Aller directement au contenu principal

Peut-on dire que l'on tient l'un des tueurs du Brabant?

SOCIETE | Mis à jour le samedi 17 mai 2014 à 8h24

  • Un mandat d'arrêt à été délivré à l'encontre d'un homme qui aurait confié à un proche avoir directement participé aux tueries du Brabant. Est-ce un tournant décisif dans l'enquête sur ces tueries qui ont fait 28 morts entre 1983 et 1985 ?

    Pour souligner l'importance de ce rebondissement dans l'enquête, une conférence de presse s'est tenue vendredi après-midi au palais de Justice de Charleroi.

    Le procureur du Roi de Charleroi, Pierre Magnien, y expliquait que "récemment, un ressortissant français avait reçu des confidences d'une personne disant qu'elle avait participé aux tueries du Brabant. On a procédé à une première évaluation et ce témoignage nous a semblé pertinent. Il y a eu une commission rogatoire qui est partie dans le sud de la France. On a identifié ce témoin qui disait avoir reçu des confidences. Grâce aux déclarations recueillies, on a pu savoir qui était à l'origine des confidences. On a pu constater que la personne qui a fait des confidences était l'individu qui avait été reconnu en 1997 sur base de portrait-robot".

    Peut-on dire que l'on tient l'un des tueurs du Brabant ?

    Peut-on dire que l'on tient l'un des tueurs du Brabant ? - © Tous droits réservés

    L'homme interpellé clame son innocence

    Peut-on dire désormais que l'on tient l'un des tueurs du Brabant ? Soyons clairs: à l’heure actuelle, sur base des informations que nous possédons, la réponse est "non". L'homme interpellé et puis arrêté, Jean-Marie Tinck, clame son innocence. Les autorités judiciaires ont d’ailleurs été très claires à ce sujet vendredi.

    La personne détenue nie formellement être impliquée dans les tueries et aucun élément matériel ne permet à l’heure actuelle de l’incriminer formellement.

    En droit, on peut arrêter quelqu'un sur base d’indices concordants. Ils doivent être sérieux pour que l’on prive quelqu'un de liberté. Mais cela ne signifie pas qu’il faut une certitude à ce stade.

    Une arrestation légère ?

    Jean-Marie Tinck est-il réellement impliqué dans les tueries ? C'est à l'enquête qui se poursuit de le déterminer. Mais pour son avocat, Jean-Edmond Mairiaux, l'arrestation opérée semble très légère. Jean-Marie Tinck s'apprête à faire appel de la décision de son maintien en détention pour un mois.

    Pour ce que l'on sait, l’arrestation opérée repose sur trois éléments. Le premier qui explique aussi le moment, ce sont des confidences faites à une tierce personne et qui ont été rapportées aux enquêteurs.

    Le second élément, c’est que cette même personne avait été reconnue par trois personnes comme étant un des portraits robot diffusés en 1997 après une émission "Appel à témoin". Mais à l'époque, l'homme avait été interpellé et l'enquête n'avait rien donné.

    Et le troisième élément, ce sont ses antécédents judiciaires. C’est un homme qui a un passé de délinquant dans les années 80 et également après l’époque des tueries. Notamment un homicide début des années 90. C'est la conjonction des trois éléments qui a entraîné son arrestation.

    On comprend dès lors qu'il faut maintenant vérifier tout cela avec deux axes déterminants. Le premier est psychologique. A t-on affaire à un mythomane, quelqu'un qui s'est construit un personnage pour exister ? Deuxièmement, les progrès en matière d'analyse ADN vont-ils permettre d'aller plus loin comme l'espère les enquêteurs qu'en 1997, moment ou cela n'avait rien donné. Une affaire de semaines, dit-on dans l'enquête.

    Prescription en novembre 2015

    Si on veut un jour qu'un procès ait lieu, le temps presse. Et à moins d’une modification de la loi, les faits seront prescrits en novembre 2015. Un délai trop court pour pouvoir éventuellement organiser un procès.

    D'ici la, les enquêteurs vont tenter d’approfondir cette piste. L'idée de prolonger la prescription jusqu'à 40 ans est donc soufflée au prochain gouvernement. Annemie Turtelboom, ministre de la justice, a déjà réagi favorablement à la proposition. La prochaine majorité devra trancher.

    Avec Patrick Michalle

    La justice tient-elle un des tueurs du Brabant ?

    Voir

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
    1000 caractères max
    Veuillez remplir le champ "Code de sécurité" en respectant les majuscules, minuscules ou les espaces.
  • Vidéo précédente

    La justice tient-elle un des tueurs du Brabant ?

    Vidéo suivante
    • Cliquez pour visionner

      La justice tient-elle un des tueurs du Brabant ?

  • Le procureur du Roi de Charleroi, Pierre Magnien, lors de la conférence de presse
    Image précédente

    Le procureur du Roi de Charleroi, Pierre Magnien, lors de la conférence de presse

    VIRGINIE LEFOUR - BELGA
    Image suivante
    • Le procureur du Roi de Charleroi, Pierre Magnien, lors de la conférence de presse

      Le procureur du Roi de Charleroi, Pierre Magnien, lors de la conférence de presse

    • Peut-on dire que l'on tient l'un des tueurs du Brabant ?

      Peut-on dire que l'on tient l'un des tueurs du Brabant ?

Les suggestions du jour

  • "Le monde ne nous a pas aimés", l'émouvante lettre d'une Iranienne condamnée à mort

    30 octobre 2014, 11:02

    Malgré une mobilisation internationale, Reyhaneh Jabbari a été pendue le 25 octobre. Cette jeune Iranienne avait été accusée de meurtre, après avoir tué celui qui, disait-elle, l'avait sexuellement agressée. Elle laisse cependant derrière elle un...

  • Un mois sans gaspi: des défis pour ménager la planète

    27 octobre 2014, 17:05

    Il y a quatre ans, une petite bande de copains se lance un défi: un mois d'octobre sans chauffage; l'ASBL GreenCaps était constituée. Cette vingtaine de jeunes Bruxellois aspirent à un développement durable et proposent des actions qui suscitent des...

  • Plus d'un Belge sur deux opte pour la crémation

    30 octobre 2014, 09:14

    A quelques jours de la Toussaint, un chiffre surprend par son ampleur: désormais en Belgique, plus d'une famille endeuillée sur deux opte pour la crémation. Une tendance lourde qui a poussé cette année les 8 crématoriums de Wallonie et de Bruxelles à...

L'actualité en images

Mourir à l'étranger

mercredi 29 octobre 2014

Repas CHU Liège

mercredi 29 octobre 2014

Les Peshmergas défendent Kobané

mercredi 29 octobre 2014

FOCUS : Séries TV

mercredi 29 octobre 2014

Cotes et Cours

jeudi 30 octobre 2014

Toutes les vidéos de l'info

Vu sur le web

Dernière Minute