Aller directement au contenu principal

La Russie assise sur une immense réserve de diamants depuis 35 millions d'années

SOCIETE | Mis à jour le mercredi 19 septembre 2012 à 17h19

  • Une mine de diamants située en Sibérie, dont l'existence a été gardée secrète pendant des décennies, dispose d'immenses réserves susceptibles de provoquer "une révolution industrielle" dans le monde, affirment des experts.

    Le gisement de Popigaï a été découvert au début des années 1970 dans une zone inhabitée de Sibérie orientale, à 400 km de la première localité, Khantiga, et à 2000 km au nord de Krasnoïarsk, le chef-lieu de la région.

    Guerre froide oblige, le gisement a aussitôt été considéré comme "réserve stratégique" de l'URSS et son existence entourée du plus grand secret.

    L'Institut de Géologie et de Minéraux Sobolev à Novossibirsk (Sibérie) a publié cette semaine quelques rares informations concernant cette mine située dans un cratère d'un diamètre d'une centaine de kilomètres formé par la chute d'un astéroïde il y a 35 millions d'années.

    Les ondes de choc de l'impact avaient transformé instantanément le graphite du sol sibérien en minuscules diamants dans un rayon d'une dizaine de km autour du point de chute.

    Ces diamants "industriels", qui ont généralement un diamètre de 0,5 à 2 millimètres, se présentent sous forme de graines grises, bleues ou jaunes ressemblant à de la poussière, a déclaré Nikolaï Pokhilenko, directeur de l'Institut Sobolev.

    Les réserves en carats des diamants du type de Popigaï, très utilisés pour les instruments de forage et des pièces d'aéronautique, sont 110 fois supérieures aux réserves mondiales de diamants, affirment les experts de l'institut.

    En outre, les diamants de Popigaï sont deux fois plus résistants que les diamants industriels traditionnels, explique M. Pokhilenko.

    Les experts soviétiques savaient que les diamants de Popigaï étaient bien plus résistants que les diamants fabriqués en usine, mais à l'époque, l'URSS "préférait construire des usines de diamants synthétiques et la mine a été laissée en l'état", raconte M. Pokhilenko.

    Le gisement de Popigaï fut donc abandonné et oublié pendant près de 30 ans jusqu'à ce qu'en 2009, l'institut Sobolev décide de s'y intéresser à nouveau.

    Une existence passée inaperçue

    Dans le chaos économique et idéologique qui a suivi le démembrement de l'URSS fin 1991, l'annonce de l'existence de la mine est passée quasi inaperçue.

    A ce jour, "les 0,3% du cratère explorés donnent déjà 147 milliards de carats, alors que les réserves mondiales de diamants sont estimées à 5 milliards de carats", souligne le directeur de l'institut Sobolev.

    "Au rythme actuel d'utilisation des diamants industriels, les réserves de Popigaï correspondent à 3000 ans d'approvisionnement" et pourraient entraîner "une révolution industrielle dans le monde", notamment dans la construction des avions et des automobiles, affirme le scientifique.

    Bouleversements en vue

    "Le cratère de Popigaï peut bouleverser la situation sur le marché des diamants. Et il est impossible de dire ce que deviendraient les prix", s'inquiète Guennadi Nikitine, un haut responsable de Iakoutnipromalmaz, une entreprise de Iakoutie (Sibérie orientale) spécialisée dans l'industrie du diamant.

    Mais l'exploration des réserves de Popigaï pourrait se révéler trop coûteuse, estiment des experts, le gisement étant situé dans une zone de permafrost, éloignée de toute route ou voie de chemin de fer.

    "Le gisement est très isolé, situé à près de 200 kilomètres de la côte arctique et à plus de 400 kilomètres de la localité la plus proche", observe un expert à l'Institut Sobolev.

    L'exploration de la mine de Popigaï pourrait cependant être associée à celle d'autres gisements de minéraux à proximité, ce qui permettrait de réduire les coûts.


    Belga

    Voir
  • D'énormes réserves de diamant dans un cratère de météorite en Sibérie (photo d'illustration)
    Image précédente

    D'énormes réserves de diamant dans un cratère de météorite en Sibérie (photo d'illustration)

    AFP PHOTO / ANDREY SMIRNOV
    Image suivante
    • D'énormes réserves de diamant dans un cratère de météorite en Sibérie (photo d'illustration)

      D'énormes réserves de diamant dans un cratère de météorite en Sibérie (photo d'illustration)

Les suggestions du jour

  • Accueil des chômeurs en fin de droit: la révolte des CPAS

    30 janvier 2015, 17:03

    La situation que vivent les CPAS wallon et bruxellois est la conséquence d'une décision prise par le gouvernement Di Rupo de limiter dans le temps les allocations de chômage et de les supprimer après 3 ans. La mesure a pris effet à partir du 1er janvier...

  • Guantanamo, "les Etats-Unis se réfugient derrière un traité signé en 1903"

    30 janvier 2015, 16:41

    Alors qu’une détente historique s’amorce entre Cuba et les États-Unis (facilitation de la circulation des personnes, de l’argent et des marchandises), un dossier fait obstacle à la normalisation des relations entre les deux pays : la base navale de...

  • Avant d'être enlevé, il dénonçait des exactions de soldats de Kabila

    30 janvier 2015, 11:44

    Nous avons pu mettre la main sur un document sonore exclusif provenant du Congo. Il s'agit de la dernière conversation téléphonique de Christopher Ngoy, un défenseur des droits de l'homme. C’était le 21 janvier dernier. Aux tous premiers jours des...

L'actualité en images

Toutes les vidéos de l'info

En direct

Société

Vu sur le web

Dernière Minute