La galère des petits trajets en taxi

Il y a mille et une raisons qui peuvent vous pousser à vouloir prendre un taxi pour parcourir une petite distance: des valises ou des sacs de courses trop lourds, des problèmes de santé, une grossesse difficile, un âge avancé, une pluie diluvienne ou encore une question de sécurité. Bref, les motifs peuvent varier et rien n’oblige à devoir les dire au chauffeur de taxi. En théorie, celui-ci doit en effet accepter toutes les courses, y compris les toutes petites. 

Pour vérifier si la règle était suivie dans la pratique, nous avons fait une expérience en caméra cachée. Lieu choisi, la gare de Bruxelles-Midi où la file des taxis est importante : le jour du reportage, l’attente pour eux était d’en moyenne une heure … Un temps long qui a des répercussions sur le client. Pas question ici de demander un petit trajet. D’entrée de jeu, deux taxis ont refusé de nous prendre quand bien même nous expliquions avoir mal au dos. Il est vrai que la course était très courte: un petit kilomètre.

De l'abus? 

En tout, sur les huit taxis hélés, seuls trois vont nous prendre: c’est moins de la moitié. Explication donnée: la file pour arriver premier a duré longtemps. Du coup, un petit trajet n’est pas rentable. C’est d’ailleurs ce qui a été dit par l’un d’eux: "C’est de l’abus ce que vous demandez. Vous pouvez prendre le tram 81". Que répondre dans ces cas-là ? Est-ce vraiment abusé de prendre un taxi pour une petite distance ? Pour Sam Bouchal, le porte-parole de la Febet (Fédération belge des Taxis), la réponse est claire : " Non, ce n’est pas abusé. Le chauffeur doit vous prendre. Il est sous la tutelle du ministre de la mobilité, il doit donc rendre service à la population. En plus, le métier de chauffeur de taxis est par principe basé sur les aléas. Vous pouvez tomber sur le client qui vous demandera d’aller à Liège comme vous pouvez avoir quelqu’un qui vous demande d’aller à la Grand-Place à partir du Sablon "

Ici, les trois courses acceptées ont coûté en moyenne six euros. Pas grand chose, il est vrai. Mais le taxi a un compteur fixé à 2,40 euros de prise en charge. Un montant qui prend en compte l’attente. Pourtant, certains nous ont demandé un forfait avant de se défiler et de refuser de nous prendre finalement. 

Face aux taxis, le client ne peut pas grand chose. En cas de refus et de situation kafkaïenne comme un refus général (trois taxis qui se suivent disent non prétextant que c’est au premier dans la file de vous accepter), une solution existe néanmoins : téléphoner à la Febet ou au SPF mobilité pour porter plainte, avec l’identifiant du taxi (il est indiqué à l’intérieur et à l’extérieur du véhicule).

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir