Consigner les canettes, une solution pour éviter la pollution ?

C'est le printemps et c’est peut-être le moment de faire le grand nettoyage de printemps.C'est en tout cas ce qui va se passer en Wallonie ces 24, 25 et 26 mars prochains dans le cadre de l’opération "Grand Nettoyage de Printemps" : les citoyens, écoles, clubs de sports, mouvements de jeunesse, entreprises et associations diverses vont se rassembler autour d’un objectif commun : ramasser tous les déchets qui jonchent les rues, pistes cyclables et autres.

Canettes et autres emballages de boissons en plastique à usage unique

Cela représente un vrai fléau. C’est d’ailleurs l’avis de 82% des personnes sondées par Test-Achats. Selon l’OVAM, les canettes et emballages de boissons en plastique à usage unique représentent environ 4 % des déchets sauvages.

Une des idées pour combattre ce fléau, c’est d’instaurer une consigne sur les canettes et autres emballages. La consigne consiste à faire payer à l'acheteur d’une canette/boisson une somme supplémentaire qui lui est remboursée lorsqu'il rapporte la canette/emballage vide auprès d’un point de vente alimentaire. Cela fait très longtemps qu’on en parle. Le ministre Carlo Di Antonio (cdH) avait déjà évoqué l’idée en 2011 et la ministre flamande de l’Environnement a demandé une étude à ce sujet en 2015. Il semblerait que l’introduction d’une telle consigne permettrait de réduire de 90% les emballages de boissons à usage unique dans les déchets sauvages.

Des personnes réceptives à cette idée

68% des répondants à l'enquête sont favorables à une consigne sur les bouteilles PET et 64% le sont pour une consigne sur les canettes. Si la décision d’adopter ce système de consigne est prise, 88% des répondants se disent prêts à rapporter ces emballages de boissons à des points de collecte comme les supermarchés.

Quand on aborde la question de la valeur de ces consignes, 10 cents semble être un montant correct pour 38% des personnes sondées, 31% penchent plutôt pour 5 cents, 20% pour 20 cents et 11% pour 50 cents.

Un système similaire à l’étranger ?

L’Allemagne, la Finlande, la Norvège, le Danemark et plusieurs Etats des Etats-Unis font partie des pays qui ont sauté le pas en instaurant ce système de consigne. En Allemagne, où la consigne a été fixée à 25 centimes, le taux de retour est de près de 99 %.

Pour la Belgique, il faudrait d'abord que tout le monde se mette d’accord, car d’un point de vue opérationnel, cela ne fonctionne pas d’avoir des systèmes différents par Régions. Par ailleurs, les études publiées aussi bien par l’Office wallon des déchets que par son équivalent flamand, l’OVAM, montrent des aspects positifs mais aussi négatifs du système. Impact environnemental et social assuré, mais bilan défavorable d’un point de vue économique. La ministre flamande de l’Environnement a donc chargé l’OVAM d’étudier plus en détails la piste recommandée, c’est-à-dire celle d’une consigne non seulement sur les canettes mais aussi sur tous les emballages de boissons en plastiques à usage unique.

Et puis, certains n’ont pas intérêt au système, par exemple Fost Plus qui a réussi à convaincre de dépenser 17 millions pour des campagnes de sensibilisation plutôt que pour l’introduction d’un système de consignes.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir