L'esclavage en Mauritanie : comment expliquer la persévérance de cette pratique ?

Manifestation à l’appel de l’IRA devant l’ambassade de Mauritanie, à Bruxelles
4 images
Manifestation à l’appel de l’IRA devant l’ambassade de Mauritanie, à Bruxelles - © Tous droits réservés

L'IRA, l'Initiative de Résurgence du Mouvement Abolitionniste, une ONG qui dénonce la pratique de l'esclavage, réclame la libération de treize de ses militants, emprisonnés en Mauritanie. Elle a appelé à manifester devant l'ambassade de Mauritanie, à Bruxelles.

Reportage.

Selon l’ONG Walk Free, les esclaves en Mauritanie représentent 4% de la population. L'IRA parle même de 20 à 30% …

D’où vient cette pratique ? Comment expliquer ces inégalités entre la population noire, notamment les Harratines et les Maures ? Quelle est la responsabilité du président Mohamed Ould Abdel Aziz ? Quel est le poids de la communauté internationale pour le contraindre à respecter les droits humains ?

On en parle avec Alain Antil, chercheur à l’Ifri, l’Institut français des relations internationales.

____________

Ecoutez...

____________

En République démocratique du Congo, la tension est toujours aussi vive.

Le calendrier électoral pour organiser la présidentielle n’a toujours pas été défini et le président Joseph Kabila ne s’exprime toujours pas sur ses intentions.

A présent, la communauté internationale durcit le ton.

Mais le mouvement Lucha (la lutte pour le changement) reste optimiste. L’une de ses membres, Micheline Mwendike, propose une solution pour enrôler les électeurs de manière rapide et efficace.

____________

La Cour Pénale Internationale a condamné le djihadiste malien Ahmed Al Mahdi à neuf ans de prison.

Il a été reconnu coupable de crime de guerre pour la destruction de neuf monuments classés au Patrimoine mondial de l'humanité, à Tombouctou au Mali. Ce verdict est considéré comme historique.

On en parle avec Vaios Koutroulis, professeur en droit international à l’ULB.

Que pensent les Maliens de ce verdict ?

Reportage de François Rihouay, correspondant à Bamako.

____________

Comment parlait-on du Congo à l'époque coloniale ?

Avec des images, des jeux, des livres pour enfants...

Une vraie propagande, à découvrir jusqu'au 17 décembre dans l’exposition ‘Notre Congo’, à l’ULB, Bruxelles.

 

____________