Cyclisme Mondiaux

2022, l’année de rêve de Remco Evenepoel : "Je ne vivrai plus jamais ça"

© Tous droits réservés

2022 restera à jamais gravée dans l’histoire du cyclisme noir-jaune-rouge. Un cru exceptionnel, des victoires sensationnelles et deux hommes qui ont fait briller la Belgique du vélo, Wout van Aert et Remco Evenepoel.

A 22 ans, Remco Evenpoel a un palmarès hallucinant… 37 victoires, parmi elles les plus belles du monde. En 5 mois, le jeune brabançon a réalisé tous les rêves qu’il s’était fixés lorsqu’il était gamin :" Quand j’ai commencé à courir, j’avais trois grands objectifs : remporter Liège-Bastogne-Liège, devenir champion du monde et gagner un grand tour", a confié Evenepoel. "Je sais que je ne vivrai plus jamais ça. C’est une saison magique"

Remco a réussi à cocher ses 3 rêves lors de la même saison, en grande partie grâce à un "déclic", qui a eu lieu sur la Doyenne des Classiques.

Liège-Bastogne-Liège : "le déclic"

Le dimanche 24 avril, Remco est au départ de Liège-Bastogne-Liège avec de brosses ambitions. Il veut briller dans ce monument qui le fait rêver… sur sa classique préférée.

Et le jeune loup assume pleinement son rôle de favori. Remco place une attaque tranchante à 15 km de l’arrivée, dans la fameuse côte de la Roche aux Faucons. Il file seul vers la victoire, pour remporter la Doyenne des classiques à sa manière, en solitaire.

A l’arrivée, sur le Quai des Ardennes, il fond larmes. Il a répondu à ses détracteurs de la plus belle des manières, avec les jambes, en réalisant un incroyable "Remco Show". Un retour triomphal après sa terrible chute lors du Tour de Lombardie 2020, qui l’avait laissé le bassin en miettes dans un ravin. Un accident qui lui avait demandé des mois et des mois de travail, et de sacrifice pour retrouver son meilleur niveau.

Cette victoire à Liège, c’est un tournant dans la carrière de Remco, comme le confirme son papa, Patrick Evenepoel : "Le déclic s’est produit à Liège, ce jour-là la pression est partie".

 
 

En mode "Patron" sur la Vuelta

Remco arrive sur son deuxième Grand Tour (il avait abandonné sur le Giro en 2021) sans trop de pression. Il rêve "d’une victoire d’étape" et d’un "top 10".

Mais le "petit cannibale" s’érige rapidement comme le patron de ce Tour d’Espagne. Il endosse le maillot rouge de leader après 6 étapes… Et il ne le quittera plus. Evenpoel gère à merveille la pression, et même lorsqu’il tangue en montagne, il garde le cap et navigue à son rythme, pour arriver sereinement à bon port.

Au-delà de son exploit sportif, il prouve tout au long de ces 3 semaines de course, qu’il peut porter sans souci le rôle de capitaine de navire, et cela en dégageant une maturité déconcertante, pour un gamin de 22 printemps.

Le dimanche 11 septembre, il devient donc le premier coureur belge à remporter un grand Tour, depuis Johan de Muynck, sur le Tour d’Italie 1978.

Les mondiaux, la cerise sur le gâteau

Evenepoel débarque "décontracté" sur les Mondiaux... Avec le sentiment d'une saison déjà pleinement réussie. Le reste, c'est du bonus, même si le Brabançon n'est jamais rassaisé et qu'on savait qu'il est venu à Wollongong avec des ambitions. 

Après la belle médaille de bronze sur le CLM inaugural dimanche dernier, Remco Evenepeol est au départ de la course en ligne avec un statut de co-leader, avec Wout van Aert. Ce clan belge mise sur Wout pour une arrivée au sprint, et sur Remco pour une victoire en solitaire. 

Cette victoire en solitaire, se dessine à 35 km de l'arrivée. Evenepoel sort du peloton, seul Alexey Lutsenko réussit à s'accrocher... pendant une dizaine de bornes avant de lâcher prise. Remco se lance dans son excercice favori... un CLM de 26 km après 240 km de course... Une superbe effort en solitaire ponctué par un succès et ce maillot arc-en-ciel.

Cerise sur le gâteau, Remco s'impose avec 2'21" d’avance sur ses concurrents. Un écart impressionnant, jamais vu dans l’histoire récente du cyclisme. Il faut remonter à 1968 et la victoire de Vittorio Adorni pour trouver une avance aussi conséquente. L’Italien s’était imposé avec pratiquement dix minutes d’avance sur le Belge Herman Van Springel.

Quand Remco fait le show, il le fait jusqu'au bout, en repoussant en permanence les limites et en dégageant un panache impressionnant. Il l'a encore prouvé ce dimanche en s'imposant avec la manière, avec sa manière. 

Un triplé qui n'avait plus été réalisé depuis 1980

Remco Evenpoel ponctue donc sa saison exceptionelle avec un triplémonument du cyclisme – grand tour – maillot de champion du monde, qu'on n'avait plus vu depuis 42 ans... 

Le dernier à avoir réussi cette prouesse, c'était Bernard Hinault en 1980. "Le Blaireau" avait aussi remporté Liège-Bastogne-Liège, ainsi que le Giro et le maillot arc-en-ciel à domicile, à Sallanches.

Remco s’inscrit donc dans la lignée d’un des plus grands coureurs de tous les temps, et à 22 ans on se demande où il va s'arrêter

Sur le même sujet

Binche fête deux légendes du cyclisme : les fans en nombre pour accueillir Remco Evenepoel et Philippe Gilbert

Belgique

Evenepoel accueilli en héros à l’aéroport : "C’est exceptionnel, je suis très ému en pensant à ce qu’il a fait"

Cyclisme

Articles recommandés pour vous