# En 1915, le centenaire de la bataille de Waterloo n'est pas commémoré, et pour cause, l'Europe est à nouveau à feu et à sang !

Les Français et Britanniques sont alliés contre un ennemi commun : l’Allemagne. Malgré ce renversement des alliances par rapport à 1815, les deux camps ont utilisé le souvenir de Waterloo. Et cela dès le début de la guerre.

«1914… En observation sur le champ de Bataille de Waterloo»
   - Collection privée, Nicolas Mignon ©

«1914… En observation sur le champ de Bataille de Waterloo» - Collection privée, Nicolas Mignon ©

En 14, Le général allemand croit convaincre les Belges de lui laisser le chemin libre en les prenant par les sentiments : "Souvenez-vous des glorieux jours de Waterloo où les armes allemandes ont contribué à fonder et à établir l'indépendance et la prospérité de votre patrie."

Le rêve illusoire de la grande bataille traditionnelle, où les comptes sont réglés en une journée, est dans la tête de tous les combattants. Et la géographie des combats, aux alentours du 20 août 1914, rappelle 1815, avec, d'une part, la poussée des Français vers Charleroi et des Anglais vers Mons, alors que les Allemands prennent Bruxelles et font mouvement vers le sud. A près d'un siècle de distance, le champ de bataille de Waterloo devient une sorte d'aimant où s'achèverait déjà cette guerre. Mais cette bataille décisive n'aura finalement pas lieu. En 1915, les belligérants se font à l’idée d’une guerre longue et maintenant retranchée.

En  savoir plus

Pas de héros sans chanson ! Napoléon et Albert Ier

 

Juliette Patriarche

Sources Cliquez pour voir les sources

Philippe Raxhon, Centenaire sanglant. La bataille de Waterloo dans la première guerre mondiale, éd. Marot, 2015.

Publicité