Aller directement au contenu principal

Crise du lait: une "grande action symbolique" prévue ce mardi

SOCIETE | Mis à jour le lundi 26 novembre 2012 à 21h29

  • Les producteurs de lait européens mobilisés dans le quartier européen à Bruxelles: ils dénoncent le prix beaucoup trop bas du lait. La rue Belliard a été fermée à la circulation en soirée. En fin de journée, les agriculteurs ont déversé 15 000 litres de lait sur un bâtiment européen. La police a réagi, faisant usage de lacrymogènes. Ce mardi aura lieu une "grande action symbolique", ont annoncé les organisateurs.

     

    La seconde journée de manifestation des producteurs de lait, organisée mardi par l'European Milk Board Office (EMB) à Bruxelles, se traduira par une série d'actions menées par les agriculteurs venus plaider pour un prix plus équitable du lait. Erwin Schöpges, président de la branche belge de l'EMB, s'est dit satisfait de la journée de lundi. "Avec un nombre élevé d'agriculteurs mécontents, j'estime que les choses se sont passées dans le calme", a t-il expliqué lundi en fin de journée.

    "La grande action de mardi, devant les institutions européennes, sera symbolique et plus calme que les jets de lait sur les façades. Elle doit faire comprendre que durant les dernières années, 150 000 exploitations ont fermé leurs portes, dont 3000 en Belgique", a détaillé M. Schöpges.

    L'axe Belliard fermée à la circulation lundi soir

    La rue Belliard, axe très important dans le centre de Bruxelles, a été fermée à la circulation lundi soir en raison de la manifestation des producteurs de lait, a indiqué lundi soir à l'Agence Belga le porte-parole de la police de Bruxelles-Capitale/Ixelles. Elle le restera jusque tard lundi soir et pourrait encore l'être mardi matin. Le trafic depuis et vers le centre de Bruxelles en est évidemment gravement perturbé.

    La circulation dans le centre de la capitale se résorbe petit à petit. Le trafic se fluidifie ainsi rue de la Loi et sur la petite ceinture. Les tracteurs quittent progressivement la ville, a de son côté indiqué la police fédérale.

    Environ 800 tracteurs et 2000 manifestants se sont retrouvés lundi dans la capitale pour défendre un prix du lait honnête et équitable. Plusieurs dizaines de tracteurs sont stationnés place du Luxembourg et le resteront pour la nuit.

    Mardi, d'autres actions symboliques sont prévues, selon l'European Milk Board Office (EMB), organisateur de la manifestation.

    Affrontements avec les forces de l'ordre

    Des agriculteurs, juchés sur une plate-forme de tracteur, ont aspergé de lait les façades des bureaux du Parlement, tandis qu'éclataient de nombreux pétards. Lorsque des manifestants ont tenté de pénétrer dans une cour intérieure, ils ont en été empêché par les forces de l'ordre, qui ont eu recours à des lances à eau et à des gaz lacrymogène.   

    La manifestation a provoqué d'importantes perturbations de la circulation dans le quartier de la capitale abritant les institutions européennes, dont les principaux axes étaient bloqués. L'accès de l'A201 à l'aéroport de Bruxelles a aussi été bloqué en fin d'après-midi par plusieurs tracteurs.

    Une dizaine de pneus ont également été incendiés par les manifestants non loin de l'entrée de la gare du Luxembourg.

    A l'appel de l'European Milk Board Office (EMB), les producteurs de lait belges et de quatorze autres pays européens manifestent lundi et mardi devant le Parlement européen. Afin de réclamer un prix de vente plus équitable du lait en Europe, plus de 2000 producteurs laitiers sont venus faire entendre leur voix sur la place du Luxembourg, selon les organisateurs. Au total, 800 tracteurs sont entrés dans Bruxelles.

    "Il y a le feu sur le marché du lait. La situation des producteurs laitiers européens est dramatique. Depuis trop longtemps, les prix du lait ne couvrent plus les coûts de production et des milliers de producteurs ont déjà abandonné", explique l'EMB.   

    "Ce n'est que le début de la mobilisation, la révolte paysanne gronde dans tout l'Europe", a estimé M. Schopges. "Nous faisons monter la pression. Il faut que les politiciens comprennent qu'ils doivent défendre les producteurs et les consommateurs et non les multinationales et les spéculateurs", a-t-il ajouté.  Selon lui, le lait est acheté 0,27 euro le litre, alors que le coût de production est de 0,40 centimes. "La crise actuelle, encore plus grave que celle de 2009, montre à quel point il est nécessaire d'avoir un système de régulation globale de la production", a réagi l'eurodéputé socialiste belge Marc Tarabela, en charge de l'agriculture au Parlement européen.

    Sur la route

    Dès 7h lundi matin, les agriculteurs ont convergé en tracteur vers Bruxelles où ils se sont retrouvés vers 13h place du Luxembourg, devant le Parlement européen. Les délégations venaient de Pologne, d’Allemagne, de France ou encore des Pays Bas.

    Des rassemblements étaient prévus notamment à Battice, Arlon, Couvin et Tournai avant de remonter vers Bruxelles en colonne sur une bande de circulation. Certains avaient hissé un drapeau blanc sur leur véhicule: signe d'une manifestation calme, mais déterminée.

    Plusieurs centaines de tracteurs ont évidemment eu une influence sur la fluidité du trafic: plusieurs tronçons autoroutiers roulaient au pas ou étaient même à l'arrêt une partie de la matinée.

    Des problèmes à la sortie de Bruxelles

    Ce lundi matin, il n'y avait eu que peu de perturbations. La police de Bruxelles avait fermé à la circulation quatre tunnels en direction du centre en raison de la manifestation (les tunnels Reyers, Tervuren, Cinquantenaire et Loi). Les manifestants passeront pour la plupart la nuit au Cinquantenaire, en camping sur la Place du Luxembourg ou dans des hôtels alentour.

    Une règle: éviter le quartier européen ce lundi et mardi

    Mardi, les agriculteurs ayant passé la nuit à Bruxelles feront le même circuit, mais entre 12h et 14 h, avant de se rassembler à Montgomery pour quitter Bruxelles en fin d'après-midi.

    Les organisateurs ne prévoient théoriquement pas de blocages. Mais des problèmes de la route ne peuvent être exclus. La police demande avec insistance d’éviter ce quartier en voiture. Il suffit de trois ou quatre tracteurs décidant de ne pas suivre le programme pour perturber fortement la circulation.

    Des agriculteurs wallons bloquent le centre de distribution de Delhaize

    Quelque 80 tracteurs de membres de la Fédération unie de groupements d'éleveurs et d'agriculteurs (FUGEA) bloquent, par ailleurs, depuis lundi midi, le centre de distribution de Delhaize à Zellik. Ils revendiquent des prix rémunérateurs pour tous les éleveurs wallons. "On veut un organisme indépendant de régulation, regroupant les producteurs et les consommateurs, mais aussi les entreprises de distribution", s'exclame un manifestant.

    Ce blocage s'inscrit lui aussi dans le cadre des actions menées par l'European Milk Board (EMB) ces lundi et mardi. "L'objectif des producteurs des différents secteurs (laitier et viandeux) est de dénoncer les marges abusives de la grande distribution par rapport au revenu touché par l'éleveur et d'exiger une meilleure répartition des marges au sein de la chaîne alimentaire", explique la FUGEA.

    Les éleveurs wallons ont décidé d'axer leur action sur Delhaize car ils estiment que la chaîne de supermarchés est celle qui fournit le moins d'efforts pour tenter de remédier à la situation catastrophique à laquelle doit faire face le secteur. En début d'après-midi, les agriculteurs avaient repris la route afin de rencontrer des représentants de Comeos, l'association du secteur de la distribution en Belgique.

    Plus tôt dans la matinée, des représentants de la FUGEA ont également rencontré des dirigeants de la laiterie Olympia à Herfelingen. La FUGEA a insisté sur la nécessité pour les éleveurs de travailler main dans la main avec les industries afin d'assurer un avenir durable au secteur. Des centaines de producteurs laitiers protesteront lundi après-midi à Bruxelles contre la baisse des prix sur le marché du lait alors que les coûts de production continuent d'augmenter.

    RTBF avec Perex et agences

    Voir

    Derniers commentaires

    • de jean9062 Bonjour, Pour ma part, je trouve fort réducteur de s'arrêter à savoir combien coûte un tracteur ... !!!! Qui, à l'heure actuelle, à envie de travailler dans des conditions moyenâgeuses ?En attendant, pour ma part, chapeau à tous ces fermiers pour le travail qu'ils font sans compter leurs heures, et je ne parle pas des nuits ... Je n'achète pas de lait en magasins, je l'achète uniquement à la ferme, et je me fiche pas mal de le payer plus cher, pourtant je n'ai pas beaucoup de "moyens" Je fais tous les dérivés des produits laitiers moi-même. Ras le bol de payer à des prix incroyablement exorbitants, fromages, yaourts fabriqués par les industriels et ...sans goûts. Je préfère acheter directement à celui qui produit (quoi de plus juste) et en plus je mange sain.

      27-11-2012 08:37 | Répondre

    • de nicnol De fait, la vie d'un agriculteur, ce n'est pas la vie d'u sidérurgiste d'Arcelo-Mittal !!! 7 jours / 7 et la dépendance du climat ... C'est assez sans que des euro-ploutocrates rivés sur leurs ordinateurs et leurs "statistiques " (et qui ne seraient même pas capables de faire pousser un carré de jardin) s'en mêlent !!!

      27-11-2012 08:15 | Répondre

    • de fabienne moi, je serai d'avis d'acheter mon lait direct au producteur,en plus on saura d'ou il vient,et de leur payer le prix que l'on payerai au magasin, car quand ils seront plus là, que feront nous. si vous etes d'accord avec moi PARTAGEZ UN MAX(message deposé sur mon compte facebook) de tout coeur avec eux

      26-11-2012 19:24 | Répondre

    • de Lara Leuze avant 1960 nous avions notre indépendance énergétique tout allait bien ; aujourd hui nous avons l indépendance alimentaire tant qu' il reste des agriculteurs ;comprenne qui pourra. Et demain qui nous nourrira si ils disparaissent : ce sera comme avec le petrole . Reflechissez y

      26-11-2012 17:08 | Répondre

    • de Allô Je serais d'avis d'acheter mon lait chez le producteur, mais aussi de l'encourager à devenir producteur énergétique. Certains se sont lancés dans le biogaz (v. Wikipedia) et apparemment, ça marche. J'habite la campagne et le "gaz de ville" n'arrive pas chez nous. Dommage, alors qu'il y a un tas d'éleveurs dans la région et un potentiel de production de "gaz de campagne". Je ne connais pas la faisabilité d'un tel projet. Il se peut que je rêve. Mais si le lait ne rapporte plus, que l'éleveur est en général amoureux de son métier et de ses bêtes, c'est peut-être un plan mutuellement satisfaisant pour lui comme pour un certain nombre de gens qui pensent comme moi. Et si, comme on l'entend de plus en plus, c'est le moment de revoir sa copie (cf. décroissance) et de penser à nos enfants, c'est peut-être un moyen de leur laisser un héritage un peu moins pourri que ce qu'on leur a préparé pendant des décennies de gaspillage. Fini le pays des jouets de Pinocchio !

      27-11-2012 18:44 | Répondre

    Signaler un abus

    Une erreur a eu lieu, veuillez essayer plus tard. Merci, votre remarque sera prise en compte dans les plus bref délais.
    1000 caractères max

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
  • « previous

    Manifestation des producteurs de lait prévue demain à Bruxelles

    next
    • Cliquez pour visionner

      Manifestation des producteurs de lait prévue demain à Bruxelles

    • Cliquez pour visionner

      Manifestations de tracteurs

    • Cliquez pour visionner

      En bref, les points à éviter demain sur les grands axes vers Bruxelles

    • Cliquez pour visionner

      Extrait

    • Cliquez pour visionner

      clé de l'info : la crise du lait

    • Cliquez pour visionner

      La journée des agriculteurs

  • Crise du lait: une "grande action symbolique" prévue ce mardi
    « previous

    Crise du lait: une "grande action symbolique" prévue ce mardi

    Belga
    next
    • Crise du lait: une "grande action symbolique" prévue ce mardi

      Crise du lait: une "grande action symbolique" prévue ce mardi

    • Crise du lait: les agriculteurs aspergent le Parlement européen de lait place du Luxembourg

      Crise du lait: les agriculteurs aspergent le Parlement européen de lait place du Luxembourg

    • Crise du lait: les agriculteurs aspergent les policiers place du Luxembourg

      Crise du lait: les agriculteurs aspergent les policiers place du Luxembourg

    • Crise du lait: heurts entre agriculteurs et policiers place du Luxembourg

      Crise du lait: heurts entre agriculteurs et policiers place du Luxembourg

    • Crise du lait: les agriculteurs ont déversé plusieurs milliers de litres de lait sur la place du Luxembourg, aspergeant un bâtiment du Parlement européen place du Luxembourg.

      Crise du lait: les agriculteurs ont déversé plusieurs milliers de litres de lait sur la place du Luxembourg, aspergeant un bâtiment du Parlement européen place du Luxembourg.

    • Crise du lait: incidents entre agriculteurs et policiers place du Luxembourg

      Crise du lait: incidents entre agriculteurs et policiers place du Luxembourg

    • Crise du lait: heurts entre agriculteurs et policiers place du Luxembourg

      Crise du lait: heurts entre agriculteurs et policiers place du Luxembourg

    • Crise du lait: heurts entre agriculteurs et policiers place du Luxembourg

      Crise du lait: heurts entre agriculteurs et policiers place du Luxembourg

    • Crise du lait: les agriculteurs prévoient une "action coup de poing"

      Crise du lait: les agriculteurs prévoient une "action coup de poing"

    • Crise du lait: les agriculteurs déversent du lait place du Luxembourg

      Crise du lait: les agriculteurs déversent du lait place du Luxembourg

    • Crise du lait: heurts entre agriculteurs et policiers place du Luxembourg

      Crise du lait: heurts entre agriculteurs et policiers place du Luxembourg

  • Thibaut Desmet, jeune agriculteur de la région de Perwez.
    • de jean9062 Bonjour, Pour ma part, je trouve fort réducteur de s'arrêter à savoir combien coûte un tracteur ... !!!! Qui, à l'heure actuelle, à envie de travailler dans des conditions moyenâgeuses ?En attendant, pour ma part, chapeau à tous ces fermiers pour le travail qu'ils font sans compter leurs heures, et je ne parle pas des nuits ... Je n'achète pas de lait en magasins, je l'achète uniquement à la ferme, et je me fiche pas mal de le payer plus cher, pourtant je n'ai pas beaucoup de "moyens" Je fais tous les dérivés des produits laitiers moi-même. Ras le bol de payer à des prix incroyablement exorbitants, fromages, yaourts fabriqués par les industriels et ...sans goûts. Je préfère acheter directement à celui qui produit (quoi de plus juste) et en plus je mange sain.

      27-11-2012 08:37 | Répondre

    • de nicnol De fait, la vie d'un agriculteur, ce n'est pas la vie d'u sidérurgiste d'Arcelo-Mittal !!! 7 jours / 7 et la dépendance du climat ... C'est assez sans que des euro-ploutocrates rivés sur leurs ordinateurs et leurs "statistiques " (et qui ne seraient même pas capables de faire pousser un carré de jardin) s'en mêlent !!!

      27-11-2012 08:15 | Répondre

    • de fabienne moi, je serai d'avis d'acheter mon lait direct au producteur,en plus on saura d'ou il vient,et de leur payer le prix que l'on payerai au magasin, car quand ils seront plus là, que feront nous. si vous etes d'accord avec moi PARTAGEZ UN MAX(message deposé sur mon compte facebook) de tout coeur avec eux

      26-11-2012 19:24 | Répondre

    • de Lara Leuze avant 1960 nous avions notre indépendance énergétique tout allait bien ; aujourd hui nous avons l indépendance alimentaire tant qu' il reste des agriculteurs ;comprenne qui pourra. Et demain qui nous nourrira si ils disparaissent : ce sera comme avec le petrole . Reflechissez y

