Aller directement au contenu principal

Flandre: les jeunes, même romanistes, ne connaissent plus le français

SOCIETE | jeudi 20 septembre 2012 à 8h21

  • C'est un constat déjà entendu mais, nouveauté selon l'université d'Anvers, la méconnaissance atteint un record et même, ironie du sort, chez les étudiants en philologie romane.

    Un petit chiffre pour les candidats romanistes en Flandre: 36% des étudiants réussissent le petit test d'entrée. Dans les années 80, ils étaient encore 54 % à le réussir.

    Et ce ne sont pas uniquement la grammaire ou le vocabulaire qui posent un problème, la simple compréhension est boiteuse.

    Par exemple, lors de l'épreuve orale d'entrée (en philologie romane, rappelons-le) plusieurs étudiants ne comprenaient pas la question : où avez-vous fait vos études secondaires ? Ou encore: quelle combinaison de langues avez-vous choisie ? Ils avaient pourtant choisi le français.

    C'est le résultat de 8 années d'études du français comme seconde langue.

    L'attrait de l'anglais est bien sûr en cause, selon le professeur Alex Vanneste, de l'université d'Anvers qui témoigne dans la presse flamande mais pour lui ce n'est pas une question d'anglais ou de français mais d'anglais et de français. Les jeunes Flamands auront besoin des deux langues.

    Un autre problème réside aussi dans la formation des professeurs de français dans le secondaire. Beaucoup se rendent compte qu'ils ont des lacunes en français. Du coup, ils expliquent beaucoup en néerlandais, ce qui ne rassure pas vraiment les élèves.

    Bref, le ministre flamand de l'enseignement, Pascal Smet, a compris le message. Il s'agit maintenant de trouver des solutions. Ou "oplossingen" en néerlandais.

    Michel Lagase

    Voir

    Derniers commentaires

    • de Gorgon Compte tenu de la situation actuelle, il est tout simplement dément de mettre ses enfants en immersion linguistique flamande. Dans quelques années, la plupart de ces jeunes seront gravement carencés par rapport à leur langue maternelle (le français) et insuffisamment performants en néerlandais pour accéder à des postes de responsabilité dans un état dominé par la Flandre. La meilleure option est - des deux côtés de la frontière linguistique - d'approfondir la langue véhiculaire par excellence : l'anglais, sinon, ils en seront réduits à se parler entre "Belges" puisque les émissions flamandes qui passent sur les chaines bataves sont sous-titrées et vice versa. Il ne faut pas oublier que l'immense majorité des flamands ne parle pas le néerlandais mais bien un dialecte où les patois ont encore une grande influence. Dans cinquante ans, le flamand (ABN, pas si civilisé que cela) aura le même statut que la wallon au sud de la Belgique : moribond !

      21-09-2012 22:58 | Répondre

    • de capucine Monsieur, On vit avec son époque. Les jeunes sortent de l'école en ne connaissant pas 4 langues mais 2, soit. En revanche, quand je vois le degré d'exigence aux examens de 6ème d'une bonne école secondaire je peux vous certifier que ça n'a rien à voir avec ce qui nous était demandé. Et pour cause, bien des domaines ont évolué et se sont enrichis de nouvelles données. Rien qu'en physique par exemple: J'ai vu les cours de dernière année de ma filleule qui a terminé en juin et bien, je suis restée pantoise devant ce qu'on leur demandait de maîtriser. J'en ai discuté avec mon frère qui l'a assistée durant son cursus scolaire et il m'a confirmé que c'est bien plus dur aujourd'hui qu'a notre époque. On ne peut pas être partout à la fois, ni exceller en tout... Je précises que mon frère parle 9 langues depuis qu'il a 24 ans puisque ça a l'air d'être la référence pour vous et il a terminé bien après 1956...

      21-09-2012 21:10 | Répondre

    • de ceedee54 Ce qjue je trouve inouï est que le constat vient d'un certain Alex Vanneste qui - en 1974 - n' hésitait pas à recaler un étudiant en philologie romane wallon parfaitement bilingue non pas parce qu'il était trop faible (il méritait selon l'assistant Alex Vanneste un 13/20) mais parce qu'il ne venait plus suivre ses cours à cause de son parti pris pour la défense du flamand en Flandre française et son aversion vers les Wallons en lui collant un 8/20 !

      21-09-2012 19:13 | Répondre

    • de Eric odabachian Purée, ça fait 20 ans que je vois ça dans mon boulot et vous attendez les élections communales pour en parler ? C'est lamentable. De toute façon, ils parlent sûrement mieux l'anglais que beaucoup de francophones. Néanmoins, comme je l'ai dit un jour à un de mes collègues anversois, le(s) flamand(s), parce qu'ils ne comprennent même pas leurs patois réciproques, est la seule langue nationale, les 2 autre étant des langues internationales ! J'habite Zaventem et même tout seul, ça ne m'a jamais empêché de cracher sur les godasses des porteurs de panneaux "vlaams belang" et je vous assure que personne n'a bougé. Alors, si vous avez des couilles, faites pareil !

      20-09-2012 23:22 | Répondre

    • de Remi Pour reprendre (et adapter) la célèbre phrase d'un ex-bekende-vlamingen: "Les jeunes flamands n'ont pas les capacités intellectuelles pour apprendre le français" ^^

      20-09-2012 21:58 | Répondre

    Signaler un abus

    Une erreur a eu lieu, veuillez essayer plus tard. Merci, votre remarque sera prise en compte dans les plus bref délais.
    1000 caractères max

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
  • Les jeunes Flamands ne connaissent plus le français
    Image précédente

    Les jeunes Flamands ne connaissent plus le français

    PETER SPORCK (belga)
    Image suivante
    • Les jeunes Flamands ne connaissent plus le français

      Les jeunes Flamands ne connaissent plus le français

    • de Gorgon Compte tenu de la situation actuelle, il est tout simplement dément de mettre ses enfants en immersion linguistique flamande. Dans quelques années, la plupart de ces jeunes seront gravement carencés par rapport à leur langue maternelle (le français) et insuffisamment performants en néerlandais pour accéder à des postes de responsabilité dans un état dominé par la Flandre. La meilleure option est - des deux côtés de la frontière linguistique - d'approfondir la langue véhiculaire par excellence : l'anglais, sinon, ils en seront réduits à se parler entre "Belges" puisque les émissions flamandes qui passent sur les chaines bataves sont sous-titrées et vice versa. Il ne faut pas oublier que l'immense majorité des flamands ne parle pas le néerlandais mais bien un dialecte où les patois ont encore une grande influence. Dans cinquante ans, le flamand (ABN, pas si civilisé que cela) aura le même statut que la wallon au sud de la Belgique : moribond !

      21-09-2012 22:58 | Répondre

    • de capucine Monsieur, On vit avec son époque. Les jeunes sortent de l'école en ne connaissant pas 4 langues mais 2, soit. En revanche, quand je vois le degré d'exigence aux examens de 6ème d'une bonne école secondaire je peux vous certifier que ça n'a rien à voir avec ce qui nous était demandé. Et pour cause, bien des domaines ont évolué et se sont enrichis de nouvelles données. Rien qu'en physique par exemple: J'ai vu les cours de dernière année de ma filleule qui a terminé en juin et bien, je suis restée pantoise devant ce qu'on leur demandait de maîtriser. J'en ai discuté avec mon frère qui l'a assistée durant son cursus scolaire et il m'a confirmé que c'est bien plus dur aujourd'hui qu'a notre époque. On ne peut pas être partout à la fois, ni exceller en tout... Je précises que mon frère parle 9 langues depuis qu'il a 24 ans puisque ça a l'air d'être la référence pour vous et il a terminé bien après 1956...

      21-09-2012 21:10 | Répondre

    • de ceedee54 Ce qjue je trouve inouï est que le constat vient d'un certain Alex Vanneste qui - en 1974 - n' hésitait pas à recaler un étudiant en philologie romane wallon parfaitement bilingue non pas parce qu'il était trop faible (il méritait selon l'assistant Alex Vanneste un 13/20) mais parce qu'il ne venait plus suivre ses cours à cause de son parti pris pour la défense du flamand en Flandre française et son aversion vers les Wallons en lui collant un 8/20 !

      21-09-2012 19:13 | Répondre

    • de Eric odabachian Purée, ça fait 20 ans que je vois ça dans mon boulot et vous attendez les élections communales pour en parler ? C'est lamentable. De toute façon, ils parlent sûrement mieux l'anglais que beaucoup de francophones. Néanmoins, comme je l'ai dit un jour à un de mes collègues anversois, le(s) flamand(s), parce qu'ils ne comprennent même pas leurs patois réciproques, est la seule langue nationale, les 2 autre étant des langues internationales ! J'habite Zaventem et même tout seul, ça ne m'a jamais empêché de cracher sur les godasses des porteurs de panneaux "vlaams belang" et je vous assure que personne n'a bougé. Alors, si vous avez des couilles, faites pareil !

      20-09-2012 23:22 | Répondre

    • de Remi Pour reprendre (et adapter) la célèbre phrase d'un ex-bekende-vlamingen: "Les jeunes flamands n'ont pas les capacités intellectuelles pour apprendre le français" ^^

      20-09-2012 21:58 | Répondre

    • de belgica bravo à erv, d'ici qqls décennies l'anglais sera sans doute la langue majoritaire et tant mieux, d'ailleurs bx est frappé de plein fouet, ça commencera par la capitale. L'allemand lol? pour parler avec qui 70,000 germanophones dont personne ne connait rien, ça va aller aussi...

      20-09-2012 21:56 | Répondre

    • de claude.vancutsem De mon temps (1956), j'ai terminé mes humanités gréco-latines en parlant 4 langues : français, néerlandais, anglais et allemand. Allez demander cela à des jeunes maintenant!

      20-09-2012 16:10 | Répondre

    • de Ixel Voilà. Merci. Comme ça, grâce à vous, on a atteint le niveau minimum par article de vieil (pas péjoratif) aigri. On connait la musique: c'était mieux avant. Blablabla. Toujours le même discours toujours aussi peu instructif et constructif. A une autre époque, vous savez, il y a quelques centaines d'années, les hommes et femmes savaient lire et parler le latin. Allez demander cela à des "jeunes" de 1956 maintenant ! Non mais vraiment...

      20-09-2012 17:11 | Répondre

    • de franhou Râleur toi-même ! Pour moi, on vit dans un continent (l'Europe) extraordinaire où il y a une histoire, des mythes, un passé, de l'innovation et de l'invention, des arts classiques, modernes, populaires, de la sience, de la spontanéité, l'Etat de droit (un vieil héritage...), la gouvenrance, la philosophie, la Justice, le droit de parole, de religion, de libre pensée, etc. Ca c'est notre avenir, notre force et le monde a besoin d'un sacré combat (non pas intégriste, on se trompe) mais intégrale : inclure dans l'économie de marché et le "capital" les notions d'environnement, de respect social et de culture

      20-09-2012 22:51

    • de Gregory Je ne connais pas beaucoup de francophones qui soient sortis de leurs secondaires dans les environs de 56 qui ne soient pas purement et simplement monolingues. Les retraités ou pré-retraités d'aujourd'hui ont pu faire carrière uniquement en français sans aucun soucis alors que les jeunes d'aujourd'hui sont presque obligés de connaître plusieurs langues pour décrocher le moindre petit job. Le bon vieux temps, effectivement.

      21-09-2012 01:16 | Répondre

    Signaler un abus

    Une erreur a eu lieu, veuillez essayer plus tard. Merci, votre remarque sera prise en compte dans les plus bref délais.
    1000 caractères max

Les suggestions du jour

  • Ces promesses d'avant les élections que les politiques n'ont pas tenues

    24 juillet 2014, 12:24

    Jamais avec la N-VA, disait le MR pendant la campagne, alors qu’il négocie actuellement la formation d’un gouvernement fédéral avec le parti nationaliste. "Je resterai à Charleroi", affirmait Paul Magnette, ministre-président wallon. Voici un petit...

  • Bombes sur Gaza: l'implacable réalité des chiffres

    24 juillet 2014, 13:36

    Plus de deux semaines après le début de l'attaque israélienne sur la Bande de Gaza, le bilan humain et matériel côté palestinien ne cesse de s'alourdir. Les chiffres montrent d'une manière crue le lourd tribut payé par les populations civiles. Bref...

  • Conflit à Gaza: "Une impuissance qui se transforme en colère"

    23 juillet 2014, 17:12

    Daniel Fontaine, journaliste à la RTBF, vient de revenir d'Israël ce mercredi après avoir sillonné la région et ses environs quatre jours entiers. S'il ne s'est pas rendu dans la Bande de Gaza, faute de temps, il a pu prendre le pouls. Découvrez son...

L'actualité en images

La lutte contre la balsamine

jeudi 24 juillet 2014

Les poney games à Charleroi

jeudi 24 juillet 2014

Chantier Patrimonito à Bois-du-Luc

mercredi 23 juillet 2014

Vol Air Algérie disparu

jeudi 24 juillet 2014

Météo 19h25

jeudi 24 juillet 2014

JT en langue des signes

jeudi 24 juillet 2014

Toutes les vidéos de l'info

Vu sur le web

Dernière Minute