# Bruxelles, le noms de rues évoquant 14-18, et la campagne africaine

Bruxelles a été occupée durant plus de 4 ans par les Allemands qui y sont entrés dès le 20 août 1914. On n'y trouve pas de traces directes de la Première guerre mondiale telles que des tranchées ou des trous d'obus, mais on peut tout de même lire les grandes lignes de l'histoire de cette période au travers de certains noms de rue.

Bruxelles, le noms de rues évoquant 14-18, et la campagne africaine  - Tous droits réservés ©

Bruxelles, le noms de rues évoquant 14-18, et la campagne africaine - Tous droits réservés ©

A Etterbeek, en particulier, dans le quartier du Rinsdelle, certaines artères ont été rebaptisées lors de réaménagements qui ont commencé après guerre
 : sur l'axe reliant l'avenue de la Chasse au chemin de fer, on trouve l'avenue du 11 Novembre, évoquant l'armistice, la place du Roi Vainqueur, l'avenue du Front, et la place du 4 Août, jour de 1914 lors duquel l'Allemagne déclara la guerre à la Belgique...

 

D'autres noms, moins connus, nous rappellent que le conflit s'est exporté hors du continent européen. La Rue du Général Tombeur rend hommage au vainqueur de Tabora, en Afrique orientale allemande, le 19 septembre 1916. Le lendemain de cette victoire, le militaire a pris le commandement des troupes qui occuperont le futur Ruanda-Urundi. 
La rue du Ruanda, toute proche, commémore d'ailleurs la victoire remportée par les Belges à Kigali, la même année.

 

Les victoires militaires obtenues en Afrique grâce aux soldats congolais ont permis à la Belgique, à la France et à la Grande-Bretagne de conquérir des territoires colonisés précédemment par l'Allemagne. Après la guerre, en 1923 , la Société des Nations (SDN) confia le mandat d'administration du " Ruanda-Urundi " à la Belgique, celui concernant le " Tanganyika " fut décerné à la Grande- Bretagne, tandis que celui du " Kamerun " fut partagé entre la France et la Grande-Bretagne...

 

A Schaerbeek, square Riga, un monument tente de sortir de l'oubli les combattants de la campagne d’Afrique. Après leurs combats contre les Allemands, les soldats congolais ont été renvoyés chez eux les mains vides. Certains de ces vétérans déçus et leurs descendants sont devenus plus tard des pionniers de la lutte pour l’indépendance congolaise. L'ancien combattant Paul Panda Farnana (1888 – 1930), premier Congolais à avoir obtenu un diplôme de l’enseignement supérieur en Belgique, demanda aux autorités militaires belges que l'on rende hommage au soldat inconnu congolais au travers d'un monument, et que l'on prévoie une pension pour les invalides, veuves et orphelins congolais des fronts de Tabora et du Cameroun. L'érection, le 1er juillet 1927, à Léopoldville d'un monument du souvenir congolais concrétise une des revendications de Panda. Le monument du square Riga, rendant hommage aux combattants congolais de la Force publique, ne sera inauguré qu'en 1970, soit 40 ans après la mort de Paul Panda Farnana.
 

En savoir plus

  • Explication historique des événements de la Première Guerre mondiale à Bruxelles: dates importantes, monuments, Bruxellois qui ont joué un rôle important pendant la guerre : http://history.2014-18brussels.be/fr
  • Mini-plan des lieux emblématiques et des monuments qui commémorent la Première Guerre Mondiale à Bruxelles disponible en français, néerlandais, anglais et allemand au prix de 0,50 euro dans tous les bureaux d'accueil de VISITBRUSSELS à partir de 15 juillet 2014. Cette promenade est également disponible sous la forme d'une application.
  • Le site participatif Reflexcity explore aussi la thématique de 14-18: http://www.reflexcity.net/bruxelles/encyclopedie/periodes-de-notre-histoire/la-victoire-de-1918-traces-a-bruxelles
  • A lire : " Bruxelles en 14-18, la guerre au quotidien ", ouvrage collectif, Les Cahiers de la Fonderie n°32, disponible au Musée bruxellois de l’industrie et du travail, rue Ransfort 27 à 1080 Bruxelles, http://www.lafonderie.be/
Publicité