Des MMS qui peuvent coûter très cher

Des MMS qui peuvent coûter très cher
Des MMS qui peuvent coûter très cher - © diego_cervo - Getty Images/iStockphoto

Les opérateurs téléphoniques nous réservent parfois quelques surprises. Malheureusement elles sont rarement à notre avantage. Aurore Gignez, étudiante dans le secondaire, en a fait les frais le trois octobre dernier. Elle a reçu une drôle de nouvelle de la part de son opérateur "Proximus".

Lorsque Aurore reçoit un premier message qui lui signale qu’elle a dépassé son forfait de dix euros, elle est loin de s’imaginer la suite. L’adolescente qui paye un abonnement de quinze euros par mois, peut donc envoyer des SMS sans limite et même appeler 120 minutes vers un réseau belge.

Pourtant, une heure après le premier avertissement, l’opérateur la prévient pour un dépassement de cinquante euros. "A ce moment-là, on se dit qu’il y a un problème. On a donc directement appelé le call center" souligne Laurence, la maman de l’étudiante.

Après analyse, le service client va couper l’accès aux données cellulaires. Mais rien n’y fait, Aurore aperçoit toujours le "E" au-dessus de son écran. Elle opte donc pour la dernière solution et retire la carte de son smartphone.

Une facture astronomique

Stupéfaction au réveil, la facture a décuplée. En effet, Proximus réclame désormais 729,92 euros. "Une telle somme en deux jours comment est-ce possible ?" s’étonne Laurence.

Paniquée, elle décide alors de recontacter le call center. Après l’ouverture d’un dossier et de nombreux échanges téléphoniques plus tard, l'opérateur promet de régler le problème et de s’occuper de la facture.

Mais deux mois s'écoulent et la facture est toujours à payer. Elle décide alors de se tourner vers un médiateur afin de trouver une solution.

"Un rôle essentiel"

Le temps presse car l’opérateur téléphonique ne garde pas les données de ses clients indéfiniment. Il va donc analyser le dossier et découvrir que pas moins de 1436 MMS ont été envoyés entre le 3 et 4 octobre 2016. "Le smartphone de ma fille envoyait des MMS en continu à une de ses amies. Le rôle du médiateur a été essentiel, sans lui ça aurait été impossible de régler l’affaire".

Le quinze décembre, après négociations, le service de médiation obtient gain de cause et Proximus décide à titre commercial et unique d'octroyer un geste de 717,96 euros, soit le prix des MMS envoyés. C'est donc un soulagement pour Laurence et sa fille. Depuis, Aurore a décidé de changer d’opérateur, et elle se dit aujourd’hui satisfaite de celui-ci.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir