Aller directement au contenu principal

Les semences traditionnelles en danger? Relisez le chat avec Nature et Progrès

SOCIETE | Mis à jour le mercredi 25 juillet 2012 à 12h37

  • La législation européenne interdit de commercialiser des semences de variétés traditionnelles et diversifiées qui ne sont pas explicitement inscrites au catalogue officiel. La biodiversité de nos potagers et de nos vergers est-elle menacée? Sophie Maerckx de Nature et Progrès a répondu à vos questions.

    "Les agriculteurs sont tenus d'utiliser des semences inscrites au catalogue et donc généralement d'acheter des semences produites par des semenciers. Cela représente donc un coût supplémentaire pour le producteur", explique aux internautes Sophie Maerckx de Nature et Progrès.

    Pour être inscrites dans ce catalogue, "les semences doivent passer un test DHS : distinction - homogénéité – stabilité", précise-t-elle : "cela signifie que la variété de semences doit être différente de celles déjà inscrite (distinction). Elle doit être homogène : les individus de cette variété doivent être identiques aux critères définissant la variété. Et elle doit être stable : au fur et à mesure des générations, les individus doivent être identiques. Le coût d'inscription est de 200 euros pour l'ouverture du dossier, auxquels il faut ajouter 600 euros pour l'examen DHS. Ensuite, les années suivantes, la variété doit être maintenue au catalogue et ça a aussi un coût".

    Privilège fermier

    "La décision de la Cour de Justice de l'Union européenne dans l'affaire Kokopelli porte sur les semences de légumes. Les agriculteurs (hors maraîchers) sont aussi tenus d'utiliser des semences inscrites au catalogue ; leur marge de manœuvre est donc réduite pour développer leur propre patrimoine de semences" ajoute Sophie Maerckx.

    "Les agriculteurs bénéficient encore aujourd'hui du ‘privilège fermier’ ou de ‘l’exception fermière’, c'est à dire qu'ils peuvent replanter une partie de leur récolte l'année suivante. Cela fonctionne surtout pour les céréales, pour lesquelles les opérations de tri et de conservation sont réduites", précise-t-elle encore.

    Productivité

    Le professeur Bernard Bodson des Facultés agronomiques de Gembloux a expliqué à la RTBF que les variétés issues de la recherche sont plus résistantes et plus productives. Pour Nature et Progrès, "l'analyse de la productivité peut être effectivement faite par unité de main d'œuvre ou par surface. Bien souvent, la productivité est uniquement évaluée sur base du rendement ramené à la surface et ne tient pas compte des critères sociaux (nombre de travailleurs). La productivité peut en outre être évaluée par rapport aux intrants nécessaires à faire pousser la plante : dans le cas de semences standardisées développées pour la production industrielle, leur bon développement est conditionné par l'apport d'intrants (engrais, pesticides) et leur productivité par input d'intrant est probablement moins bonne que celle des variétés anciennes".

    Echange de semences

    Sophie Maerckx précise aussi que "la commercialisation ne se limite pas à la vente, mais porte aussi sur l'échange en vue d'une exploitation commerciale. Le don de semences entre producteurs maraichers, c'est donc bien de la commercialisation ! Par contre, la marge de manœuvre des particuliers (échanges entre jardiniers) est bien plus large".

    Elle annonce aussi qu’une structure d’échange de semences entre maraîchers ou entre particuliers devrait voir le jour dans les prochains mois en Région wallonne.

    RTBF

    Le site de Nature et Progrès

    Relisez ci-dessous les réponses de Sophie Maerckx de Nature et Progrès

    Voir

    Derniers commentaires

    • de Totor Bonjour. Il en est des semences comme de l'information! Nous commençons à devoir nous les passer "sous le manteau" pour être approvisionné en un produit qui soit, non pas "politiquement correct" ou "commercialement correct", mais plutôt "correctement consommable". Le fossé entre société "officielle" et société "réelle" devient de plus en plus large et profond. On en est à "l'échange de services rendus" avant de passer carrément au "troc". Quand finirons-nous par imprimer notre propre monnaie, bien à l'abris des agences de notation financières?

