Aller directement au contenu principal

Philippe Noiret, l'élégance de l'art

13 mars 2017, 14:03 | FP
Retour sur le parcours de Philippe Noiret, l'un des plus grands acteurs du cinéma français, récompensé par deux César du meilleur Acteur : en 1976 pour Le Vieux Fusil et en 1990 pour La Vie et Rien d'autre. Une série en 6 épisodes, chaque mardi à 22.00 dans Par Ouï-dire.
Philippe Noiret, l'élégance de l'art  - Tous droits réservés ©

Philippe Noiret, l'élégance de l'art - Tous droits réservés ©

Une réalisation de Cécile Poss

Un mixage de Pierre Devalet

Avec en archives, les voix de Philippe Noiret et Jean Rochefort,

et des interviews inédites de Monique Chaumette, Antoine de Meaux, Thierry Lhermitte, Bertrand Tavernier et Bruno Putzulu.
__________________________

1er épisode

Philippe Noiret au Théâtre National Populaire, assis à côté de Jean Vilar debout  - Tous droits réservés ©

Philippe Noiret au Théâtre National Populaire, assis à côté de Jean Vilar debout - Tous droits réservés ©

Le premier volet de la série revient les origines de l’acteur, ses origines familiales mais aussi théâtrales.

Cancre à l’école, il sera aiguillé vers la comédie par l’un de ses professeurs.

" Noiret, lui-dit-il, vous n’aurez pas votre bac. Qu’aimeriez-vous faire dans la vie ?"

" Jouer la comédie " répondra Philippe.

Ce même professeur se chargera d’annoncer la - mauvaise - nouvelle aux parents Noiret et de faire jouer l’adolescent devant des acteurs renommés.

Philippe Noiret, repéré par Gérard Philipe, ralliera en 1943 le Théâtre Natio­nal Popu­laire de Jean Vilar et passera 7 ans de sa vie dans cette troupe. Plus que l’apprentissage de son métier, le TNP sera pour lui une école de vie.

Ecoutez 

  • Philippe Noiret, l'élégance de l'art - 1er épisode

_________________________

Philippe Noiret, en quelques lignes

Dans Alexandre le Bienheureux  - Tous droits réservés ©

Dans Alexandre le Bienheureux - Tous droits réservés ©

Philippe Noiret naît le 1er octobre 1930 à Lille.

Elève médiocre, il échoue trois fois au bacca­lau­réat et décide d’in­té­grer une école de théâtre en 1949. Repéré par Gérard Philipe, il rallie le Théâtre Natio­nal Popu­laire de Jean Vilar en 1943.

En 1955, il décroche son premier rôle au cinéma. Agnès Varda le fait en effet tour­ner dans La Pointe courte. Alors que La Nouvelle Vague bat son plein, l’acteur préfère être dirigé par les réali­sa­teurs tradi­tion­nels, et tourne pour René Clair ou Jean-Paul Le Chanois.

C’est son rôle dans Alexandre le Bien­heu­reux qui le consa­crera en 1968. Remarqué par Alfred Hitch­cock, il est à l’af­fiche de L’Etau en 1969.

Romy Schneider et Philippe Noiret dans Le Vieux Fusil  - Tous droits réservés ©

Romy Schneider et Philippe Noiret dans Le Vieux Fusil - Tous droits réservés ©

En 1973, Philippe Noiret devient l’un des quatre comparses du très contro­versé La Grande Bouffe de Marco Ferreri. Il entame alors une carrière en Italie et tourne notam­ment pour Scola et Moni­celli.

A la même époque, il devient l’ac­teur fétiche de Bertrand Taver­nier et est à l’af­fiche de L’Hor­lo­ger de Saint-Paul, de Coup de torchon et de La Fille de d’Ar­ta­gnan.

En 1976, il décroche le César du meilleur acteur pour son inter­pré­ta­tion dans Le Vieux fusil, de Robert Enrico, aux côtés de Romy Schnei­der.

En 1988, il tourne Cinema Paradiso de Giuseppe Tornatore qui le rend internationalement célèbre, ou encore La Vie et rien d'autre de Bertrand Tavernier pour lequel il reçoit son second César du meilleur acteur en 1990.

Les années 1990 sont marquées par la trilo­gie des Ripoux où il incarne un poli­cier bon-vivant à l’hon­nê­teté rela­tive.

Un homme élégant, collectionneur de belles chaussures  - Tous droits réservés ©

Un homme élégant, collectionneur de belles chaussures - Tous droits réservés ©

Il revient progres­si­ve­ment au théâtre, son premier amour, à partir des années 2000.

Philippe Noiret épouse en 1962 Monique Chau­mette, rencon­trée au Théâtre Natio­nal Popu­laire. Le couple a une fille, Frédé­rique, et une petite-fille, Debo­rah Grall, aujourd'hui comé­dienne.

Le 23 décembre 2006, l'acteur meurt des suites d’un cancer.

VIDEO - Le Vieux Fusil 1976

  • Le Vieux Fusil bande annonce

VIDEO - Cinéma Paradiso 1989

  • CINEMA PARADISO Bande Annonce

    À Rome, à la fin des années 1980, Salvatore, cinéaste en vogue, vient d'apprendre la mort de son vieil ami Alfredo. Avec le souvenir d'Alfredo, c'est toute son enfance qui remonte à la surface : son village natal, en Sicile, quand on l'appelait Toto et qu'il partageait son temps libre entre l'église et la salle de cinéma paroissiale, où régnait Alfredo le projectionniste qui, au travers des films qu'il projetait, lui apprenait la vie. Un film réalisé par Giuseppe TORNATORE Avec Philippe Noiret, Salvatore Cascio, Jacques Perrin

Voir

Commentaires

Soyez le premier à commenter ce sujet !

Faire un commentaire

1000 caractères max
Veuillez remplir le champ "Code de sécurité" en respectant les majuscules, minuscules et les espaces.