Egypte : Dans quelle mesure une loi peut-elle dissuader la pratique de l'excision ?

.
. - © Tous droits réservés

L'Egypte vient d'adopter une loi qui durcit les peines de prison contre ceux qui pratiquent l'excision. Les auteurs de telles mutilations, médecins ou parents, risquent maintenant jusqu'à 15 ans de réclusion. Malgré l'interdiction de cette pratique en Egypte, 89% des femmes entre 15 et 46 ans en ont été victimes lorsqu’elles étaient enfants.

Reportage de François Hume, notre correspondant au Caire.

Analyse avec Manuelle Varrasso, responsable de communication pour l’ONG Plan International Belgique.

 

Processus électoraux : pourquoi ça fonctionne dans certains pays et pas d’autres ? Quelles sont les avancées de la société civile ?

En Gambie, le président sortant Yahya Jammeh conteste les résultats du scrutin, après les avoir acceptés. Le Gabon est visé par un rapport de l’UE qui dénonce des ‘anomalies’ dans le processus électoral du 27 août 2016. Les conclusions donnent l’opposant Jean Ping clairement vainqueur, à la place d’Ali Bongo.

 

Et puis en RDC, nous sommes à deux jours de la fin de mandat de Joseph Kabila. Son deuxième et dernier mandat prend fin le 19 décembre, mais il semble déterminé à occuper le pouvoir. La société civile compte bien manifester ce jour-là pour exiger le respect de la Constitution, le respect des règles démocratiques, l’alternance politique.

Témoignage de Micheline Mwendike, l’un des membres fondateurs de La Lucha (la lutte pour le changement).

 

Mais il y a le Ghana où l’alternance politique s’avère possible. Le chef de file de l’opposition, Nana Akufo-Addo, a remporté l’élection présidentielle contre le président sortant, John Dramani Mahama.

On en parle avec Dimitri Verdonck, Président de l’asbl ACP - Association Cultures & Progrès, et Frédéric Jacquemin, directeur d’Africalia.

_________________________________

 

Dernière émission Afrik'Hebdo de l'année !

Retour le 7 janvier 2017.

 

__________________________________