Gueules Cassées: carton plein pour les fruits et légumes moches

Carton plein pour les fruits et légumes moches
Carton plein pour les fruits et légumes moches - © Tous droits réservés

En huit mois, plus de 10 000 tonnes de fruits et légumes biscornus ont été vendus par l'entreprise Gueules Cassées. Une dizaine de pays étrangers sont déjà séduits par le concept.

Abricots déformés, tomates carrées, cerises fendues,... Généralement délaissés par les consommateurs, ces fruits et légumes "moins jolis" ont été remis sur le devant la scène par Les Gueules Cassées, une entreprise fondée par deux agriculteurs il y a un an. En seulement huit mois, Les Gueules Cassées a fait l'objet d'un succès inattendu. Les recalés de fond de cagette ont manifestement séduit leur cible: enseignes et consommateurs sont nombreux à avoir été conquis. 

"Depuis la fin de la semaine, notre étiquette a conquis plus de 5000 enseignes: Carrefour, Leclerc, Monoprix, Franprix, Casino, Spar et Vival", explique Nicolas Chabanne au Figaro. Il précise: "Le client achète 30% moins cher, et le distributeur ne paie plus la destruction des produits".

Un autre projet, baptisé "produits à date courte" est également en cours de développement. "Traditionnellement, les supermarchés enlèvent les produits conservés par une date limite de consommation (DLC) jusqu'à 6 jours avant expiration. Aujourd'hui, grâce à nos étiquettes, les produits sont laissés en rayons à un prix deux fois moins cher". Et l'entreprise a plus d'un tour dans son sac: pour convaincre tous les magasins de mettre en place ce dispositif, les Gueules Cassées ont édité une lettre type que les clients peuvent remettre eux-mêmes au directeur de leur supermarché local.

A l'heure actuelle, 18 pays sont intéressés par les étiquettes Gueules Cassées, que ce soit pour les produits déformés ou périmés. "Les tests faits au Japon sont positifs, et nous aurons au moins trois pays supplémentaires dans le circuit l'année prochaine. Nous sommes capables de sauver 10 fois plus de tonnes d'aliments", se réjouit Nicolas Chabanne. Une opportunité qui permettrait de réduire les chiffres relatifs au gaspillage alimentaire: des études menées par la FAO (Food And Organization) ont démontré qu'à l'échelle mondiale, jusqu’à 50% de la production alimentaire est gaspillée, perdue ou jetée avant de rencontrer un estomac.

Florence Bonkain avec Le Figaro

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir