# Fernand: Survivre à la guerre pour rencontrer sa fille!

Fernand Burniaux: parti de la région de Namur pour défendre son pays, il laissera les siens et notamment une petite fille qu'il ne connaitra qu'après-guerre  - Collecte RTBF/collection Privée A. Minet ©

Fernand Burniaux: parti de la région de Namur pour défendre son pays, il laissera les siens et notamment une petite fille qu'il ne connaitra qu'après-guerre - Collecte RTBF/collection Privée A. Minet ©

La terrible histoire d'un homme ordinaire. Si le récit de vie de Fernand Burniaux devait porter un titre de roman, il est probable que ce soit celui-là tant son histoire évoque jusqu'à la guerre un parcours de vie plutôt tranquille, on oserait presque écrire " banal ". Mais la guerre vient tout chambouler et surtout elle laisse des traces, des impacts durables sur les populations sans histoire et en particulier sur la vie de Fernand que nous a transmise son  beau-petit-fils, André. Quand la guerre éclate, Fernand a 26 ans. Milicien de 1908, bien installé dans la commune de Surice avec son épouse Rosa, rien ne le prépare à faire la guerre. Il est bien loin de penser qu’il sera rappelé lors de la mobilisation générale fin juillet 14 et surtout que ce rappel se transformera en quatre longues années loin de chez lui, lui qu’une perspective de court éloignement fait déjà frémir.

Des adieux déchirants

C'est donc le coeur gros que les adieux se font à la gare de Romedenne, à coté de Surice. Fernand prend congé de son épouse Rosa - qui attend leur premier enfant - le 1er août 1914. “Quitter sa chère femme après une période de trois années passées dans un vrai bonheur et envisager la guerre, c'est dur! Enfin, je m'arrache de ses bras, et étouffant avec peine mes larmes, sans même pouvoir lui dire adieu je pars”.

Quelques jours plus tard, il est à Bruxelles quand l’annonce de la guerre se fait officielle. Cette nouvelle est accueillie aux cris de “Vive le Roi! A Mort les Boches!” mais Fernand, lui, voit s’envoler l’espoir d’une absence temporaire de son foyer et il pense à Rosa qui devra poursuivre sa grossesse seule dans un pays en guerre : “Finis les rêves de retour! Je revois en mon esprit bouleversé ma bonne Rosa et toute ma famille que j'ai à peine eu le temps de revoir avant mon départ à l'annonce de cette cruelle nouvelle”.

C'est donc le coeur gros que les adieux se font à la gare de Romedenne, à côté de Surice. Fernand prend congé de son épouse Rosa - qui attend leur premier enfant - le 1er août 1914.

Un dur apprentissage

Fernand est versé dans une compagnie de brigadiers cyclistes. Cela lui donne l’opportunité de bouger, mais également d’être un fin observateur du paysage et des hommes qui l’entourent. Ainsi, il décrit son environnement et les gens qu’il rencontre de façon très précise ce qui fait de son journal un témoignage extrêmement intéressant.

Bien que conscient de l’importance de son devoir, Fernand n’est pas un va-t’-en-guerre. Il est même assez critique vis-à-vis des autorités militaires et des politiques mais aussi des Allemands. Le 11 août 14, il écrit: "Je maudis de toute mon âme la guerre et surtout ceux qui nous l'ont imposée". Il n’a pas encore fait l’expérience du feu. Celle-ci viendra quelques jours plus tard, le 15 août 14, il écrit: “C'est terrible! Pour la première vision de bataille, je crois que jamais je ne l'oublierai”. Mais il a également une motivation alimentée par les informations qui lui sont parvenues concernant son village, incendié au début des hostilités.

Ces scènes de bataille, Fernand aura malheureusement à les revivre à plusieurs reprises mais il sera également témoin des atrocités visant les civils comme ce 25 août 14 où il décrit: "L'entrée du village d'Hofstade, un spectacle écoeurant se présente à mes yeux: je vois sur la route une femme âgée d'au moins septante ans traversée de part en part par la baïonnette d'un de ces damnés. La pauvre vieille tient encore à la main une aiguille et un bas qu'elle était occupée à réparer".

Fernand est nommé caporal et cité à l’ordre du jour pour s’être distingué à la bataille de Molen.

Ces scènes d’horreur et de combat sont entrecoupées par une grande nouvelle pour Fernand: il est papa! Mais un papa qui, à cause de la guerre, n’a pas le droit de voir son enfant ni de féliciter son épouse. La joie l’inonde mais également la souffrance d’être loin de son épouse en cet instant important et de ne pas pouvoir faire connaissance avec sa fille, prénommée Fernande en son honneur.

Bien que conscient de l’importance de son devoir, Fernand n’est pas un va-t’-en-guerre. Il est même assez critique vis-à-vis des autorités militaires et des politiques mais aussi des Allemands. Le 11 août 14, il écrit: "Je maudis de toute mon âme la guerre et surtout ceux qui nous l'ont imposée".

