RTBF La Première - Par Ouï-dire

Aller directement au contenu principal

Par Ouï-dire

Par Ouï-dire

Présentation: Pascale TISON


Un espace qu’ouvre le son, une parole qui s’y loge, retrouvez le temps suspendu dans Par Ouï-dire. De la fiction ou du documentaire, des archives, du temps présent, d’ici et d’ailleurs : vous emmener là où l’on ne va pas, entendre ceux que l’on n’entend pas. Un voyage au cœur du son et de la vie. 



Une émission de Pascale Tison.



Et découvrez ou redécouvrez le meilleur de Par Ouï-dire dans notre espace web dédié à la création sonore : Pardelà les ondesUne invitation à la découverte de trésors acoustiques : des documentaires, des fictions, des séries, des grands entretiens et des reportages. Promenez-vous, montez le son, fermez les yeux et ouvrez grand vos oreilles... vous allez être conquis !



 

Pas d'émission pour ce jour.

  • Emission du 17/01 - 22:00

    Par Ouï-Dire

    Il fait froid !

    Le grand froid était là aussi en 1990 et Stéphane Dupont avait enquêté à sa manière auprès des gens, à la STIB, aux restos du coeur heureusement ouverts, à la Bourse aussi car le froid fait monter les cotes de Damart et des producteurs de sel !

    On poursuit cette investigation avec un extrait de la superbe pièce d'Alain Geronnez, un pièce de 2001 : « L'idée d'honorer le Nord » sur les traces de Glenn Gould entre mythe du Nord et jeux de langage. Musique et sens au grand rendez-vous du blanc !
  • Emission du 18/01 - 22:00

    Par Ouï-Dire

    Roland Barthes : un inventaire de paroles

    Figure centrale de la pensée de son temps, Roland Barthes (1915-1980) était aussi un être à la marge.
    Un père mort à la Première Guerre, l'amour inaltérable d'une mère, de longues années passées en sanatorium, la découverte précoce de son homosexualité lui donnent très tôt le sentiment de sa différence. Pourtant sa vie est prise dans le mouvement précipité, violent et intense de ce siècle qu'il a contribué à rendre intelligible.

    La Sonuma a gardé plusieurs passionnants témoignages de cet intellectuel qui a fait de la pensée une aventure et un art.
    Si on aime tant le lire encore, c'est qu'il a exploré des territoires originaux et qui sont aujourd'hui les nôtres.
    Réalisation : Pascale Tison
  • Emission du 19/01 - 22:00

    Par Ouï-Dire

    Double voyage au Japon

    Thierry Genicot nous emmène à Bozar d'abord, où il a rencontré Anne Laloyaux pour l'exposition `A FEVERISH ERA IN JAPANESE ART, L'expressionnisme japonais dans les années 50 et 60'.

    Et au Musée du Cinquantenaire ensuite, avec Chantal Kozyress qui nous présente l'exposition `Ukiyo-e, les plus belles estampes japonaises'.

    Le monde invisible est soutenu par le service des Arts plastiques de la Fédération Wallonie/Bruxelles

  • Emission du 20/01 - 22:00

    Par Ouï-Dire

    Les yeux fermés
    Vincent Mattyn nous emmène dans un petit musée du Sud de la France le musée Salagon situé à Mane ; c'est le musée ethno-botanique de Haute-Provence. Il est composé d'un prieuré d'époque Renaissance et d'une église romane classés monument historique mais aussi de six hectares de jardins. 1700 plantes cultivées, un écrin de verdure, un livre à ciel ouvert...Les jardins de Salagon montrent ce que sont les relations entre les hommes et leur environnement végétal : usages, savoir-faire, représentations... Ils sont aussi une création esthétique, un outil pédagogique et un lieu de conservation de végétaux et de savoirs.
    La vie, et les gens qui traversent ce lieu- touristes, jardiniers, guides... Déambulation sonore dans le temps et l'espace de cet ancien lieu de culte Gallo-romain.
    Co-produit par l'association L'orage et le musée départemental de Haute-Provence, Salagon.

