Aller directement au contenu principal

Une nouvelle étude démontre les effets néfastes de l'aspartame

SOCIETE | Mis à jour le dimanche 10 avril 2011 à 11h19

  • Vous en mangez sans doute tous les jours sans même vous en apercevoir. L'aspartame est présent dans de nombreux aliments "light", mais aussi dans des médicaments. Depuis le début de sa commercialisation, dans les années 70, cet édulcorant est régulièrement critiqué pour ses effets nocifs pour la santé. Une nouvelle étude, menée par un Institut italien indépendant, démontre les conséquences néfastes qu'il peut avoir.

    L'agence de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses) avait estimé le mois dernier que jusqu'à présent, il n'y a pas de "base scientifique suffisante" pour une réévaluation de la dose journalière admissible (DJA) de l'aspartame.

    L'aspartame se retrouve dans plus de 6000 produits, du chewing-gum aux boissons light, et 200 millions de personnes en consommeraient régulièrement. La DJA est fixée en Europe à 40 mg/kg de poids corporel.

    Mais pour le toxicologue italien, Degli Espositi, ancien collaborateur du Dr Soffritti (Institut Ramazzini, Italie) qui vient de réaliser sa troisième étude sur cet édulcorant il faut le repérer sur les inscriptions et le fuir : "On a rencontré une augmentation des leucémies, donc des cancers du sang, et une augmentation du cancer du rein chez les femelles et une augmentation du cancer du système nerveux périphérique chez les mâle", explique-t-il.

    Voilà pour les rats. Les souris, elles ont aussi été touchées par des cancers du foie et du poumon. Pourtant, le docteur ne leur a pas donné des doses d'aspartame exagérées. "On a utilisé des doses qui correspondent à la moitié des doses considérées comme admissibles, du coup on observe même à faible dose un effet cancérigène", souligne-t-il.

    Si l'on tient compte du facteur prudence, qu'on applique habituellement en toxicologie, il faudrait diviser par 200 la dose journalière officiellement conseillée.

    L'aspartame peut-il engendrer une modification du poids ?

    "L’institut de santé publique vient justement de faire une étude sur l'exposition aux édulcorants en Belgique et on se situe dans le cas de l'aspartame à 5 % de la DJA en moyenne ce qui n'exclut pas évidemment que certains consommateurs peuvent en ingérer beaucoup plus", a précisé le diététicien Nicolas Guggenbül.

    Autre écueil de l'aspartame, il donne à votre corps l'impression qu'il va recevoir du sucre, alors qu'il n'en reçoit pas. Votre corps est alors en demande, et vous avez faim.

    "On n'a pas pu conclure qu’ il y a une tendance à devenir obèse, mais on constate que les animaux ont tendance à ingérer plus. Il faut donc voir si à long terme cela est suffisant pour engendrer une modification du poids et bien évidemment confirmer ça chez l’homme", a-t-il expliqué. 

    Il subsiste donc encore beaucoup de questions sur les effets de l'aspartame à long terme. Mieux vaut donc réduire sa consommation de sucre, plutôt que de le remplacer par cet édulcorant.

    Daphné Van Ossel

     


    Voir

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
  • Photo d'illustration
    « previous

    Photo d'illustration

    Archive EPA
    next
    • Photo d'illustration

      Photo d'illustration

Les suggestions du jour

Société

Vu sur le web

La cueillette de la rédaction aux quatre coins de la Toile.

Plus d'articles

Dernière Minute