Les copains comme soutien

Pour tenir le coup et trouver la force de retrouver les siens, Fernand peut compter sur la camaraderie de ses compagnons d’armes et spécialement de ceux qui sont, comme lui, de la région de Surice. Il évoque souvent dans ses récits ses amis avec lesquels il partage un moment de pause ou de marche.

Les conditions de campagne auxquelles est confronté Fernand sont difficiles. Les conditions matérielles, le manque de confort des endroits dans lesquels il cantonne bien sûr mais pas uniquement : Rosa lui manque terriblement. Le 1er décembre 17 alors que le froid sévit dehors et qu'il est confronté à une déprimante solitude, il se confie: "Ma pensée va souvent, là-bas, près de ma chère femme. Où est-il donc le bon temps, où les soirées d'hiver se passaient à jouer aux cartes au coin d'un bon feu, ou faire de la musique avec les amis? Et puis une angoissante pensée m'étreint: a-t-elle le chauffage nécessaire ma pauvre Rosa?“...”Ah! Vivement la fin de ce terrible cauchemar!!! Plutôt mourir de travail que cette vie de langueur et de fainéant. Les jours me semblent des mois et les mois des années".

Le 29 décembre de la même année,aprés plusieurs jours de marche qu'il supporte difficilement ("si c'est cela un repos, qu'on nous envoie au front!"), son moral n'est pas arrangé: "Nous avons pour notre fin d'année un jour sans pain et sans viande”. Le lendemain cependant, un de ses amis lui demande d'être témoin de son union prochaine ce qui a pour conséquence de mettre un brin de soleil dans cet univers qui lui semble si morne.

Au fil des pages, on sent Fernand de plus en plus amer et découragé mais l’offensive finale va se charger de lui trouver une nouvelle source d’espoir et de concentration.

Un guerre sans fin

L'année 1918 s'ouvre pour Fernand sur sur une interrogation déchirante, en proie à la déprime de passer les fêtes censées célébrer la nouvelle année, loin de chez lui:

Qui aurait jamais osé croire que nous serions encore en guerre à cette date, lorsque nous sommes partis? Voici la quatrième fois que ce jour nous remplit actuellement d'amers souvenirs et jadis si beau jour de fête familiale. C'est la quatrième fois que nous le passons loin de ceux qui sont si chers et privé de la moindre nouvelle les concernant, c'est amèrement triste!!!"

Fernand est évidemment loin de savoir que ce sera la dernière année de cette "Grande Guerre". Cette année sera pourtant également marquée par des petites joies: le 15 janvier, il demande une dérogation de congé pour assister au mariage de son neveu, Lucien. Quelques jours plus tard, il arrive à Paris où Lucien le rejoint. Ensemble, ils se rendent dans le village où Lucien a été réfugié de guerre au début du conflit et où il doit épouser sa fiancée. Il passe quelques jours en leur compagnie entre visites dans le pays et cérémonies et rentre le 5 février 1918 au front "avec un formidable cafard". Il faut dire que pendant tout ce temps, il est sans nouvelle de Rosa et de Fernande ce qui l'affecte profondément.

Le 6 mars 1918, il est témoin de violents bombardements. Des membres de sa compagnie sont touchés et Fernand en sera profondément choqué. Paradoxalement, cette journée terrible sera également le jour où Fernand recevra une carte de sa Rosa "après trois ans sans nouvelles directes" et l'objet d'un grand bonheur, joint à un immense soulagement pour Fernand. La mort et l'amour, ensemble sur le front. Le lendemain, alors que l'on compte les pertes, les prises de positions et de prisonniers, il reçoit une photo de Rosa et de la petite Fernande. Mais la guerre continue comme si elle ne devait jamais cesser. De fait, Fernand pense que la paix n'est pas pour bientôt et il note le 15 mars: "Je ne m'étonnerais pas si nous sommes encore ici l'année prochaine à pareille date "…

Il est conscient de la difficulté que représenterait le fait de se battre sans les alliés anglais et américains. Il est également le témoin d'une scène qui illustre bien les sentiments envers les Allemands qui pouvaient prévaloir sur le front.

Le 15 mai 1918, il écrit: “Dans le courant de l'après-midi, deux de nos ballons sont incendiés par l'ennemi. Un peu plus tard, un troisième ballon est manqué et l'aviateur boche est atteint par les "scrapnells" de nos artilleurs. Il est obligé d'atterrir et vient s'abîmer dans le toit d'une maison où il reste perché comme un pigeon à l'entrée de son colombier. Belges, Français et Anglais s'élancent pour cueillir l'aviateur qui, immobilisé dans sa nacelle, attend avec une angoisse visible le sort qui décidera de sa personne. Belges et Français poussés par la haine pour tout ce qui est boche veulent lui "arranger son affaire" mais en sont empêchés par les officiers anglais qui parviennent non sans peine à embarquer l'aviateur dans une auto et l'évacuer sur l'arrière".

