Aller directement au contenu principal

En Flandre, deux élèves sur trois font leurs devoirs sur ordinateur

SOCIETE | Mis à jour le samedi 5 octobre 2013 à 16h23

  • La journée mondiale des enseignants, fêtée le 5 octobre, est l’occasion d’évoquer deux études consacrées à l’usage des nouvelles technologies dans les écoles primaires belges. Le constat est mitigé, et cela semble mieux passer en Flandre qu’en francophonie. Chiffres à l’appui.

    "Deux élèves sur trois font des exercices (ou leurs devoirs) sur ordinateur". Celle qui l’affirme est Saskia Van Uffelen, la Patronne de Bull Belgique, qui fut proclamée Femme Informatique de l’année il y a peu et qui est aujourd’hui désignée "Digital Champion" par les autorités belges. Avec pour mission d’encadrer la réalisation de l’Agenda numérique de la Commission européenne sur notre territoire.

    Première précision : l’affirmation "deux élèves sur trois font leurs devoirs sur ordinateur" ne concerne que la Flandre. Depuis la rentrée, 270 000 petits flamands de l’enseignement primaire de 6 à 12 ans passent aux devoirs numériques. En Flandre comme ailleurs, cela représente une évolution vraiment rapide des habitudes d’apprentissage. Et si les petits Flamands du primaire sont très ouverts aux technologies, c’est aussi le cas de 50% des "instits" qui donnent des tâches à réaliser sur ordinateur.

    Editeurs scolaires à l'initiative

    Selon notre "Digital Champion", ce dynamisme numérique s’expliquerait par la rapide évolution des grandes maisons d’édition de livres scolaires (Plantyn et Van In) qui proposent maintenant aux écoles des alternatives digitales au papier. Le site bingle.be qui incite les élèves et les enseignants de Flandre à faire spontanément leurs exercices de manière numérique, assure que les élèves de l’enseignement primaire effectuent le week-end deux tiers du nombre d’exercices qu’ils font généralement au cours d’une journée d’école. Selon les éditeurs de livres scolaires, cette nouvelle pratique permettrait de compenser les différences de niveau entre les élèves au sein d’une même classe sans que l’enseignant ne doive trop s’investir individuellement auprès des élèves.

    L’enseignement numérique wallon à la traîne?

    L’Enseignement francophone serait un peu à la traîne. Saskia Van Uffelen parle même de fossé technologique. Mais un rapport (le  Baromètre TIC 2013)  publié par l’Agence wallonne des télécommunications est porteur d’espoir. On peut y lire que "les enseignants sont bien équipés mais peu formés et que seuls 53% des établissements disposent des services d’un spécialistes TIC". On apprend aussi que les enseignants utilisent l’informatique "avant les cours, mais peu pendant les cours". Ce qui fait dire à la "Femme informatique de l’Année" que ce qui manque le plus dans nos écoles, "ce ne sont pas les moyens, mais des chefs d’établissements qui ont une vision futuriste de l’enseignement. Un chef d’école, c’est comme un CEO: il doit avoir une vision. Il doit montrer la voie." 

    Et des initiatives, il y en a: en Francophonie, une opération pilote de 72 projets d’éducation numérique vient d’être lancée et durera jusqu’en juin. Ensuite, les projets qui fonctionnent bien pourront être généralisés dans les classes de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    La Belgique mauvaise élève de l’Europe numérique

    A la commission Européenne, Neely Kroes (autre championne du digital) a sorti ses propres statistiques. Selon elle, le nombre d'élèves du primaire qui bénéficient d'un apprentissage des technologies de l'information en Belgique est très faible. Elle parle d’à peine 13% des élèves de quatrième année (9 à 10 ans) qui suivent des cours où les professeurs ont recours aux TIC pour au moins un quart du temps. Seul le Luxembourg fait pire que nous avec 6%. A l’opposé, les plus avancés sont les petits Irlandais avec un taux de 75%. Chez nous ce serait le primaire qui pose le plus de problèmes puisque, dans le secondaire, pour les élèves âgés de 13 à 14 ans, le pourcentage passe à 36%, ce qui est mieux que la moyenne européenne fixée à 32%.

    Le rôle positif des tablettes numériques

    Très bizarrement, depuis 10 ans, toutes les tentatives de créer, en Belgique ou en France, un cartable numérique avaient échoué. Et tout à coup, c’est un produit commercial, la tablette, qui lance le mouvement. Selon la maison d’édition flamande Plantyn qui a étudié les pratiques numériques dans quarante écoles pilotes flamandes (primaire et secondaire), 38% de ces élèves ont utilisé quotidiennement les tablettes disponibles dans leur classe. Très logiquement, les tablettes ont été utilisées dans 60% des cas pour rechercher des informations en ligne.

    Enseignement numérique: qui paie quoi ?

    Saskia Van Uffelen assure que l’obstacle n’est pas financier. "Tout indique que la quasi-totalité des ménages disposent d’un ordinateur." Dans les faits, (en tout cas pour la Flandre), 46% des élèves doivent acheter leur propre tablette pour l’école. Et ça c’est aussi une réalité.

    La conclusion de Saskia Van Uffelen est que "L'éducation doit être connectée à la vie réelle, elle ne peut pas évoluer dans un monde parallèle. Toutes les écoles doivent tenir compte de cette réalité".  Quand à la Commissaire Neely Kroes, elle paraphrase Martin Luther King en affirmant avoir fait un rêve: "que chaque classe soit passée au numérique d'ici à 2020".

    Jean-Claude Verset

    Voir

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
  • A quand le tableau numérique dans toutes les classes de Belgique?
    Image précédente

    A quand le tableau numérique dans toutes les classes de Belgique?

    JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN - IMAGEGLOBE
    Image suivante
    • A quand le tableau numérique dans toutes les classes de Belgique?

      A quand le tableau numérique dans toutes les classes de Belgique?

Les suggestions du jour

  • Trois avis d'économistes: l'avenir de l'Europe en noir ou en rose

    31 octobre 2014, 16:30

    Quels sont les principaux risques et les opportunités, pour l’Europe, de sortir de la crise? Nous avons demandé à trois spécialistes de l’économie et des finances de nous livrer à la fois leur scénario catastrophe et la perspective la plus...

  • Ce qui se passe au Burkina Faso est "un automne des pays africains"

    31 octobre 2014, 08:31

    L'Afrique est-elle en train de changer ? C'est en tout cas l'avis d'Oumou Zé, coordonnatrice de recherche et plaidoyer au CNCD. Invitée de L'acteur en Direct de Matin Première ce vendredi, elle affirme qu'il y a aujourd'hui "un ras-le-bol populaire des...

  • La lettre de la FGTB qui fâche les patrons wallons

    31 octobre 2014, 15:22

    "C’est une menace et cela ne va pas dans le bon sens pour une concertation sociale" affirme avec fermeté Jean-François Héris le patron des patrons wallons – "Absolument pas", rétorque Marc Goblet, secrétaire général de la FGTB, "la lettre dit que...

L'actualité en images

Toutes les vidéos de l'info

Vu sur le web

Dernière Minute