"J'accuse José Manuel Barroso de favoriser l'empoisonnement de nos enfants"

"J'accuse José Manuel Barroso de favoriser l'empoisonnement de nos enfants"
"J'accuse José Manuel Barroso de favoriser l'empoisonnement de nos enfants" - © Tous droits réservés
Rédaction RTBF

Interviewé sur les ondes de La Première sur le scandale de la fraude à la viande de cheval, le célèbre journaliste français Pércio Légasse n’a pas hésité à accuser le président de la Commission européenne de "favoriser l’empoisonnement de nos enfants".

Interrogé dans le cadre du scandale de la viande de cheval frauduleuse, qui concerne 13 pays européens, le rédacteur en chef de la rubrique gastronomique de l’hebdomadaire Marianne a sorti l’artillerie lourde. "Le système fait que la grande distribution a encouragé la fraude. Quand vous étranglez votre fournisseur en lui imposant un prix de revient qu’il ne pourra pas tenir, il est évident que vous suscitez une tentation de fraude", a-t-il commencé par dénoncer au micro de Corinne Boulangier.

Mais pour autant, il ne dispense pas le consommateur de ses propres responsabilités. "Pour l’alimentation, il n'y a pas de limite dans le bas prix. A partir du moment où c’est pas cher, on s’en contente parce que se nourrir ce n’est pas très grave, on peut y consacrer le minimum d’argent. Mais imaginez qu’on dise: ‘je connais un médecin, il est pas très bon, il n’a fait que quatre ans d’études mais il est moins cher’. Jamais ça ne passerait, personne n’irait le voir. Mais pour la nourriture, on l’accepte. Et là, le consommateur doit accepter de payer le juste prix et se convaincre qu’en-dessous d’un certain tarif, il est berné. Qu’est-ce qu’il préfère ? Payer pas cher et tomber malade?", interpelle-t-il.  Et le critique gastronomique de prêcher pour que l’on néglige plutôt "un peu plus les dépenses qui sont moins utiles", comme les achats d’articles technologiques.

Ensuite, c’est tout le système financier au niveau européen, et par ricochet la Commission censée le réguler, qu’il dénonce dans ce dossier. "Cette viande aurait pu faire l’objet d’une tractation directe. Qu’est-ce que le trader chypriote et le trader néerlandais sont venus faire. Comment la Commission européenne peut autoriser qu’il y ait deux trader qui ne servent à rien si ce n’est encaisser une petite marge?", se demande Périco Légasse.

D’après ce dernier, la situation perdurera "tant qu’on laissera faire ce système". Et le journaliste d’attaquer de façon frontale la Commission européenne "qui n’a pas voulu que l’on impose la traçabilité pour les ingrédients contenus dans les plats préparés" et qui "va réautoriser les farines carnées pour nourrir les poissons d’élevage".

"Je le dis solennellement : j’accuse aujourd’hui, sur cette radio, José Manuel Barroso de favoriser l’empoisonnement de nos enfants et je dis qu’un jour il aura à répondre de cette forfaiture politique devant la population", n’a-t-il pas hésité à déclarer.

Il invite José Manuel Barroso et la Commission européenne à "reprendre leurs esprits et à se comporter de façon respectueuse envers les citoyens".

"Tant que la Commission se comportera de cette façon, uniquement au nom de l’idéologie libérale mercantile, non seulement ce genre de pratiques continuera de sévir amis les citoyens se détacheront de l’image et de l’idéal européen", a averti notre interlocuteur. 

Julien Vlassenbroek

Vous pouvez écouter l'intégralité de l'interview ci contre


L'actualité en images




+ de vidéos