Le sms fête ses 20 ans, mais quel avenir?

L'accès aisé par smartphone aux réseaux sociaux pourrait annoncer le déclin du SMS.
L'accès aisé par smartphone aux réseaux sociaux pourrait annoncer le déclin du SMS. - © Flickr/prima_stella

Ce petit message de 160 caractères a transformé nos vies... et influencé notre façon d'écrire, de plus en plus informelle ces dernières années. Pourtant, 20 ans pourrait aussi être l'âge du déclin pour le "texto"

L’histoire du SMS (ou "texto" comme on dit en France), a commencé le 3 décembre 1992, quand un ingénieur anglais a souhaité "Joyeux Noël" à un collègue, par SMS. Ce petit message de 160 caractères a transformé nos vies. Des ados aux retraités, toutes les tranches d'âges ont leurs utilisateurs de SMS. Avec toutefois un pic pour les 15-25 ans, qui envoient jusqu'à 11 000 SMS par mois... Selon Mathieu Van Overstraeten, porte-parole de l'opérateur Mobistar, c’est le forfait illimité qui explique le succès de ce mode de communication chez les jeunes. Mais aussi la montée du smartphone, qui permet d'envoyer plus facilement des SMS groupés.

Un allié dans la vie quotidienne

Le SMS s'est imposé ces 20 dernières années comme un moyen de communication pratique, discret et souvent indispensable dans la vie quotidienne. Il a même fini par remplacer certaines conversations téléphoniques du quotidien.

Selon Cédric Fayron, prof de linguistique à l'UCL, qui a étudié ces messages, l'écriture s'est adaptée à ces 160 caractères qu'il ne fallait pas dépasser.

Avec une contagion aux autres moyens de communications numériques... depuis que les smartphones ont fait leur apparition.

Début de la fin ?

Aux Etats-Unis, le SMS connaît une baisse de régime ces derniers temps... En cause : le smartphone. En rendant plus accessibles les réseaux sociaux, il pourrait entraîner le déclin du SMS.

On a du mal à effacer certains SMS qui changent une vie (licenciement, déclaration d’amour, demande en mariage, annonce de décès ou de naissance…). Pour les sauvegarder, le site web treasure my text propose une solution de stockage permanent.

Alex Mitea et Odile Leherte

 

 


L'actualité en images