Il évoque également la situation en pays occupé pour lequel il a la plus grande inquiétude. Il parle de "révolte de la faim" à Bruxelles mais sans beaucoup plus de détails car la censure guette.

Au printemps de la même année, les troupes autour de Fernand sont également touchées par des fièvres et évacuées vers les hôpitaux. S'agit-il de la grippe espagnole? Nul ne sait! Le 31 mai 18, il écrit sa lassitude: "Rester constamment sous la gueule des canons et attendre si le prochain obus sera ou non pour vous. Ce n'est pas gai! Et voilà 5 jours que cela dure!Je préférerais de beaucoup être en première ligne ..."

Fernand développe aussi du ressentiment face à certaines injustices dont il est le témoin sur le front. L'armée a besoin de tous les bras disponibles et certains soldats blessés sont renvoyés plutôt hâtivement au front: "Il me semble que c'est là une triste manière de récompenser les braves qui donnent leur sang et surtout très peu encourageant pour ceux qui sont tenté de regarder un peu en arrière, même pour ceux qui se dévouent”.

Au fil des pages, on sent Fernand de plus en plus amer et découragé mais l’offensive finale va se charger de lui trouver une nouvelle source d’espoir et de concentration. Son écriture se fait plus rare. On le devine en train de se battre, n’ayant plus de temps ou d’endroit pour poser ses pensées sur le papier. Sans doute, pense-t-il toujours autant à sa famille mais ses souvenirs, Fernand les emportera avec lui au plein coeur des batailles…

L'Armistice: un nouvel espoir

Enfin, vient le temps de la paix. Fernand, qui ne savait plus si il devait y croire pour de bon ou non, est témoin de l’incroyable élan de joie qui emporte les hommes:

Alors tout le monde donne libre cours à sa joie qui retenue depuis longtemps par le doute éclate; enfin, on s'embrasse, on se serre les mains, on chante, on crie. Ah! Quel beau jour! Malgré la pluie qui ne cesse de tomber. Quel bonheur de pouvoir enfin revoir ses chers parents et son cher patelin sauvé aussi d'une inévitable destruction”. Immédiatement après, ses pensées sont pour Rosa : "Oh! Ma chère femme, si tu savais si tu pouvais me voir bien vivant et n'attendant plus maintenant que le beau jour de te serrer dans mes bras, que tu serais heureuse! Mais malheureusement l'incertitude te fait cruellement souffrir!... Et cependant, il m'est impossible de te prévenir, de te crier, patience, dans peu de temps, tu reverras ton cher Fernand, qui maintenant n'attend plus que la délivrance”.

Le soir, Fernand fête la fin de la guerre avec une petite sortie à Eekloo. Il sera décoré et mis à l'honneur pour sa participation entière et dévouée à la Grande Guerre notamment de l’ordre de la médaille de l’Yser.

Une lettre déchirante

Cela fait maintenant trois ans que Fernande est née. Son père n’a toujours pas pu faire connaissance avec elle. Au cours de l’année 1918, Fernand a reçu une lettre émouvante de sa fille, une lettre encore empreinte de l'écriture malhabile de l'enfance et qui lui rappelle le temps qui est passé depuis sa naissance:

"Mon petit papa, maman est triste parce que nous ne recevons pas de lettre de toi. Moi je veux t'écrire pour te montrer ce que je sais faire. Moman (sic) dit que je suis maladroite et toi papa que penses tu ? Je voudrais bien que tu serais content.amitiés de maman et de marraine. Ta petite fille qui t'aime beaucoup. Fernande Burniaux".

Fernand rencontrera enfin sa fille,pour la première fois, le 27 décembre 1918 à la suite d’un trajet en train qui le fera revenir en Belgique enfin libérée. Il retrouvera également non sans émotion son épouse, Rosa et ensemble ils auront une deuxième fille après la guerre.

Rattrapant le temps perdu, il profitera de sa famille, triste pour les camarades qu’il laissa derrière lui mais heureux d’avoir pu être un maillon dans la chaîne de la paix.

Une vie heureuse après-guerre

Fernande deviendra religieuse, sa soeur, se mariera et aura des enfants et des petits-enfants. Fernand sera décoré et mis à l'honneur pour sa participation entière à la Grande Guerre. La famille restera unie et Fernand quittera ce monde entouré des siens à Surice en 1960.

Pour ce qui est des relations familiales, le journal de Fernand Burniaux est un témoin émouvant de ce qu'a pu être la vie des hommes loin de leurs épouses et leurs sentiments par rapport à leur vie de famille. On ressent en effet chez Fernand une profonde émotion quand il évoque sa femme et de sa petite fille et ce même si la vie quotidienne des couples étaient en ce début de XXe siècle empreint d'un certain traditionalisme. Son témoignage est donc un trésor à conserver précieusement et dont Monsieur Minet, dont l'épouse est la petit-fille de Fernand que nous remercions ici, peut être fier.

Publicité