Michelle Martin reçoit l'autorisation de partir à l'étranger

Quand elles quitteront leur couvent de Malonne (bientôt), les Clarisses ne comptent pas emmener Michelle Martin dans leurs bagages.
2 images
Quand elles quitteront leur couvent de Malonne (bientôt), les Clarisses ne comptent pas emmener Michelle Martin dans leurs bagages. - © NICOLAS LAMBERT - BELGA

Michelle Martin a reçu l'autorisation du tribunal de l'application des peines (TAP) de Mons de partir maximum 15 jours à l'étranger, en Italie. Ce voyage a fait l'objet d'une demande spécifique formulée par son avocat. L'ex-épouse de Marc Dutroux cherche un nouveau un projet de réinsertion sociale et professionnelle en Toscane car le couvent des clarisses de Malonne va prochainement déménager.

La décision du TAP date du 2 janvier dernier et l'autorisation a été accordée à Michelle Martin, à sa demande, pour une durée de quinze jours.

Les modalités pratiques seront réglées avec l’assistant de justice qui devra faire rapport au TAP.

Selon SudPresse, Michelle Martin souhaite nouer des contacts avec les responsables de 'Cristo è la risposta', un groupe chrétien évangélique itinérant installé à Bagno A Ripoli près de Florence en Toscane. Les soeurs clarisses de Malonne, chez qui elle est actuellement hébergée, vont déménager prochainement vers Bruxelles et n'auraient pas souhaité que Michelle Martin les y accompagne.

Contacté par nos soins, le pasteur Paul Schafer, responsable de cette communauté, a déclaré ne pas savoir exactement quand elle se rendra en Italie mais avoir été informé de la permission accordée par le TAP.

Paul Schafer dit qu'il n'est pas question que Michelle Martin soit transférée dans son couvent, mais que des contacts ont bien été pris pour organiser une retraite spirituelle limitée dans le temps, sans préciser quand celle-ci sera organisée.

Pour que Michelle Martin puisse s'installer définitivement en Italie, le TAP de Mons devra d'abord approuver un plan de reclassement crédible en Toscane et s'assurer de l'accord des autorités italiennes, qui devront alors assurer sa surveillance sur place.

Interrogé par la RTBF, le bourgmestre de Namur Maxime Prévot, reconnaît que l’arrivée de la femme de Marc Dutroux à Malonne avait provoqué beaucoup d’agitation pendant l’été 2012. Mais "les choses sont très largement apaisées maintenant. On sait que, à terme, la communauté des sœurs clarisses va déménager. Donc il faudra trouver une alternative. Si la solution alternative peut se dégager sur les terres italiennes, pourquoi pas ? On ne s’y opposera pas en tout cas. Pour le surplus, c’est du ressort de la justice, et certainement pas du politique".

RTBF avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir

L'actualité en images