RTBFPasser au contenu
Rechercher

1968-2018 : le hard rock fête ses 50 ans

Le hard rock a 50 ans

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

11 mai 2018 à 06:00Temps de lecture3 min
Par David Brichard

Milieu des années 60’, la pop des Beatles est à son apogée avec des titres comme Help ! ou Ticket to ride. Les Stones sortent leur deuxième album. Ces enfants terribles du Rock‘n’Roll et du Rhythm and Blues balancent sur les ondes (I Can’t Get No) Satifaction, une vraie claque pour les mélomanes. C’est dans une époque, très riche musicalement, que progressivement un nouveau genre va, d’abord aux Etats-Unis, faire son apparition.

Dès 1966, des groupes US psychédéliques, pour la plupart, cherchent à modifier le son des instruments, le rendre plus lourd, plus saturé. "Face aux Beatles et aux Stones, il y a une recherche d’un plus gros son. La batterie et la basse sont de plus en plus mises en avant. La voix et la guitare sont moins les vedettes", raconte Jacques de Pierpont, dit Ponpon, l’ancien animateur radio de la RTBF.

Iron Butterfly fait partie de ces formations psyché qui tentent le changement. En 1968, les américains de San Diégo sortent In A Gadda Da Vida, un titre de 17 minutes que les journalistes et critiques de l’époque vont qualifier de premier morceau de Hard Rock. Un nouveau style est né et va donner lieu à des associations musicales aussi surprenantes qu’improbables.

Voici le premier morceau de "hard rock"

IRON BUTTERFLY - IN A GADDA DA VIDA - 1968 (ORIGINAL FULL VERSION) CD SOUND & 3D VIDEO

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Led Zep, Deep purple, Black Sabbath et Co

Sur le continent européen, ces expérimentations sonores suscitent l’attention des musiciens, surtout en Angleterre. En 1968, Led Zeppelin, Deep Purple, Black Sabbath voient le jour. Ils sont sur le point de devenir les pionniers populaires du Hard Rock.

Dans les foyers, certains jeunes, pas la majorité, écoutent discrètement et religieusement leurs morceaux qui passent sur quelques rares chaînes de radio. "Il fallait capter une radio pirate ou RTL international pour entendre ces groupes", explique Ponpon. Aux yeux de la partie la plus conservatrice de l’opinion public, le côté rebelle et provocateur de ces rockeurs passe mal. Mais malgré ces oppositions, la jeunesse post-soixante-huitarde va peu à peu s’imprégner d’une culture musicale de plus en plus rock.

En 1973, les frères Angus et Malcolm Young forment AC/DC. Bien entourés, ils vont enchainés les tubes planétaires : Highway to Hell, Back in Black, …  A l’époque, le Hard Rock est rebaptisé Heavy Metal. Pour Francky Desmet, le chanteur du groupe Channel Zero, Le morceau Hells bells de 1980 est sans aucun doute celui qui a marqué son adolescence. " Un jour, j’ai relié 7 ou 8 enceintes de voiture à un ampli et j’ai balancé Hell’s Bells. Ça allait tellement fort que j’ai fait exploser mon installation. C’était un son incroyable ", raconte le fan de Hard Rock.

Black Sabbath - "Paranoid" Belgium 1970

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Un nouvel élan avec le punk

Dès le milieu de années 70’, le punk monte en force. Les Ramones naissent aux Etats-Unis. En Angleterre, les Sex Pistols vont défrayer la chronique. Pourquoi parler de punk ? Car le style va considérablement influencer les groupes Heavy Metal qui vont suivre. Le plus mondialement connu, c’est incontestablement Metallica. Dès 1982, la formation américaine va s’imposer en tant que maître du Trash Metal. Particularité : le rythme est beaucoup plus rapide, aussi soutenu que le punk.

Black Metal, Death Metal, Hard Core, Emo Core, etc. Les spécialistes estiment qu’il existe une soixantaine de sous-genres au Hard Rock.  Dans les années 90, l’association du Rap et du Hard va scotcher le monde entier. Rage Against de Machine fait l’effet d’une bombe. "L’énergie du Rap et du Heavy Metal sont totalement compatibles. Les deux offrent une violence inouïe à la musique", ajoute Ponpon.

Comme chaque style de musique, le Heavy Metal connait de meilleures années que d’autres mais 50 ans après sa création, il brille régulièrement. System of a down, Opeth, Tool, … Impossible de citer tous les grands noms d’un mouvement qui a encore de belles années devant lui… Le Hard Rock est-il mort? Certainement pas…

RAMONES Hey Ho Let's Go

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement