Il y a 50 ans exactement, Eddy Merckx bissait sur Milan-Sanremo

18 mars 1967, un an après sa première victoire sur Milan-San Remo, Eddy Merckx s'offre le doublé en s'imposant au sprint dans un groupe de 4. Retour sur cette victoire qui sera la deuxième d'une série de sept en Italie pour le Cannibale.

Numéro de dossard : 1
Équipe : Peugeot
Équipiers : Ferdinand Bracke (B), Tom Simpson (GB), Jean Dumont (F), André Desvages (F), Charly Grosskost (F), Michel Nedelec (F) et Christian Raymond (F)
Météo : beau temps

Malgré des tentatives de Merckx, Jan Janssen (NL), Raymond Poulidor (F) et Felice Gimondi (I), le Capo Berta ne permet pas d’opérer une sélection. Mais au bas de la descente du célèbre promontoire, à la sortie d’Imperia, là où la route s’élève un peu, Merckx place une attaque violente à laquelle seul l’Italien Gianni Motta (Molteni) peut répondre. Les deux hommes (qui deviendront de véritables amis quelques années plus tard) s’entendent à merveille et se présentent au pied du Poggio, la dernière difficulté, avec 25 secondes d’avance sur leurs poursuivants.

Deux fois Merckx tente d’y décramponner son adversaire mais Motta s’accroche. Eddy doit même couper son effort, gêné par un véhicule de la télévision italienne (RAI) qui lui coupe la route dans un virage. Il passe tout près de la chute. Merckx semble un peu refroidi. Motta ne le relaye plus et favorise le retour, à 700 mètres de l’arrivée, de Felice Gimondi et Franco Bitossi, les deux grandes vedettes italiennes. Les tifosi s’emballent. Cela fait 14 ans qu’ils attendent la victoire d’un Italien. Gimondi lance le sprint à 350 mètres, Bitossi réagit immédiatement. Motta s’avère finalement le plus redoutable des trois Italiens que Merckx bat magistralement. Encore plus impressionnant que douze mois plus tôt, le Bruxellois réalise le doublé à la moyenne de 44,805 km/heure. C’est le Milan-Sanremo le plus rapide de l’histoire ! Eddy dédie son triomphe à sa maman et à…Claudine Acou dont il confirme pour la première fois et officiellement qu’elle est sa fiancée.

Outre la distance (il semble imbattable au-delà de 250 km), quel est le secret de la réussite de Merckx sur Milan-Sanremo ? Réponse : il a déjà dans les jambes un "6 jours" sur la piste, le Tour de Sardaigne, Paris-Nice et de nombreux kilomètres supplémentaires à l’entraînement.

En 1967, Merckx dispute 113 courses et remporte 26 victoires dont le titre du Champion du Monde, Milan-Sanremo, Gand-Wevelgem, la Flèche Wallonne, deux étapes du Tour d’Italie et deux étapes de Paris-Nice.

> Retrouvez plus de 50 vidéos de Milan - San Remo

Newsletter sport

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir

Un jour, un exploit