      25-07-2012 13:49 | Répondre

    • de Totor Re-bonjour. On prétend que nous avons la liberté d'expression, mais pour trouver du travail, on nous apprend "à nous vendre"! L'auto-censure est donc devenue la règle et les possédants ne sont plus jamais inquiétés. Les femmes n'allaitent plus, elles achètent du lait maternisé. Les parents ne prêtent plus à leurs enfants, ce sont les banques qui s'en chargent. Les grands parents, qui travaillent, ne gardent plus leurs petits enfants: ils sont à la crèche. On ne cuisine plus pour sa famille, on met son surgelé personnel au micro-onde... Le système capitaliste détricote inexorablement le lien social! Mais les "semences" sont tout un symbole, et j'espère que celui-ci sera à l'origine d'une prise de conscience salutaire!

      25-07-2012 14:31 | Répondre

    • de Dehair Et Isabelle Durand ex secrétaire d'Ecolo et maintenant député européenne, on ne l'entend pas sur cette problématique, les autres écolo non plus d'ailleurs. Josy Dubié, José Bové, les dirigeants d'écolo actuel.

      25-07-2012 13:39 | Répondre

    • de arlette Cette décision n'est rien moins que honteuse. C'est une atteinte à une liberté (fondamentale) de se nourrir comme on l'entend ; une atteinte à la nature par l'uniformisation des productions. De plus en plus de personnes cultivent leur potager et utilisent les ressources de plantes sauvages pour se nourrir, c'est une façon - entre autres - de résister à un appauvrissement qui se généralise. Le fossé se creuse de plus en plus cruellement entre ceux qui qui auront les moyens de ne manquer de rien t ceux qui, peu à peu, commencent à manquer de l'essentiel. Les décideurs DOIVENT se rendre compte que ces initiatives auront des répercussions alimentaires et sanitaires.

      25-07-2012 12:14 | Répondre

    • de nanny mais ils n'ont rien d'autre de plus intéressant à faire que de nous priver du bien manger !!!! Moi, je boycotte parce que j'ai un jardin :) et que les valeurs de respect de la nature me viennent de mes grand-parents qui étaient bien plus sensés que ces décideurs rapaces. Quel sera l'avenir de nos enfants avec de telles décisions? Le monde à venir que NOUS allons leur léguer, c'est aujourd'hui que nous le préparons. Arrêtez vos conneries là-haut, et redescndez un peu sur terre sans vous occuper d'engranger pour des multi nationales

      25-07-2012 11:45 | Répondre

    Signaler un abus

    Une erreur a eu lieu, veuillez essayer plus tard. Merci, votre remarque sera prise en compte dans les plus bref délais.
    1000 caractères max
  • Vidéo précédente

    La bataille du marché des semences

    Vidéo suivante
    • Cliquez pour visionner

      La bataille du marché des semences

    • Cliquez pour visionner

      Les agriculteurs manifestent contre un projet européen sur les semences

  • Les semences traditionnelles en danger?
    Image précédente

    Les semences traditionnelles en danger?

    Archive RTBF
    Image suivante
    • Les semences traditionnelles en danger?

      Les semences traditionnelles en danger?

    • de Totor Bonjour. Il en est des semences comme de l'information! Nous commençons à devoir nous les passer "sous le manteau" pour être approvisionné en un produit qui soit, non pas "politiquement correct" ou "commercialement correct", mais plutôt "correctement consommable". Le fossé entre société "officielle" et société "réelle" devient de plus en plus large et profond. On en est à "l'échange de services rendus" avant de passer carrément au "troc". Quand finirons-nous par imprimer notre propre monnaie, bien à l'abris des agences de notation financières?

      25-07-2012 13:49 | Répondre

    • de Totor Re-bonjour. On prétend que nous avons la liberté d'expression, mais pour trouver du travail, on nous apprend "à nous vendre"! L'auto-censure est donc devenue la règle et les possédants ne sont plus jamais inquiétés. Les femmes n'allaitent plus, elles achètent du lait maternisé. Les parents ne prêtent plus à leurs enfants, ce sont les banques qui s'en chargent. Les grands parents, qui travaillent, ne gardent plus leurs petits enfants: ils sont à la crèche. On ne cuisine plus pour sa famille, on met son surgelé personnel au micro-onde... Le système capitaliste détricote inexorablement le lien social! Mais les "semences" sont tout un symbole, et j'espère que celui-ci sera à l'origine d'une prise de conscience salutaire!

