Aller directement au contenu principal

Une nouvelle étude démontre les effets néfastes de l'aspartame

SOCIETE | Mis à jour le dimanche 10 avril 2011 à 11h19

  • Vous en mangez sans doute tous les jours sans même vous en apercevoir. L'aspartame est présent dans de nombreux aliments "light", mais aussi dans des médicaments. Depuis le début de sa commercialisation, dans les années 70, cet édulcorant est régulièrement critiqué pour ses effets nocifs pour la santé. Une nouvelle étude, menée par un Institut italien indépendant, démontre les conséquences néfastes qu'il peut avoir.

    L'agence de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses) avait estimé le mois dernier que jusqu'à présent, il n'y a pas de "base scientifique suffisante" pour une réévaluation de la dose journalière admissible (DJA) de l'aspartame.

    L'aspartame se retrouve dans plus de 6000 produits, du chewing-gum aux boissons light, et 200 millions de personnes en consommeraient régulièrement. La DJA est fixée en Europe à 40 mg/kg de poids corporel.

    Mais pour le toxicologue italien, Degli Espositi, ancien collaborateur du Dr Soffritti (Institut Ramazzini, Italie) qui vient de réaliser sa troisième étude sur cet édulcorant il faut le repérer sur les inscriptions et le fuir : "On a rencontré une augmentation des leucémies, donc des cancers du sang, et une augmentation du cancer du rein chez les femelles et une augmentation du cancer du système nerveux périphérique chez les mâle", explique-t-il.

    Voilà pour les rats. Les souris, elles ont aussi été touchées par des cancers du foie et du poumon. Pourtant, le docteur ne leur a pas donné des doses d'aspartame exagérées. "On a utilisé des doses qui correspondent à la moitié des doses considérées comme admissibles, du coup on observe même à faible dose un effet cancérigène", souligne-t-il.

    Si l'on tient compte du facteur prudence, qu'on applique habituellement en toxicologie, il faudrait diviser par 200 la dose journalière officiellement conseillée.

    L'aspartame peut-il engendrer une modification du poids ?

    "L’institut de santé publique vient justement de faire une étude sur l'exposition aux édulcorants en Belgique et on se situe dans le cas de l'aspartame à 5 % de la DJA en moyenne ce qui n'exclut pas évidemment que certains consommateurs peuvent en ingérer beaucoup plus", a précisé le diététicien Nicolas Guggenbül.

    Autre écueil de l'aspartame, il donne à votre corps l'impression qu'il va recevoir du sucre, alors qu'il n'en reçoit pas. Votre corps est alors en demande, et vous avez faim.

    "On n'a pas pu conclure qu’ il y a une tendance à devenir obèse, mais on constate que les animaux ont tendance à ingérer plus. Il faut donc voir si à long terme cela est suffisant pour engendrer une modification du poids et bien évidemment confirmer ça chez l’homme", a-t-il expliqué. 

    Il subsiste donc encore beaucoup de questions sur les effets de l'aspartame à long terme. Mieux vaut donc réduire sa consommation de sucre, plutôt que de le remplacer par cet édulcorant.

    Daphné Van Ossel

     


    Voir

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
  • Photo d'illustration
    Image précédente

    Photo d'illustration

    Archive EPA
    Image suivante
    • Photo d'illustration

      Photo d'illustration

Les suggestions du jour

  • Tout ce que vous voulez savoir sur les stress tests

    24 octobre 2014, 17:21

    Plus que deux fois dormir et la Banque centrale européenne dévoilera les résultats des stress tests, les tests de résistance imposés à 130 banque de la zone euro. Ils seront mis en ligne dimanche à midi précises sur le site de la BCE. En sept thèmes,...

  • Domotique: dans 5 ans, votre maison sera plus intelligente que vous

    24 octobre 2014, 16:19

    Et sinon plus intelligente, du moins plus "consciente." La domotique sous l’angle électronique dont on parle depuis 30 ans nous vient pourtant des Etrusques. Les anciens Romains plaçaient leur foyer sous la protection des divinités domestiques nommées...

  • "Le danger n'est pas la menace terroriste, mais la surveillance de masse"

    24 octobre 2014, 01:05

    Leurs noms évoquent la liberté d'expression et la protection des valeurs démocratiques fondamentales contre la surveillance étatique. Pour d'autres cependant, l'action des lanceurs d'alertes - whistleblowers en anglais - est condamnable. C'est ainsi que,...

L'actualité en images

JT 19h30

vendredi 24 octobre 2014

Conseil européen accord climat

vendredi 24 octobre 2014

Baptême bilan

vendredi 24 octobre 2014

Calais : la guerre des gangs

vendredi 24 octobre 2014

Smartphones pour aveugles

vendredi 24 octobre 2014

Funérailles de masses au Libéria

vendredi 24 octobre 2014

Shell Shock

vendredi 24 octobre 2014

Retour à la mode de la couture

vendredi 24 octobre 2014

Première de 7 à la Une demain

vendredi 24 octobre 2014

Incident d'avant-match à Lille

vendredi 24 octobre 2014

Course à l'hippodrome Wallonie

vendredi 24 octobre 2014

L'alimentation de demain

vendredi 24 octobre 2014

La Reine visite l'ASBL Music Fund

vendredi 24 octobre 2014

Tricot urbain à Namur

vendredi 24 octobre 2014

Premier cas d'Ebola à New-York

vendredi 24 octobre 2014

Météo 19h25

vendredi 24 octobre 2014

On n'est pas des pigeons

vendredi 24 octobre 2014

Le 15'

vendredi 24 octobre 2014

Toutes les vidéos de l'info

Vu sur le web

Dernière Minute