Trop de subsides à nos parcs éoliens belges? La Creg est critique

Trop de subsides à nos parcs éoliens belges?
Trop de subsides à nos parcs éoliens belges? - © Tous droits réservés

Avons-nous trop subsidié nos parcs éoliens belges en Mer du Nord ? Une étude de la Creg, la commission de régulation de l’électricité et du gaz estime qu'il faudrait diviser par deux leur soutien. Parmi les investisseurs de l'éolien offshore, une filiale de Publifin qui bénéficierait de trop de subsides

Ils poussent comme des champignons au large de nos côtes. Trois parcs éoliens d’une capacité de 877 MW, l’équivalent d’une centrale nucléaire, sont désormais alignés sur l’horizon. Par temps clair, un œil averti les remarque mais le jour où nous sommes passés, un épais voile de brume les recouvrait. Un brouillard comme autour de ses subventions. En juin dernier, la Belgique accordait 124 et 129 euros de subvention par MWh produit aux parcs Norther et Rental. Mais un mois plus tard, les Pays-Bas concédaient un prix bien moins élevé pour ses parcs de Borssele I-II : 72 euros. Fin décembre, un consortium mené par Shell a obtenu Borssele 3 et  pour un prix garanti de 54,5 euros. Un prix divisé par deux en passant la frontière néerlandaise. Comment expliquer cette différence ?

Nous avons posé la question au BOP, la plateforme d’éolien offshore belge qui regroupe l’ensemble des investisseurs dans ce secteur. Sa secrétaire générale, Annemie Vermeylen, nous explique que les éoliennes belges se répartissent sur des parcelles plus petites qu’aux Pays-Bas. Résultat, elles prennent moins de vent. Elles produisent donc moins d’électricités que leurs égales néerlandaises. Mais selon Dominique Woitrin, ex-directeur de la Creg, ce critère n’intervient que pour 1 ou 2% dans la productivité des éoliennes belges.

Autre critère invoqué par les investisseurs offshore : la géologie. Elle serait beaucoup plus compliquée et nécessiterait des travaux d’excavation et de fondation plus lourds qu’aux Pays-Bas. Dominique Woitrin s’étonne. Pour lui, les éoliennes belges sont situées sur le même banc de sable que celles des Pays-Bas. Il imagine bien quelques différences de profondeur mais pas fondamentales. D’ailleurs les parcs sont voisins.

Une fiscalité moins élevée aux Pays-bas, un risque de développement et une connexion au réseau pris en charge par l'Etat néerlandais expliquent aussi les différences de prix. Mais un rapport de la Creg, le régulateur fédéral publié cette semaine est formel. En transposant le système néerlandais à nos réalité belges, nous devrions plafonner à une subvention de 62 à 64 eur/MWh.

D’après Luc Pauwels, journaliste à la VRT, les parcs Norther et Rentel coûteront deux milliards de subvention de plus que les néerlandaises. Parmi les investisseurs, Elicio, une filiale de Publifin qui possède 50% du Parc Norther. Selon ce même journaliste, les ménages belges, flamands, wallons et bruxellois mais aussi les industries verseront 500 millions d’euros de subventions sur 20 ans en trop pour Publifin

Contacté par nos soins, Publifin nous a répondu que Rentel et Norther ayant reçu leur concessions domaniales en 2009, beaucoup de travail a été effectué depuis cette date (…) et  40 millions d'euros ont déjà été engagés depuis plus de 9 ans.

Trop tard pour revenir sur ces accords. Ils sont signés.  Mais la ministre de l'Energie, Marie-Christine Marghem a déjà annnoncé qu'elle voulait réduire les subsides accordés aux prochains parcs.

 

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir