JO de Londres: la location de biens privés ne tient pas ses promesses

JO de Londres: la location de biens privés ne tient pas ses promesses
JO de Londres: la location de biens privés ne tient pas ses promesses - Vive Unique
Rédaction RTBF

Les Jeux olympiques ont été vendus aux Londoniens comme une bonne opportunité pour faire des affaires. Les particuliers ont voulu aussi se tailler leur part du lion, à travers un système en vogue actuellement : mettre en location son propre appartement ou sa propre maison pendant qu’on est parti en vacances. Beaucoup de Londoniens ont choisi de fuir la ville pendant les jeux. Ils voulaient ainsi faire d’une pierre deux coups. Mais ils ont dû revoir leur attente à la baisse.

Sindy French est venue du Texas jusqu'à Londres pour faire plaisir à sa fille qui rêvait de voir les exploits de Michael Phelps. Elles sont accompagnées par des amies. En tout, elles sont donc six femmes à passer leur séjour dans une maison du Nord de Londres. "On est six et on reste longtemps : 9 jours en tout" nous explique Sindy French, "on voulait un endroit où on se sente comme à la maison. C'était aussi un peu moins cher qu'à l'hôtel. On paie 8000 dollars pour la location."

Les propriétaires de la maison sont parmi les quelques chanceux qui ont réussi à bien louer leur maison. Claire Whisker, directrice de l’agence de location Vive Unique, nous explique que c’est parce qu’ils s’y sont pris bien à temps : "En fait les prix ont baissé à l'approche des Jeux olympiques. Il y avait tellement de gens qui voulaient louer leur maison qu'il y avait vraiment beaucoup d'offres sur le marché."

Certains espéraient effectivement louer leur bien à 20 000 livres la semaine. Ils ont déchanté… comme Tony Hooper qui loue sa maison à Camden : "L’année passée, l'agence disait que cette année serait vraiment exceptionnelles. Ils me disaient qu’on pourrait se faire de l’argent. Mais ça n’a pas été comme ça du tout. C'était même difficile d’obtenir le prix habituel."

Il espérait 125 livres la nuit, il en a obtenu moins de 100 pour une maison d’une chambre plus canapé-lit, avec une belle terrasse. Tout ça  en plein jeux olympiques et au cœur de Londres, une des villes les plus chères du monde.

Daphne Van Ossel

En savoir +

JO


Publicité

L'actualité en images




+ de vidéos