# Oud-Stuivekenskerke et le moine soldat

Le hameau de Oud-Stuivekenskerke, situé un peu au nord de Dixmude, comptait au début de la guerre, outre ses quelques maisons, une très belle tour, vestige d'une église médiévale...

Oud-Stuivekenskerke et le moine soldat  - Picasa ©

Oud-Stuivekenskerke et le moine soldat - Picasa ©

En décembre 1914, deux mois après que le front se soit installé dans la région, le patelin est devenu un avant-poste très intéressant pour l'artillerie de l'armée belge. La tour est alors naturellement devenue un poste d'observation idéal.

Le soldat qui a été chargé de s'y poster en hauteur et dans la solitude fait parler de lui : Martial Lekeux a en effet un profil bien particulier. Avant-guerre, il a obtenu son brevet d’officier d’artillerie mais après de nombreux mois de réflexion, a choisi de devenir moine franciscain. Quand la guerre éclate, le frère Martial rejoint l’armée et participe à sa retraite vers Anvers, puis vers l’Yser. A Oud-Stuyvekenskerke, où il sert pendant de longs mois d’observateur pour l’artillerie, il reçoit un jour la visite du ministre Emile Vandervelde, qui fera connaître au public l’existence d’un "moine-soldat" au cours d’une interview largement diffusée dans la presse écrite.

Ce poste d'observation idéal a fini par subir les tirs ennemis. Le 9 février 1915, tout le haut de la tour, s’est écroulé. Martial Lekeux recourt alors d'abord à une très haute échelle placée à l’arrière de ce qui reste de la tour. Mais peu de temps après, il ne restera de la tour qu’un monceau de briques. Martial Lekeux continue alors ses observations depuis le grenier de la ferme Goemaere, à cinquante mètres de la tour, dont le corps de logis est encore intact. Le moine soldat y a aussi aménagé un bivouac de fortune dans lequel il a placé une statue de la vierge qu'il dit avoir retrouvée "comme par miracle". La guerre finie, la Madonne est devenue une Notre-Dame des Victoires, son hameau porte depuis lors le nom de "Patelin de Notre-Dame" et le frère Martial est retourné en son couvent.

En savoir plus

  • Lire "Mes cloîtres dans la tempête", du frère Martial Lekeux, réédité par les Editions De Schorre, www.deschorre.net
Publicité