RTBFPasser au contenu

Chroniques

150 députés. Pour faire quoi?

150 députés. Pour faire quoi?
19 juin 2014 à 08:482 min
Par Philippe Walkowiak

Les députés retrouvent le chemin de la rue de la Loi, sans savoir à ce stade s’ils siègeront dans la majorité ou l’opposition… sauf peut-être au CD&V, nécessaire à toute forme de coalition !

Une seule assemblée

Mais pour la première fois sans doute depuis 1831, il n’y aura pas simultanément des sénateurs dans l’autre aile du parlement. C’en est fini du bicaméralisme voulu par les pères fondateurs du Royaume. Le Sénat ne sera plus qu’une assemblée-croupion, composé des parlementaires venus des assemblées régionales et communautaires et de 10 sénateurs cooptés (6N, 4F), sans pouvoirs réels. Rien n’est encore réellement défini sur l’organisation des travaux sénatoriaux et le personnel affecté au Sénat ne sait pas quel sera son travail.

De toute façon, la classe politique a la tête ailleurs. Les négociations au fédéral stagnent et Bart De Wever devra bientôt tenter un " ça passe ou ça casse " pour ne pas s’enliser définitivement dans sa mission d’informateur.

Pour quoi faire ?

A ce stade, tous les partis sont peu ou prou sur la même longueur d’ondes : la prochaine législature sera principalement socio-économique. Pour la première fois depuis 2003, le communautaire ne sera guère au menu de la nouvelle Chambre. En 2007, le cartel CD&V-N-VA des Leterme, Van Rompuy et De Wever demandait tout de suite la scission unilatérale de BHV et en 2010, De Wever était déjà informateur lors de l’installation des députés avec la suite que l’on connaît.

La prochaine assemblée unique aura immanquablement de nouvelles économies budgétaires à voter : 14 milliards supplémentaires sont à économiser d’ici 2017, selon la Banque Nationale. Pas de quoi laisser une grande marge de manœuvre, d’autant que le chômage augmentera encore cette année. Dans ce contexte, les promesses électorales seront vite remisées.

Pour la première fois également depuis 1985, la Chambre retrouvera des élus " communistes ", comme ce fut le cas pendant plus de 60 ans. Les nationalistes flamands n’auront jamais été aussi nombreux.

Reste à composer des coalitions. En Belgique, on sait que cela peut prendre du temps. D’ici là, 150 députés sont déjà en vacances.

 

Philippe Walkowiak

Articles recommandés pour vous