# Pendant le conflit, la capitale de notre Royaume était installée dans la station balnéaire de Sainte-Adresse en Normandie

Carte postale, vue de la station balnéaire de Sainte-Adresse  - Collection privée, M. Freddy Billiet ©

Carte postale, vue de la station balnéaire de Sainte-Adresse - Collection privée, M. Freddy Billiet ©

C’est le 13 octobre 14 que notre gouvernement entame son exil, "une sorte d’arche de Noé huppée arrive au Havre", à bord du Pieter de Coninck. Une fois débarqués les ministres belges sont accueillis par Victor Augagneur, ministre français de la Marine. Le siège du Gouvernement belge sera incarné, pendant quatre ans, par une maison à colombages, en haut d’une falaise, dans le plus pur style normand ; elle sera détruite en 1944. Si la municipalité de Sainte-Adresse restera française, les bâtiments occupés par les autorités belges y jouiront de l’extraterritorialité. Le roi des Belges, Albert 1er, quant à lui, y possèdera la Villa Roseraie, qu’il ne fréquentera pour ainsi dire pas. Le Chef de cabinet, le comte Charles de Broqueville, sera logé à la Villa Roxane et le corps diplomatique à l’hôtel des Régates. Bientôt, près de douze mille Belges vont peupler Sainte-Adresse, d’où sera pensé, conçu et, finalement, ordonné, le plus clair de la politique de la Belgique durant la guerre de 1914-1918.

Aujourd’hui encore, tous les 21 juillet, on hisse le drapeau belge dans cette charmante station balnéaire française.

En savoir plus

 

Publicité