Budget: la coopération universitaire au développement en péril

Qui va payer la coopération au développement universitaire ?
Qui va payer la coopération au développement universitaire ? - © FUNDP
Rédaction RTBF

Lors du conclave budgétaire, le gouvernement avait décidé de se débarrasser d'un certain nombre de compétences vers les Régions. L'une des victimes de ce nouveau système, c'est la coopération universitaire au développement. Aujourd’hui certains chercheurs ne sont plus payés par le fédéral, et les universités sont contraintes d’avancer les fonds sans savoir si elles seront remboursées.

Les universités belges francophones sont très actives dans de nombreuses Régions du monde en matière de coopération au développement. Des pisciculteurs congolais ont pû par exemple bénéficier récemment du soutien des Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix, (FUNDP).  L’un des professeurs, Patrick Kestemont explique comment ils s’investissent sur place en travaillant avec des ONG locales qui apprennent aux paysans à devenir auto-suffisants en matière de production de poissons, "source de protéines dont ils ont grandement besoin. Nous formons les pisciculteurs, nous leurs apprenons les bonnes techniques, nous faisons de la diffusion vers les professionnels du secteur, dans un pays qui a énormément de ressources mais qui ne les exploite pas facilement".

Des projets en péril

Un projet du même ordre destiné au Vietnam pourrait aujourd’hui caboter car personne ne sait qui va le financer : le fédéral ne s’en occupe plus et la Fédération Wallonie-Bruxelles ne l’a pas prévu. Concrètement, depuis le 1er janvier, le fédéral ne verse plus d’argent à la Commission Universitaire pour le Développement. La CUD se retrouve donc dans le brouillard et tire la sonnette d’alarme. Olivier Paye est professeur aux Facultés Universitaires Saint-Louis. Il explique clairement qu’en l’état, leur financement n’est pas simplement réduit, mais bel et bien supprimé pour l’ensemble de leurs activités.

Débats politiques et lueur d’espoir

Le ministre de la politique scientifique, Paul Magnette, s'est exprimé sur la question ce  jeudi au Parlement en précisant à l’assemblée qu’il avait donné instruction à son administration de continuer à lui soumettre des dossiers de subvention qu’il "continue à signer", a-t-il tenu à préciser, en attendant de trouver un accord au niveau du comité interministériel qui doit se réunir le mardi 27 mars prochain.

I.L. avec Himad Messoudi

 

 


L'actualité en images




+ de vidéos