      25-07-2012 14:31 | Répondre

    • de Dehair Et Isabelle Durand ex secrétaire d'Ecolo et maintenant député européenne, on ne l'entend pas sur cette problématique, les autres écolo non plus d'ailleurs. Josy Dubié, José Bové, les dirigeants d'écolo actuel.

      25-07-2012 13:39 | Répondre

    • de arlette Cette décision n'est rien moins que honteuse. C'est une atteinte à une liberté (fondamentale) de se nourrir comme on l'entend ; une atteinte à la nature par l'uniformisation des productions. De plus en plus de personnes cultivent leur potager et utilisent les ressources de plantes sauvages pour se nourrir, c'est une façon - entre autres - de résister à un appauvrissement qui se généralise. Le fossé se creuse de plus en plus cruellement entre ceux qui qui auront les moyens de ne manquer de rien t ceux qui, peu à peu, commencent à manquer de l'essentiel. Les décideurs DOIVENT se rendre compte que ces initiatives auront des répercussions alimentaires et sanitaires.

      25-07-2012 12:14 | Répondre

    • de nanny mais ils n'ont rien d'autre de plus intéressant à faire que de nous priver du bien manger !!!! Moi, je boycotte parce que j'ai un jardin :) et que les valeurs de respect de la nature me viennent de mes grand-parents qui étaient bien plus sensés que ces décideurs rapaces. Quel sera l'avenir de nos enfants avec de telles décisions? Le monde à venir que NOUS allons leur léguer, c'est aujourd'hui que nous le préparons. Arrêtez vos conneries là-haut, et redescndez un peu sur terre sans vous occuper d'engranger pour des multi nationales

      25-07-2012 11:45 | Répondre

    • de didier Cette réglementation n'a rien de ridicule pour les multinationales . Si il ne reste que Leurs céréales sur le marché, c'est le jackpot ! En effet, leurs céréales sont "stériles", donc il faut leur racheter de nouvelles semences chaque année, au prix fort puisqu'elles ont le monopole international et cela leurs rapportent une fortune. Elles ont fait croire n'importe quoi aux des députés européens, qui n'y connaissent rien en la matière, et qui ont du cou ont crée "le catalogue officiel" et bien sûr une loi européenne qui l'accompagne.

      25-07-2012 11:43 | Répondre

    • de Marc Blairon Madame, Monsieur, Lors de la mise en place de la Communauté Européenne, j’étais enthousiaste. Aujourd’hui, je suis dégoûté. Depuis des années la Commission est manipulée, corrompue par le lobbying qui a comme but la mise en place de l’industrialisation des cultures au profit de quelques multinationales. SVP aidez-moi à m’impliquer pour lutter contre une liberté essentielle : pouvoir choisir ce que l’on mange, la qualité et la diversité. Bien merci.

      25-07-2012 11:30 | Répondre

    • de Dominique Bonjour Madame, J'ai un magasin BIO et je vends également des semences. Comment peut-on contrer cette réglementation : pétition, désobéissance civique, ? Mes contacts et ma position dans le secteur BIO me permettent de rassembler l'ensemble des magasins BIO de Belgique. Envisagez-vous de réunir l'ensemble des acteurs du secteur BIO pour définir un plan d'actions ? Bien à vous, Dominique

      25-07-2012 11:09 | Répondre

    • de hobbes Bonjour Dominique. J'adhère pleinement au concept de désobéissance civique. Depuis cette annonce, je cherche et stocke des graines traditionnelles de ma régions afin de sauvegarder un peu de diversité et de mon autonomie (bientôt on aura droit à des taxes sur nos potagers...). C'est ici et maintenant que nous pouvons faire quelque chose à notre échelle. Et sinon quoi, ils nous arrêteront parce que nous revendrons des graines illicites comme des dealeurs? Organisons un marché parallèle, local et discret. Ce sera illégal mais nous savons que ce combat est juste et essentiel. Citoyens indignez-vous, ça fait du bien!

      25-07-2012 15:20 | Répondre

    • de claparede henri http://www.avaaz.org/fr/petition/Que_la_justice_revienne_sur_la_decision_prise_contre_Kokopelli/?fEjleab&pv=1

      25-07-2012 10:51 | Répondre

    Signaler un abus

    Une erreur a eu lieu, veuillez essayer plus tard. Merci, votre remarque sera prise en compte dans les plus bref délais.
    1000 caractères max

Les suggestions du jour

Vu sur le web

Dernière Minute