Suite aux attentats il est mis en chômage technique, mais voilà ...

René Moreau, agent de sécurité, était de service le 22 mars 2016, à l'aéroport de Bruxelles-National. Il était au centre de contrôle de l'immigration pour vols à destination des Etats unis lorsque les explosions . Il raconte comment, ce jour-là il , son uniforme a été un phare pour de nombreux voyageurs perdus et affolés.  Sa mission : vider le terminal B de ses occupants et mettre tout le monde à l'abri, sur le tarmac, en l'occurrence.

Les 2 jours suivants, l'agent de sécurité est mis au chômage technique ...

Aujourd'hui , un an après, René Moreau n'a toujours pas perçu ses indemnisations.

N'ayant jamais chômé de sa vie, René ignore tout des démarches administratives pour obtenir son du. Il n'est pas syndiqué non plus . A tâtons, il fait tout de même le nécessaire auprès de l'ONEM qui approuve son indemnisation. Viennent ensuite les démarches à la CAPAC (l'institution publique de sécurité sociale). Une réponse arrive et c'est le refus. Motif : René a coché la case de gauche à la place de la case de droite ... !

Même s'il reconnait qu'en soi au vu des autres victimes, son cas n'est pas bien grave, René  s'est juste senti seul et pas du tout écouté par l'administration. Probablement le cas de nombreuses autres victimes collatérales de cette terrible journée...

 

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir