Emission: Devoir d'enquête : RTBF Vidéo

Magazines

Devoir d'enquête Affaire du Carlton - Remy Lecrenier - Kepha Invest

Mercredi 25 février 2015 111min 43s
  • Vue 2515 fois
d'infos sur l'émission

#Hashtag twitter

#ddeRTBF

Infos complémentaires

Catégorie:

Magazines

Programme:

Devoir d'enquête

Description

Les dessous de l'affaire du Carlton
En octobre 2011, l'affaire dite du Carlton éclatait à Lille, éclaboussant les dirigeants de l'hôtel, des chefs d'entreprise, des policiers, un avocat et surtout l'ancien patron du FMI, Dominique Strauss-Kahn.
Lorsque le nom de DSK fait son apparition dans le dossier « Carlton », son camp dénonce un acharnement de la justice et des médias pour obtenir sa perte. Des voix s'élèvent même pour dénoncer des manigances voire un complot politique.
Alors l'affaire dite du Carlton est-elle plus qu'une affaire de proxénétisme ? Est-elle en réalité une affaire politique ? Voulait-on écarter DSK largement favori pour le scrutin présidentiel ?
Le pouvoir en place de l'époque a-t-il exploité les faiblesses du candidat potentiel à la présidentielle ?

Rémy Lecrenier : l'assassin à l'arbalète
L'affaire « Lecrenier » fit grand bruit en 1997. Amoureux éconduit, Rémy Lecrenier exécuta son amie, Vinciane, les deux soeurs de celle-ci et leur mère dans des circonstances particulièrement atroces. Vinciane fut violée et abattue de deux balles dans la tête. Pour conclure, le tueur prit une arbalète qu'il avait achetée quelques heures auparavant et perça le corps de son ex-amie d'une flèche à hauteur du coeur. Les trois autres membres de la famille furent toutes éliminés de sang froid avec un colt 45.
Décrit par les psychiatres comme un psychopathe dangereux, Lecrenier, âgé de 28 ans, avait pourtant été gâté par sa famille qui ne lui refusa jamais rien, voitures de sport, moto, vacances.
Le 7 décembre 1999, Rémy Lecrenier fut condamné à la réclusion à perpétuité. Aujourd'hui, 18 ans après les faits, le tribunal de l'application des peines vient de lui accorder quatre permissions de sortie en vue de préparer sa réinsertion.

Kepha Invest : une sainte arnaque ?
Avec 7,5 % d'intérêt garantis, 250 belges se sont rués sur les obligations de Kepha Invest, un fond d'obligations belgo-italien actif dans l'immobilier. L'investissement paraissait des plus sûrs. Il était d'ailleurs placé sous le haut patronage du Vatican...
Pendant cinq ans tout semblait fonctionner parfaitement. Fin 2015 mois d'octobre, tout se précipite. Les intérêts ne sont plus payés et les plus grandes craintes planent sur le capital, 30 millions €. Accident financier ou géniale arnaque ?
Dans ce dossier trois personnages se distinguent le baron belge Christophe de Fierlant Dormer, l'administrateur délégué de Kepha Invest. Historien de l'art et pilote automobile.
Monseigneur Patrizio Benvenuti : aumônier des Forces navales italiennes, Kepha Invest lui appartient, ainsi qu'une mystérieuse fondation active dans le culturel et l'humanitaire. Il réside dans un château près de Gènes.
Christian Ventissette : énigmatique Corse présent dans l'immobilier et la finance. On le retrouve en Italie, au Luxembourg et en Floride.
Dans ce dossier les versions du crash financier sont radicalement différentes, le baron accuse le Monsignor et vice et versa. Chacun ayant déposé plainte contre l'autre.
Ils se rejoignent sur un point : le Corse Christian Ventissette serait le cerveau de l'escroquerie. Une arnaque présumée de 30 millions d'euros qui sent bon le blason, la soutane et le maquis.