Aller directement au contenu principal

L'enseignement n'intègre pas assez l'enfant handicapé mental

MATIN PREMIERE | Mis à jour le mercredi 15 février 2017 à 8h18

  • L'enseignement ordinaire encore trop difficile d'accès aux enfants porteurs d'un handicap mental... C'est ce que dénonce l'ASBL Inclusion, qui porte plainte contre l'Etat Belge. La Belgique ne respecterait pas plusieurs dispositions de la Charte sociale européenne, et discrimine, selon l'ASBL, les enfants atteints d'un retard mental...

    Ils sont en effet très peu nombreux à bénéficier d'un programme d'intégration dans une école ordinaire... en Fédération Wallonie Bruxelles, 3000 enfants porteurs d'un handicap sont intégrés à une école ordinaire, aux pédagogies adaptées, c'est-à-dire qu'un enseignant du spécialisé vient accompagner l'élève en classe, à raison de 4h par semaine. La plupart des enfants concernés sont atteints d'un handicap mental léger, de troubles du comportement ou d'apprentissage... Ceux qui souffrent d'un retard mental modéré à sévère ne sont que 47 sur les 3000. C'est que les démarches s'apparentent à un parcours du combattant pour les parents.  Et puis les écoles sont souvent frileuses à accueillir ces enfants qui peuvent souffrir de trisomie ou d'autisme,
    aute de soutien suffisant ou adapté.

    Ces écoles existent comme l'école primaire de pédagogie active Singelijn, à Woluwe-Saint-Lambert

    Près de 5% des élèves sont porteurs d'un handicap dans cette école qui pratique l'inclusion au quotidien. Sandrine Greiner est la maman d'Eliza, 9 ans.
    Eliza est atteinte d'une trisomie 21, qui ne l'empêche pas d'évoluer en 2ème primaire. Une inclusion bénéfique pour toute la classe donc, que l'ASBL Inclusion veut rendre plus systématique...  Et bien au cabinet de Marie-Martine Schyns, on s'étonne un peu de cette plainte de l'ASBL Inclusion, que la ministre avait d'ailleurs reçue fin 2016. L'inclusion d'enfants déficients mentaux est primordiale, mais c'est une intégration plus spécifique et compliquée à mettre en oeuvre, dit-on. On imagine à ce stade la création dans l'école ordinaire, de classes d'enseignement spécialisé. 5 sont annoncées pour la prochaine rentrée.  Et le projet de la ministre risque bien de passer à côté de cet objectif porté par l'ASBL Inclusion. Sa plainte a été déposée sous forme de réclamation collective portée par la Fédération Internationale des ligues des droits de l'homme et Inclusion Europe, auprès du comité européen des droits sociaux. 

    Catherine TONERO

    Le + de Matin Première

    L'enseignement ordinaire encore trop difficile d'accès aux enfants porteurs d'un handicap mental... C'est ce que dénonce l'ASBL Inclusion, qui porte plainte contre l'Etat Belge. La Belgique ne respecterait pas plusieurs dispositions de la Charte sociale européenne, et discrimine, selon l'ASBL, les enfants atteints d'un retard mental...

    Voir

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
    1000 caractères max
    Veuillez remplir le champ "Code de sécurité" en respectant les majuscules, minuscules ou les espaces.
  • L'ASBL Inclusion porte plainte contre l'Etat Belge
    Image précédente

    L'ASBL Inclusion porte plainte contre l'Etat Belge

    Tous droits réservés
    Image suivante
    • L'ASBL Inclusion porte plainte contre l'Etat Belge

      L'ASBL Inclusion porte plainte contre l'Etat Belge

  • Le + de Matin Première L'enseignement ordinaire encore trop difficile d'accès aux enfants porteurs d'un handicap mental... C'est ce que dénonce l'ASBL Inclusion, qui porte plainte contre l'Etat Belge. La Belgique ne respecterait pas plusieurs dispositions de la Charte sociale européenne, et discrimine, selon l'ASBL, les enfants atteints d'un retard mental...

Réécoutez nos émissions

Tous les podcasts