour 14 janv. 2022 à 23:032 min
Par Kevin Dero et afp

Le cinéaste français Jean-Jacques Beineix, qui signa notamment "Diva" et "37°2 le matin" dans les années 80, est décédé vendredi à l’âge de 75 ans, a annoncé sa famille à l’AFP.

Evocation par Hugues Dayez dans notre 19h30 :

Plébiscité dans les années 80

Réalisateur poétique et esthétisant, il avait été récompensé en 1982 du César de la meilleure première œuvre pour "Diva" (1980). Ses premiers projets l’amènent à la publicité. Il réalisera notamment le spot de lutte contre le sida multi-diffusé "Il ne passera pas par moi". Après plusieurs projets, il décide de quitter le milieu.

"C’est bien de mettre son talent au service de causes" et la publicité, "ce n’était pas des causes", expliquera-t-il. Son esthétique restera très marquée par la publicité, ce que lui reprocheront ses détracteurs.
 

Jean-Jacques Beineix à Paris, le 10 janvier 2006.

Tout d’abord assistant réalisateur pour Jean Becker, Claude Berri ou Claude Zidi au tournant des années 70, c’est Diva qui le propulsa au-devant de la scène des cinéphiles.

Son film culte, "37°2 le matin" (1986), une adaptation du roman éponyme de Philippe Djian, avait été nommé pour l’Oscar du meilleur film étranger en 1987. Une œuvre qui révéla la comédienne Béatrice Dalle et remporta un large succès en France et à l’étranger, mais fut boudée par les César.

Vu par 3,6 millions de spectateurs, il a depuis accédé au statut de film culte. Histoire de passion torride et destructrice entre deux écorchés vifs rattrapés par la folie, Betty et Zorg, interprétés par Béatrice Dalle, alors inconnue, et Jean-Hugues Anglade, le film est une adaptation du roman du même titre de Philippe Djian. Nommé à neuf reprises aux César, "37°2 le matin" fut nommé à l’Oscar du meilleur film étranger.

Bande-annonce de 37°2 le matin (1986)

Loading...
Le réalisateur français et l’acteur Philippe Noiret, en 1989
Beineix et Jacques Chirac, en 1995
Avec l’actrice Béatrice Dalle, en 2006

Le dernier rôle de Montand

D’autres œuvres, comme "La Lune dans le caniveau" (1983) et "Roselyne et les lions" (1989) furent des échecs commerciaux. En 1992, Jean-Jacques Beineix offrit son dernier rôle à Yves Montand, mort pendant le tournage, dans "IP5, l’île aux pachydermes".

Loading...

Touche-à-tout

Son dernier film, Mortel Transfert, en 2001, ne rencontrera ni le public, ni la critique. Ce Parisien, qui était aussi écrivain, dialoguiste et scénariste (de bande dessinée, notamment) se tournera ensuite vers le documentaire télé ou la mise en scène théâtrale.

Réalisateur engagé, le créateur de la société de production Cargo Films, ne mâchait pas ses mots. Comme dans cet extrait de 2008 où il fustige les autorités chinoises :

Archive: Jean-Jacques Beineix parle des restrictions chinoises (Paris, 2008)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Réactions du milieu du cinéma

"Zorg et Betty sont orphelins", a réagi sur Instagram Béatrice Dalle, se souvenant du tournage comme l’une "des plus belles pages de ma vie". "Je t’aime", a-t-elle encore écrit à l’intention du réalisateur décédé.

L’actrice Romane Bohringer, dont le père Richard avait obtenu l’un de ses premiers rôles de cinéma dans "Diva", a elle aussi voulu dire "merci" au réalisateur : "Ce film a de fait changé nos vies et marqué mon enfance. J’en garde un souvenir ébloui".

Beineix avait "un cran, un style, une méthode, la grandiose assurance des entêtés", a salué l’ancien président du Festival de Cannes Gilles Jacob.
Gaumont et l’Académie des César lui ont rendu hommage sur Twitter. "Il était le cinéaste de toute une génération et avait abdiqué devant le fossé qu’il considérait s’être creusé entre lui et le cinéma. Nous lui devons pourtant de très grands films", a réagi la Sacd (Société des auteurs et compositeurs dramatiques) sur les réseaux sociaux.
 

Bande-annonce de "Diva"

Loading...

Eclectisme

Signe de l’éclectisme de Jean-Jacques Beineix, la réalisatrice et ancienne actrice X, devenue militante féministe, Ovidie, s’est dite très "attristée" par la mort de celui qui l’avait "mise sur les rails" en produisant son premier documentaire, avant qu’ils ne se brouillent.
 

Loading...

Sur le même sujet

12 janv. 2022 à 15:17
2 min
31 déc. 2021 à 21:44
1 min

Articles recommandés pour vous