La théorie du Y

La théorie du Y

Léone François : l'artiste 2.0

Léone François : l'artiste aux multiples facettes
Léone François : l'artiste aux multiples facettes - © Noémie Jadoulle

L’actrice principale de La Théorie du Y, la nouvelle websérie de la RTBF, jongle entre théâtre, cinéma et télévision. Une diversité qui lui va à merveille.

Dans La Théorie du Y, Léone François interprète Anna, une jeune femme qui s’ennuie dans son couple hétérosexuel et qui va découvrir la bisexualité au détour d’une soirée dans un bar. Tirée de la pièce éponyme de Caroline Taillet, cette websérie faisait partie d’une sélection de cinq pilotes, soumis au vote du public sur la plateforme webcréation de la RTBF. La Théorie du Y est sortie grand vainqueur de ce concours, à la grande surprise des principaux intéressés : "On jouait au Théâtre de Poche quand un producteur nous a parlé de l’appel à projet de la RTBF. Caroline Taillet a rendu le dossier, on a été pris, mais moi je bossais sur d’autres pièces donc je n’ai absolument rien suivi quand on a gagné " lance la jeune actrice en riant.

 

Fille d’artistes, artiste en devenir

Léone François a les cheveux châtains, les yeux noisette et un sourire éblouissant. Installée dans une chaise pliante de son salon à Uccle, elle parle avec passion du jeu de comédienne. Derrière elle, une étagère remplie de livres d’art trône majestueusement et camoufle un pan entier de son mur. Issue d’une famille d’artistes, Léone commence le théâtre à l’âge de 5 ans : "J’ai toujours été la plus jeune au cours de théâtre, j’étais en décalé par rapport aux autres car j’ai commencé très tôt". Son institutrice maternelle, qui donne des cours d’interprétation en parallèle, la pousse à suivre son cours et lui donne finalement le goût pour le théâtre. Avec un père vidéaste, photographe et plasticien (Michel François) et une mère également plasticienne et spécialisée dans les installations lumineuses (Ann Veronica Janssens), il semblait évident pour Léone de poursuivre une voie artistique.

 

De la scène à l’écran, de l’écran à la scène

Avant de s’inscrire à l’Institut des Arts de Diffusion (IAD), Léone part faire du théâtre pendant six mois à l’Université de Buenos Aires (UBA). C’est durant ses études à l’IAD qu’elle se lance dans le projet Typique, une websérie sur la vie étudiante qui récoltera sept récompenses en trois saisons. "Typique nous a apporté une petite reconnaissance dans le milieu du web et de ses festivals, c’était très agréable". Mais plus qu’une certaine notoriété, Typique a permis à la jeune actrice d’avoir un agent à Paris (Arielle Leva), "et ça, ça vaut de l’or". Si la série lui a valu d’être connue dans le monde du web, le théâtre reste son terrain de jeu de prédilection. Avec une quinzaine de pièces au compteur, six rôles au cinéma, deux webséries et une activité de doublage, Léone François brille de cette diversité : "Ce sont toutes des facettes du métier d’acteur qui se nourrissent mutuellement. J’aimerais ne pas devoir choisir un jour l’une d’entre elles, mais si je dois me concentrer sur une chose c’est le théâtre et le cinéma ". Passionnée par la scène, l’actrice garde cependant les pieds sur terre et se rend bien compte que cet art reste complexe et pas toujours évident pour tout le monde : "Ce n’est pas facile comme médium car cela demande beaucoup d’attention, c’est quelque chose de vivant et en plus tu es enfermé avec d’autres gens dans une pièce, or les gens ont besoin de liberté " affirme-t-elle, tout en avouant être déçue par 70% des pièces qu’elle va elle-même voir. Léone rêve donc de cinéma mais choisit toujours ses projets de manière réfléchie : "J’ai déjà refusé des rôles que je trouvais sexistes et dégradants ; souvent en tant que jeune femme, on a souvent les rôles de la potiche ou la pétasse, et c’est frustrant". Léone n’accepte pas tout et reste concentrée dans chacun de ses projets, aussi différents soient-ils les uns des autres. "Il faut croire en ce qu’on fait, Caroline (la metteuse en scène de La Théorie du Y, ndlr) dit toujours qu’il faut avoir confiance, et moi je doute tout le temps". Sur scène en novembre dernier pour Gun Factory, une pièce sur l’implication de la Belgique dans la vente d’arme à l’étranger, Léone confirme donc qu’elle aime diversifier ses rôles.

 

Les premiers pas d’une web-série

Tout comme Typique, La Théorie du Y rassemble des comédiens issus de l’IAD : " c’est une petite famille qui se crée ". La pièce écrite par Caroline Taillet, une amie de Léone François, est autobiographique : " c’est son histoire, romancée bien sûr, donc ça me touche ". Ayant pour thème principal la bisexualité et les amours et désirs d’aujourd’hui, La Théorie du Y a été jouée devant des écoles, une démarche qui s’est révélée très importante aux yeux de l’actrice au fur et à mesure du projet : " Pour moi la bisexualité était quelque chose d’acquis pour la plupart des gens, mais plus on jouait la pièce, plus je me rendais compte que ce n’était pas le cas et que cela posait encore question, même en Belgique ". L’adaptation du texte en web-série ne l’a donc pas effrayée dans un premier temps. " J’ai beaucoup plus peur maintenant qu’on est pris car on ne doit pas se planter ". Les dix épisodes ont été rendus à la RTBF en mars 2017 ; un délai qui a imposé un rythme de deux jours de tournage par épisode durant tout le mois de janvier, avant de passer au montage en février. Appelée par ses amis sur le tournage de Typique et projetée dans une deuxième web-série par hasard, l’actrice n’était pas forcément intéressée par ce format particulier. " Je n’ai pas choisi de faire du web, c’est le web qui est venu à moi " avoue-t-elle. Même si Léone reconnaît que le web est désormais the place to be pour les jeunes artistes : " Cela permet a plein de jeunes créateurs et réalisateurs de se lancer, et ça c’est génial ". D’ailleurs, pas de télévision chez elle, juste un ordinateur et une armée de bouquins.

 

CINQ DATES

9 février 1991 : naissance à Bruxelles

1996 : premiers cours de théâtre à l’âge de cinq ans

2012 : lancement de la web-série Typique

2014 : diplômée de l’IAD d’un Master en Interprétation Dramatique

2015 : pièce de théâtre La Théorie du Y

 

N. Jadoulle