      26-11-2012 17:08 | Répondre

    • de Allô Je serais d'avis d'acheter mon lait chez le producteur, mais aussi de l'encourager à devenir producteur énergétique. Certains se sont lancés dans le biogaz (v. Wikipedia) et apparemment, ça marche. J'habite la campagne et le "gaz de ville" n'arrive pas chez nous. Dommage, alors qu'il y a un tas d'éleveurs dans la région et un potentiel de production de "gaz de campagne". Je ne connais pas la faisabilité d'un tel projet. Il se peut que je rêve. Mais si le lait ne rapporte plus, que l'éleveur est en général amoureux de son métier et de ses bêtes, c'est peut-être un plan mutuellement satisfaisant pour lui comme pour un certain nombre de gens qui pensent comme moi. Et si, comme on l'entend de plus en plus, c'est le moment de revoir sa copie (cf. décroissance) et de penser à nos enfants, c'est peut-être un moyen de leur laisser un héritage un peu moins pourri que ce qu'on leur a préparé pendant des décennies de gaspillage. Fini le pays des jouets de Pinocchio !

      27-11-2012 18:44 | Répondre

    • de ns "ça coute combien un tracteur? il faut vendre combien de litres de lait pour le payer? " n'est-ce pas une remarque quelque peu stupide ça? Comment sont-ils sensés travailler dans les champs selon vous? à pied?? Seriez-vous adeptes des esclaves? Des serfs peut-être?

      26-11-2012 17:07 | Répondre

    • de EDIDIANTlaconneriegouvernementaleeuropéenne Je viens de passer place du luxembourg et il y avait beaucoup de jeunes au volant des tracteurs, des jeunes allemands de bavière etc... comment peuvent-ils continuer l'agriculture des parents, les états prennent un maximum sur les droits de succession, également on leurs imposent des rigueurs de plus en plus difficile et honéreuses concernant la mise aux normes des laiteries etc.. pour les petits c'est très couteux et eux ils travaillent dès le levé du soleil jusqu'à tard, très tard le soir pour vivre un peu et n'oublié pas citadins que grâce à eux on à manger.

      26-11-2012 17:04 | Répondre

    • de mirta du lait ou de l'eau mélangée à de la chaux comme la dernière fois??

      26-11-2012 16:43 | Répondre

    • de ns Est-ce vraiment le problème dont il est question là? S'ils jettent ce que vous dites,ce n'est pas bien, s'ils jettent le lait, ce n'est pas bien. C'est bien celà le débat du jour selon vous?

      26-11-2012 17:09 | Répondre

    • de cat vous dites n importe quoi regardez des hommes et des vaches sur you tube c est honteux de ne pas defendre les agriculteurs regardez tous les reportages c est la grande misere quand on ne sait pas on se renseigne ou on va voir ce qui se passe et apres on critique il faut savoir que le prix du lait aux producteurs est payé le meme prix qu il y a 20 ans avec des charges doublées voir triplées si vous aviez le meme salaire qu il y a 20ans je pense que vous auriez du mal a vous en sortir a bon entendeur

      26-11-2012 19:35 | Répondre

    Signaler un abus

    Une erreur a eu lieu, veuillez essayer plus tard. Merci, votre remarque sera prise en compte dans les plus bref délais.
    1000 caractères max

Les suggestions du jour

  • Mariemont : le retour de la momie d'Hor

    18 avril 2014, 17:25

    Une pièce exceptionnelle est arrivée jeudi au Musée Royal de Mariemont : la momie d'Hor, un prêtre d’Amon qui vivait en Égypte 700 ans avant notre ère. Le cercueil en bois peint, parfaitement conservé et restauré, est exposé à côté du corps...

  • La mobilité à Chimay: road-trip dans les transports en commun (2)

    14 avril 2014, 12:37

    Se rendre à Chimay, et en sortir, ressemble à une véritable aventure, surtout sans voiture. Comment se débrouillent les Chimaciens au quotidien? L'immersion dans les transports en communs de la Botte du Hainaut se poursuit: quitter Chimay, une très...

  • Patients, vous avez des droits et vous ne les connaissez pas

    18 avril 2014, 09:36

    C'est la journée des droits des patients ce vendredi en Belgique. Ces droits sont protégés par une loi qui existe depuis plus de 12 ans... et pourtant, tout le monde ne la connaît pas. Chez nous, chaque personne peut bénéficier de soins de santé de...

Société

Vu sur le web

La cueillette de la rédaction aux quatre coins de la Toile.

Plus d'articles

Dernière Minute