Près de chez nous

1763, Mozart séjourne et compose à Bruxelles

C'est arrivé près de chez nous

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Saviez-vous que le jeune Wolfgang Amadeus Mozart était passé par la Belgique – qui était encore à l’époque les Pays-Bas autrichiens -, passant par Liège, Tirlemont, Louvain et surtout Bruxelles, et y avait même composé ? Xavier Falques nous en dit plus dans "C’est arrivé près de chez nous".

Bruxelles est vraiment une très belle ville. Un peu bosselée, il est vrai, mais le pavé y est parfait, on y marche comme dans une maison.

L’homme qui écrit ces lignes à l’hôtel d’Angleterre, le 17 octobre 1763, n’est autre que Léopold Mozart, compositeur, violoniste et père de deux enfants musiciens prodiges, Maria Anna, surnommée Nannerl, alors âgée de 12 ans, et d’un petit prodige répondant au nom de Wolfgang Amadeus. Est-il encore nécessaire de présenter celui qui cumulera tous les superlatifs, ce petit prodige à l’oreille absolue qui, dès l’âge de 6 ans, composera sans discontinuer et qui sera trimballé dès l’âge de sept ans à travers toute l’Europe par son père, soucieux de montrer fièrement l’étendue du talent de son fils prodige ?

Bruxelles, une étape sur la route de Paris

Leopold Mozart avec Wolfgang Amadeus et Nannerl

En 1762, toute la famille Mozart, composée notamment de Léopold, de Wolfgang, mais aussi de la sœur de ce dernier, Nannerl, claveciniste virtuose, se lance dans une tournée à travers l’Europe. Une tournée qui commence par Vienne pour ensuite se poursuivre en Allemagne, en Belgique et puis à Paris et Londres notamment. En 1763, Léopold et ses enfants passent par la principauté de Liège, pour ensuite faire étape dans les Pays-Bas autrichiens, l’actuelle Belgique, passant par Tirlemont et Louvain. Et en octobre 1763, le jeune Mozart, âgé de sept ans, se retrouve à Bruxelles. Léopold nourrit l’espoir de présenter ses deux enfants prodiges au gouverneur des Pays-Bas autrichiens, Charles Alexandre de Lorraine. Mais dans l’esprit de Léopold Mozart, Bruxelles n’est qu’une étape sur la route de Paris, une route qui le mènera à séjourner à Mons quelques semaines plus tard.

Et comme le gouverneur tarde à donner l’entrevue musicale tant attendue, le séjour de la famille Mozart se prolonge. Et durant ce séjour, le petit Wolfgang écrit, compose.

La sonate bruxelloise

 Wolfgang Amadeus Mozart

Mais que nous reste-t-il de ce que Mozart a composé à Bruxelles ? Dans le cahier de Nannerl, on retrouve un allegro écrit pour le clavecin et daté du 14 octobre 1763. Cet allegro, Mozart en fera le premier mouvement de la première sonate pour clavecin, qui peut s’accompagner du violon, et publiée à Paris en 1764.

Sans être un chef-d’œuvre, ce que l’on aura un peu trop vite appelé la "sonate bruxelloise" n’en est pas moins un témoignage du talent du jeune garçon d’à peine sept ans.

Sur le même sujet

La mort de Mozart : pourquoi la théorie de son empoisonnement ne tient pas

L'Heure H

Guillaume Lekeu sur un air de cramignon liégeois

Près de chez nous

Articles recommandés pour vous