    Les lavandes
    Et un petit crochet par le Sud-Ouest cette fois, dans une toute petite plantation de lavandes qu'une anglaise passionnée a réhabilitée sur des terres calcaires propices à la lavande.
  • Emission du 23/01 - 22:00

    Par Ouï-Dire

    'L'été 42 : Rafle dans les Marolles' - 1e partie

    Le soir du 3 septembre 1942, une grande rafle de Juifs a eu lieu dans les Marolles. Quatre mille Juifs vivaient dans ce quartier traditionnel de Bruxelles. De nombreuses rues telles que la rue Blaes, la rue des Tanneurs, la rue du Pinçon ou encore la rue Haute connaissaient une intense activité grâce aux artisans et aux commerçants juifs, venus d'Europe de l'Est.

    Alimenté par des témoignages, des documents écrits, 'L'été 42 : Rafle dans les Marolles' raconte les faits et surtout les histoires vécues lors de cette rafle de septembre 1942.

    Un documentaire de création radiophonique collectif
    Production : Rémy Production
    Avec le soutien du Fonds d'aide à la Création radiophonique de la Fédération Wallonie-Bruxelles
  • Emission du 24/01 - 22:00

    Par Ouï-Dire

    L'abbé Pierre disparu il y a dix ans

    C'est en février 54 que l'abbé Pierre lance son premier appel à la radio. C'est le début de son mouvement, né d'une parole et d'un engagement, qui va déboucher sur la création d'Emmaüs. Il nous a quittés il y a dix ans, le 23 janvier 2007 à l'âge de 94 ans. L'abbé Pierre s'appelait Henri Grouès. Frères des pauvres et provocateur de paix, la justice passait pour lui par un devoir de dignité. La sainteté concerne tout le monde ; il s'agit de faire le meilleur à l'aune de ses moyens. C'est ce que déclarait cet homme toujours en route, bâton à la main. Fabienne Pasau réunit pour nous plusieurs entretiens que l'abbé Pierre a donnés à la RTBF à plusieurs moments de sa vie.Dans une dernier entretien, nous nous rendons chez lui en Bretagne où il s'agit d'ébranler encore et toujours les consciences endormies.

Articles liés

Plus d'articles

Commentaires

  • de Gael Bonjour/bonsoir, Je suis également à la recherche de ce très beau morceau liturgique. Merci d'avance.

    19-01-2017 14:10 | Répondre

  • de Anonyme Bonsoir ! Superbe émission de ce 18 janvier. Serait-il possible de connaître les références musicales de l'oeuvre chorales diffusée au milieu et à la fin de l'émission ? Grand merci !

    18-01-2017 23:35 | Répondre

  • de Anonyme Amour Drift Il y a un beau travail sur le son qui m’a particulièrement plu, des silences qui découpent les bruits des machines, des conversations laissées en arrière-plan de ces bruits qui les recouvrent. Et tous ces sons « sculptent » le sujet, le rendent très visuel, on les voit, ces bagnoles en cours de métamorphose et ces mains à l’oeuvre. L'angle choisi est subtil et non dénué de tendresse, qui met en valeur les artisans, esthètes et passionnés qu’ils sont. Les phrases qu’ils utilisent, simples et banales, traduisent pourtant un véritable amour de la voiture, une connaissance, un savoir-faire et par-dessus tout, leur plaisir de se coltiner le métal.

    18-01-2017 17:42 | Répondre

Signaler un abus

Une erreur a eu lieu, veuillez essayer plus tard. Merci, votre remarque sera prise en compte dans les plus bref délais.
1000 caractères max
1000 caractères max
Veuillez remplir le champ "Code de sécurité" en respectant les majuscules, minuscules et les espaces.