La profondeur des champs ou le regard d'un photographe sur des femmes seules en agriculture

Michel Loriaux a photographié des femmes agricultrices
Michel Loriaux a photographié des femmes agricultrices - © Michel Loriaux

Elles exercent leur métier seules. Et pas n'importe quel métier: agricultrice. C'est souvent une séparation ou un décès qui les a mises face à ce destin. Mais il a fallu continuer, aller de l'avant. Un choix difficile qui en a fait des femmes rares, des femmes d'exception.

Michèle, 62 ans et veuve depuis trois ans, s'occupe de ses 80 vaches seule maintenant. Pourtant, quand elle a perdu son mari, elle s'est demandé si elle allait pouvoir tenir la ferme sans lui. Aujourd'hui, même si c'est très dur, même si le milieu et le travail est rude, elle ne regrette pas ce choix. Il lui a permis d'aller de l'avant et de vivre son deuil sans se replier sur elle-même.

Cécile, 52 ans, a aussi perdu son mari. Sa ferme, 800 bovins, est une entreprise importante et elle a décidé de la gérer seule une fois veuve. Aujourd'hui elle règne en maître sur son domaine et fait le métier qu'elle aime. Cécile est fille de fermier, fermière et fière de l'être. Etre femme seule dans une exploitation n'a rien d'impossible et elle le prouve.

Ce sont deux portraits parmi ceux que propose le photographe  Michel Loriaux. Il a passé un an et demi à la rencontre de ces sujets particuliers: les femmes seules en agriculture. Il en a tiré une série de clichés qui racontent leur vie, leur travail, leurs difficultés. Son travail est rassemblé dans une exposition à la Maison Pelgrims, rue de Parme, 69 à Bruxelles. Elle est intitulée "La profondeur des champs" et est visible jusqu'au 6 mars 2016.


L'actualité en images

Le Brexit
Le Brexit
7min 32s
RTBF Info

Le Brexit